DRH-TV
Célébrer la journée de la Femme
posté le 08/03/2017
posted on 2017/03/08
Le jour est propice pour célébrer les femmes qui parviennent malgré les obstacles aux postes les plus élevés. Isabelle Kocher est une femme exceptionnelle à plus d’un titre : agrégée de physique, elle conduit sa carrière dans l’énergie chez GDF Suez tout en élevant une famille de cinq enfants. Depuis Mai 2016, elle est DG d’Engie, et fait partie des (trop) rares femmes dirigeant une grande entreprise en France.
Lors de ses interventions en public, Isabelle Kocher montre un style naturel et direct. Elle communique avec facilité sur des sujets qu’elle connaît très bien. C’est une bonne communicante. Certains, selon Le Capital trouvent son style un peu raide. Pour assouplir son style et captiver davantage son audience, nous lui proposons 3 conseils :

1. Adopter une posture plus dynamique
En évitant d’accompagner son discours par des mouvements saccadés de la tête, Isabelle Kocher va assouplir sa verticalité et gagner en fluidité dans ses interventions.

2. Utiliser et intégrer des silences en fin de phrase
Nous conseillons à Isabelle Kocher de se donner du temps en fin de phrases par des pauses naturelles pour respirer plus amplement. Elle pourra ainsi rester en phase avec sa parole et accentuer naturellement certains mots pour engager l’attention.

3. Garder le contact visuel avec son public
En conservant une connexion visuelle avec son public, elle reste ancrée dans le moment présent. Elle crée alors un lien interactif qui est le vrai vecteur de la communication.

Vous aussi, vous souhaitez développer vos capacités d'oratrice
Femmes oratrices gagnez en impact
 : atelier de formation à Paris les 20 et 21 Avril 2017
Inscrivez-vous par mail elisabeth.dancet@cortambert.com
Catégories : leadership au féminin, journée de la femme, femmes oratrices, Isabelle Kocher, femmes leaders, femmes dirigeantes Categories : leadership au féminin, journée de la femme, femmes oratrices, Isabelle Kocher, femmes leaders, femmes dirigeantes
5 astuces pour tenir vos bonnes résolutions en 2017
posté le 31/01/2017
posted on 2017/01/31
En début d’année nous décidons de nous fixer de bonnes résolutions. Etre ou maintenir une bonne santé en faisant du sport, atteindre ses objectifs, changer de métier, perdre du poids, se former sur Internet, économiser pour s’offrir des vacances de rêve… Bien connaître  ses habitudes peut avoir un impact très important sur le résultat de ces bonnes résolutions qui bien souvent s’estompent et disparaissent avant la fin Janvier.
Voilà 5 astuces que j’utilise et qui peuvent vous aider à réaliser vos ambitions en 2017 :
  1. Moins c’est mieux. Vous fixer 17 objectifs différents couvrant l’ensemble des domaines de votre vie est le meilleur moyen d’échouer. A moins d’être un surhomme ou une sur-femme, vous augmentez les chances de vous décevoir vous-même. J’ai formé des centaines de managers à l’entretien annuel d’évaluation, et au début, les objectifs étaient très nombreux et les conséquences négatives sur la performance réelle.
  2. Orienter vos pensées consciemment et quotidiennement vers votre objectif réalisé. Nous avons de 50 000 à 70 000 pensées par jour, et 90% de ces pensées sont les mêmes que celles de la veille. D’où l’intérêt d’exercer une activité créative quelle qu’elle soit pour stimuler nos neurones… Plus vous nourrissez votre but en l’imaginant comme étant atteint, en créant des pensées qui sont en résonance avec la vision de votre intention, plus vous augmentez les changes de la réaliser.
  3. Nous sommes des êtres d’habitude, donc connaissez vos habitudes et trouvez des astuces pour les utiliser au service de votre objectif. Par exemple, vous avez décidé de re-prendre une activité physique régulière : choisissez un sport ou une activité qui vous plait vraiment et commencez par y aller une fois par semaine, à un moment où vous êtes certain à 90% d’être disponible. Notez-le dans votre agenda. Si vous en ressentez du bien-être, vous allez réarranger votre emploi du temps pour y aller deux fois !
  4. Déconnectez ! Passez une heure par jour sans aucune connexion : smartphone éteint, Internet coupé. Cette année, j‘ai décidé d’écrire une heure par jour : c’est peu et c’est beaucoup. J’ai un nouveau projet de livre encore un peu flou, mais je me suis surprise moi-même. Alors que je suis très à l’aise avec la structure et l’organisation de données et d’information, j’ai choisi d’écrire sans plan ! Du coup, cela me donne une liberté d’expression qui varie au fil des jours et des idées. Et comme j’ai coupé Internet, je ne suis pas tentée d’aller chercher une information qui comme je le sais, va m’entraîner loin, parfois très loin de mon objectif. Résultat, au 30 Janvier, j’ai déjà écrit trente-cinq pages, et la trame commence à se dessiner.
  5. Avancez grâce à la compassion pour vous-même. Compassion ne veut pas dire indulgence. Si au lieu d’écrire, de composer ou de faire du sport, vous vous êtes enfoncé-e dans le canapé devant votre série préférée, prenez-en conscience sans culpabiliser. Donnez-vous une seconde chance et le lendemain, reprenez au point N°1. Une fois ça va, la prochaine fois, lancez-vous un défi et décidez : OK je coupe AUSSI la TV ;>

Et vous, comment faites-vous pour mener à bien vos résolutions en 2017 ?

Elisabeth Dancet pour drh-tv

Catégories : résolution, nouvel an, but, objectif, intention Categories : résolution, nouvel an, objectif, intention
Comment la souhaitez-vous ?
posté le 03/01/2017
posted on 2017/01/03

Avec les vœux traditionnels du 1° janvier, viennent les bonnes résolutions. Avant cela j'aime bien faire un bilan de l'année écoulée tant sur le plan personnel que professionnel. L'année 2016 a été une année rock'n roll pour moi et pour beaucoup de personnes de mon entourage..
De ces soubresauts, de ces coups reçus et rendus j'ai tiré des enseignements uniques. Coucher sur le papier - ou taper sur le clavier - ces moments forts, ces rencontres, ces creux et ces bosses me font apprécier le chemin parcouru et l'évolution de conscience qui en découle. Nous créons la réalité jour après jour, avec nos croyances, nos pensées, nos rêves et nos actions. Je souhaite donc pour 2017 des moments petits et grands de joie, d'expansion et de créativité, de savoir saisir les opportunités même quand elles n'ont pas la forme que j'avais imaginé, de maintenir une intention claire, de cultiver l'amour et l'amitié, de poursuivre cette évolution.
Je me souhaite de voir la beauté chaque fois qu'elle se présente à moi, de vivre dans l'abondance, d'apprécier les échanges, le donner-recevoir qui est à la base de nos interactions. Je la souhaite douce et drôle, forte et humaine et que je me souvienne à chaque instant d'exprimer à haute voix ou dans le silence ma gratitude pour cette planète qui nous porte.

Et vous, comment la souhaitez-vous ?

Catégories : Voeux, bonnes résolutions, bilan, intention Categories : Voeux, bonnes résolutions, bilan, intention
Femmes en or
posté le 12/12/2016
posted on 2016/12/12
Les femmes sont à l’honneur en cette fin d’année 2016. Evénement créé il y a 24 ans, Femmes en or récompense des femmes qui sont une source d’inspiration pour  toutes et tous. Cette année ce trophée a été remis à 11 femmes, de la boxe à la cuisine, de l’entreprise au web en passant par le cinéma, ce prix éclectique s’il en est confirme que les femmes innovent dans tous les domaines.

Sur un terrain économique cette fois ci, le Women’s Forum s’est tenu à Deauville pour faire état du monde vu par les femmes de pouvoir. Un panel prestigieux d’intervenantes dont Isabelle Kocher CEO d’Engie, Christine Lagarde DG du FMI et..  Emmanuel Macron - déjà en campagne -  qui a plaidé pour plus de femmes en politique et dans le monde économique. Lieu de rencontres de networking et de développement personnel et professionnel, le Women's Forum montre que les politiques évoluant vers la collaboration créent des opportunités économiques pour les femmes.Le genre féminin a le vent en poupe, alors mesdames exprimez-vous !

 

Notre atelier d'entraînement répond à un véritable besoin chez les femmes pour gagner en impact dans leur prise de parole, apprendre à pitcher, à gerer leur stress et à s'affirmer en déployant leurs capacités vocales. Notre méthode est basée sur des évaluations précises et ciblées des interventions de chaque participante.

La prochaine édition de l'atelier de formation "Femmes Oratrices : gagnez en impact" se déroule à Paris les 26 & 27 Janvier 2017. Cette formation est éligible à la formation continue. Elle peut être suivie d'un coaching personnalisé.

Pour vous inscrire : elisabeth.dancet@cortambert.com
Une question ou une précision sur le contenu et les objectifs de cette formation : contactez-nous par mail !
Catégories : femmes en or, leadership au féminin, women's forum, prise de parole en public, femmes entrepreneures, formation prise de parole en public, formation communication orale, mixité, égalité des chances Categories : femmes en or, leadership au féminin, women's forum, prise de parole en public, femmes entrepreneures
Hillary à la porte de la maison blanche
posté le 22/11/2016
posted on 2016/11/22
Une ignoble bataille
Des mois et des mois d’une campagne qualifiée par la plupart des medias comme l’une des plus négatives de l’histoire. D’un côté un milliardaire qui n’a pas payé de taxes au gouvernement fédéral depuis plus de 18 ans. Cet as du marketing aurait du être mis en faillite après son projet gigantesque de casino hôtel le Taj Mahal, catastrophe financière qui a coûté aux banquiers des millions de dollars. Mais impossible de le destituer : tout dépend de son nom et de ses actions marketing. Il a ainsi vendu sa marque à plus d’une dizaine de Trump Towers dans le monde. Puis Trump a rebondi dans la télé réalité avec son show « The Apprentice ». Imprévisible, insultant, irrespectueux des femmes, il est lâché par son propre camp. Il n’est pas qualifié pour être président, mais a réussi à rallier des millions d’Américains mécontents, frustrés, appauvris et qui ne font plus confiance à leurs gouvernants.
En face, Hillary Clinton est une professionnelle de la politique. Elle a démarré comme juriste à Washington au moment de l’affaire du Watergate. Puis, elle a été le premier conseiller de son mari Bill Clinton lorsqu’il était gouverneur de l’Arkansas. Elle est première dame pendant les deux mandats de président de Bill Clinton - de 1992 à 2001 - et avale bien des couleuvres lors des frasques sexuelles de son mari dévoilées au grand public. Dès 2001, elle mène campagne et devient sénatrice de l’état de New York de 2001 à 2009. En 2008 elle mène campagne pour les primaires du parti démocrate et perd contre Barak Obama. Celui-ci la nomme secrétaire d’Etat, en charges des affaires étrangères : elle occupe ce poste jusqu’en 2013, et.. supprime plus de 30 000 emails ayant trait à la sécurité nationale..

Un symbole fort
Tout a basculé le 8 Novembre. Contrairement aux annonces des sondages, les Etats-Unis n’ont pas élu une femme présidente des Etats-Unis d’Amérique : au-delà des opinions politiques, voter pour une femme est un symbole très fort. Il ne s’agit pas de voter pour sa communauté, comme on voterait pour un juif, un noir ou un hispanique. C’est beaucoup plus influent que cela : un véritable changement de paradigme. Les femmes sont la moitié de la population humaine dans tous les pays du monde ; quel que soit le régime politique, la couleur de peau ou la religion. Pendant des millénaires, les femmes ont été considérées comme des citoyennes de seconde zone partout sur la planète. Le patriarcat les a reléguées à la maison. Leur rôle était déterminé : assurer la descendance, s’occuper des enfants et du foyer. Les beaux principes égalitaires de la démocratie élaborés à Athènes ne concernaient pas les femmes. Celles-ci n’étaient pas citoyennes : une femme restait mineure toute sa vie, d’abord assujettie à son père puis à son mari. Il est plus que temps que les femmes prennent le pouvoir dans tous les domaines et notamment en politique puisque la politique impacte directement nos vies au quotidien. De nombreuses femmes ont quitté le parti républicain et ont voté pour Hillary Clinton. Jamais une élection n’a eu un tel différentiel dû au genre. Mais elles n’ont pas été assez nombreuses.  Comme l’affirment certains chroniqueurs du parti républicain, les femmes américaines devraient avant tout se comporter comme de bonnes mères et de bonnes épouses. Un signe des temps ou un coup de braquet pour nous faire revenir en arrière ? Un retour vers le protectionnisme, plus de guerre, de corruption et de compromission ? Hillary a perdu car elle représentait les élites politiques dont le peuple ne veut plus. Le nouveau locataire de la Maison Blanche est-il un meilleur choix ? On peut en douter. Mais Hillary Clinton a ouvert un large champ aux femmes pour que celles-ci osent prendre le pouvoir et exercent des responsabilités dans tous les champs de la société humaine : politique, économique, spirituel, citoyen.

Nous serons alors peut être en mesure d’apporter plus d’équilibre et de solutions concrètes dans la gestion de nos sociétés humaines. Les urgences abondent. Il est plus que temps d’arrêter cette course folle vers l’armement, la guerre, le contrôle technologique des populations, la dégradation environnementale et la destruction de nos ressources. En espérant que les femmes soient solidaires pour mettent en œuvre des actions et des politiques respectueuses du vivant.

Quand on donne la vie, on a plus envie de la préserver.

Elisabeth Dancet pour drh-tv

Catégories : elections américaines, Hillary Clinton, Maison Blanche, Donald Trump, genre Categories : elections américaines, Hillary Clinton, Maison Blanche, Donald Trump, genre
Peur de parler en public ?
posté le 12/09/2016
posted on 2016/09/12
Imaginez la scène : nous sommes dans une grande salle de réunion au sommet d’une Tour à la Défense. Une table de conseil occupe le centre de la pièce. Le décor est gris et acier : froid ! Autour de la table, 25 personnes : des hommes – rien que des hommes – costumes sombres, cravates rayées et visages fermés. Une jeune femme face à un vidéo projecteur commente les diapos qui défilent : elle présente un projet de réorganisation des systèmes d’information des filiales du groupe. Elle est pâle comme un linge.
Cette jeune femme c’est moi, il y a 25 ans : je faisais ma première présentation devant le comité de direction d’une grande entreprise pétrolière dont je tairais le nom, et j’étais terrifiée. J’avais peur de ne pas être à la hauteur, peur d’être mangée toute crue par cet auditoire exclusivement masculin. Je m’en suis sortie par le perfectionnisme : jétais ultra préparée. Mais ce stress que je ressentais était terrible et rendait la situation douloureuse !

Une peur partagée
Sous l’effet du trac, votre cerveau se met en mode DANGER et vous envoie un signal : face à un public, le message est clair «  Fuis ! Ils sont trop nombreux ! » Cette peur s’accompagne d’un dialogue intérieur le plus souvent non maîtrisé. Le chef d’orchestre de cette peur irrationnelle est un saboteur, qui s’appelle votre juge intérieur.

Dans une autre partie de votre cerveau pourtant, se trouve votre sage intérieur qui sait que ces personnes sont là pour vous écouter et parce que votre message les intéresse.

Désamorcez votre juge intérieur
Comment désamorcer le juge intérieur qui sape votre confiance en vous ? D’abord en identifiant ses expressions : « oui tu n’as pas été à la hauteur ! » ou ce coup de poing qu’il vous envoie dans le ventre avec ce ton cynique : « je t’avais dit que tu allais te planter ». Puis stoppez son dialogue intérieur qui vous entraîne dans la spirale de l’autodépréciation. Le moine bouddhiste Mathieu Ricard affirme que suivre nos pensées négatives revient à enflammer un brin d’herbe sec à proximité d’une meule de foin ! En contrepartie nourrissez votre sage intérieur : célébrez vos succès petits et grands, donnez et échangez des signes de reconnaissance positifs et prenez des risques.

Les meilleurs s’entrainent
Plus vous pratiquez, meilleur vous devenez, comme … dans toutes les disciplines : la pratique d’un instrument, le sport, la danse, le chant ! Saisissez les opportunités de vous exprimer en petit comité, dans les occasions où le « danger » est circonstancié.

Il y a une dizaine d’années, je participe avec une équipe de consultants au séminaire des cadres dirigeants du Club Med. 200 top managers sont réunis pour valider la nouvelle stratégie de l’entreprise et nous animons les groupes de travail. En plénière, j’assiste à la présentation de Philippe Bourguignon, le PDG de l’époque. Il parle pendant près de ¾ d’heure, sans notes ni diapo. Il s’exprime d’un ton calme et posé, connaît très bien son dossier et captive l’attention de son auditoire. Impressionnée, je m’adresse au directeur de la communication :

- votre PDG, il est excellent en prise de parole !

- Oui. Mais il travaille ! Il s’entraîne avec un coach aux Etats Unis..

Encore une idée fausse à abandonner : « ça vient tout seul ! ». Les gens connus, dans la politique, le business, les médias s’entraînent. Mais le plus souvent, ils préfèrent rester discrets.

Entraînez-vous
Aujourd'hui j'ai prononcé une centaine de discours en Français et en Anglais. Je suis lauréate du concours de l'Ecole de l'Art oratoire 2014 et DTM[1] la plus haute distinction accordée par Toastmasters, association internationale de prise de parole en public.

Avec Birgitte Bourgois, coach vocal et chanteuse lyrique, nous avons conçu un atelier intensif et spécifique pour améliorer votre impact dans un environnement positif et qui vous soutient. Venez vous entraîner avec nous :
"Femmes Oratrices : gagnez en impact"
Atelier de formation les 6 et 7 Octobre prochains à Paris.

Renseignements et inscriptions : elisabeth.dancet@cortambert.com

Elisabeth Dancet pour drh-tv


[1] Distinguished Toastmasters

 

Catégories : prise de parole en public, femmes, professionnalisation, formation, entrainement, discours, formation continue Categories : prise de parole en public, femmes, professionnalisation, formation, entrainement, discours, formation continue
Coaching une valeur sure
posté le 07/07/2016
posted on 2016/07/07
Toujours plus de performance et dans un temps de plus en plus court ! Etre cadre ou manager aujourd’hui se résume souvent au pilotage à vue. Les organisations se recomposent et les priorités changent en permanence. Reconnaître un moment de faiblesse ou une baisse de motivation est tabou. Mieux vaut aller directement au burn-out ! De plus en plus de managers, cadres ou chefs d'entreprise considèrent la démarche de coaching comme utile à leur développement. Prise de poste, réorientation, prise de décision, transition professionnelle : les sujets traités sont variés. La vision extérieure du coach, son rôle de miroir, sa connaissance du fonctionnement des hommes dans les organisations apportent au manager un nouvel éclairage.

De l'importance du miroir
Son soutien est une aide précieuse au pilotage de sa vie professionnelle. La valeur travail est aujourd’hui bouleversée : les jeunes générations ne veulent plus être englouties corps et âme dans leur fonction, d'autres se retrouvent brutalement remis en cause au sein même de leur entreprise à la suite de fusions, rachats, externalisations..., le coaching permet de redécouvrir ses valeurs et de se recentrer sur ses besoins essentiels. Prendre le temps de s’interroger sur les objectifs que l'on poursuit dans sa vie et pourquoi. En fonction de ses besoins du moment, le client définit avec le coach un contrat sous forme d'un axe de travail sur lequel portent les entretiens. Du pilotage des ressources humaines aux choix stratégiques en passant par le management, la motivation des équipes ou l’évolution de carrière, l'interaction concerne aussi la place de la vie familiale et les aspirations personnelles de l'individu. La dimension spirituelle peut également être abordé lorsque le client le souhaite. En tant que coach, j’accompagne la personne dans sa multidimensionnalité. La mise à plat des besoins essentiels de l'individu, la clarification de ses objectifs et de ses priorités pour créer les futurs qu'il ou elle souhaite peut le conduire aussi à réfléchir sur le but de son existence. Certains consultants en outplacement, convaincus de l'efficacité de la méthode, encouragent ce type d'accompagnement. " Ce n'est pas lorsqu'on a perdu son poste qu'il faut rechercher le soutien d'un coach, c'est bien avant...", affirme l'une d'elles, conseil en gestion de carrière. Les spécialistes de stratégie s'accordent pour valider la démarche préventive plutôt que curative. Il vaut mieux anticiper un conflit, préparer une mutation : agir est alors plus facile et moins coûteux.

De la complexité des enjeux
Nous sommes confrontés à des problèmes d'envergure jamais atteinte dans le passé : pollution de l'environnement, sur-militarisation, manipulations génétiques, automatisation et digitalisation... nous allons devoir, personnellement et collectivement, changer notre vision du monde. Le développement de l'éthique et d’une conscience solidaire dans le milieu des affaires souligne la part de plus en plus grande que jouent les organisations dans cette transformation, par leur dimension citoyenne et sociale, en conduisant les leaders à une révision drastique de leurs valeurs et de leurs choix. En France, l’épargne solidaire représente 8,46 Milliards € en 2015, en hausse de 25,7%.[1] " C'est en parlant avec mon coach de mes valeurs que j'ai découvert le rôle citoyen de mon entreprise. Je ne m'en étais jamais préoccupé auparavant, par manque de temps. L'importance de ce rôle m'est soudain apparu..."  raconte Serge B., chef d'une P.M.E. industrielle. Ce dirigeant a, depuis, créé une fondation qui organise et finance la formation à l’informatique et à Internet pour les jeunes de son quartier. Plus prosaïquement, Olivier T., directeur d'un syndicat professionnel nouvellement nommé à son poste, assure qu'il a été poussé, grâce au coaching, à organiser des entretiens et des réunions régulières avec le personnel, ce que ne faisait pas son prédécesseur.

Besoin de formation sur-mesure, accompagnement d'une prise de fonction, travail de fond sur les valeurs et les croyances en toute confidentialité, volonté d'accélérer son évolution... les raisons qui poussent au coaching abondent. Le travail avec un coach se déroule dans le cadre d’un contrat défini au préalable entre le manager, le coach et l’entreprise ou directement entre l’individu et le coach.

De l'écoute et du respect
Le coach est capable d'accueillir l'autre dans sa globalité, de l'accompagner dans un processus de maïeutique, de l'aider à exprimer ses potentiels et ses aspirations, dans une attitude de respect et en s'engageant sur la confidentialité des entretiens. Il échange avec un acteur économique, mais c'est avec l'homme ou la femme qu'il communique. Il n'apporte pas de "bonnes" réponses, il pose de bonnes questions. Le coach offre à celui ou celle qu'il a en face de lui la possibilité de questionner ses limites. En redonnant à l'être humain sa véritable dimension au sein de l'entreprise, le coaching amène le leader et son entreprise à passer de la survie en situation de changement à l'expérience du changement dans la performance. 

C’est certainement ce dont notre époque a besoin : que nous passions de nos comportements de survie à notre nature profonde : celle de créateur et de créatrice.

Elisabeth Dancet pour drh-tv



[1] http://www.economie.gouv.fr/facileco/finance-solidaire

Catégories : coaching, leadership, chef d'entreprise, accompagnement, transition professionnelle, prise de fonction, dirigeant Categories : coaching, leadership, accompagnement, transition professionnelle, prise de fonction, dirigeant
Femmes Oratrices : gagnez en impact
posté le 18/06/2016
posted on 2016/06/18
Comment faire pour que l’égalité hommes-femmes devienne une réalité au travail ? Entraîner les femmes à s’exprimer en public au sein d’un atelier de formation conçu spécialement pour elles. C'est l'objet de "Femmes Oratrices : gagnez en impact" : formation qui se déroule les 30 juin et 1er juillet 2016 à Paris.
Pour que les femmes prennent confiance, communiquent leur savoir-faire avec conviction, motivent leur équipe et défendent leur projet.
Malgré la dernière loi sur l’égalité professionnelle du 4 août 2014, les faits sont là. En 2016, pour un même métier, à niveau égal de compétences et d’expérience, les femmes gagnent 20% de moins que les hommes. Pourquoi ?

Il y a 25 ans, les femmes étaient absentes des comités de direction et des conseils d’administration. Depuis, les femmes tracent leur chemin, mais les changements sont lents - trop lents. En 2016, le Conseil Exécutif du MEDEF compte 5 femmes sur 50 membres. Seulement 14% des entreprises en France sont dirigées par des femmes, d’après l’enquête menée par KPMG en 2014.
Alors qu’elles constituent 50% de la population, les femmes ne sont pas assez visibles. Elles s’expriment encore trop peu dans le business, les médias et la société civile. On a certes institué des quotas en politique, mais les médias font très peu appel à des femmes expertes dans leur métier ou leur sphère de compétences. D’après le Global Monitoring Project, les femmes ne représentent que 24% des personnes dont il est question dans les actualités (presse, radio et TV).
Après le franc succès rencontré par la conférence "Femmes Oratrices- Women' Speakers", qui a rassemblé près de 100 participantes le 30 Avril 2016 à la Maison des ESSEC, et pour contribuer activement à ce que les femmes donnent de la voix, Elisabeth Dancet, consultante et coach au sein de Cortambert Consultants, organise un atelier de formation intitulé "Femmes Oratrices : gagnez en impact", les 30 juin et 1er juillet 2016 à Paris.

Une expérience d’entraînement unique et efficace
Chaque participante vient avec un projet de communication important pour elle. Ce discours lui sert de matériau sur lequel travailler pendant l’atelier. L’atelier est co-animé par deux expertes dont les compétences sont complémentaires pour progresser sur le contenu et sur son impact :

  • Elisabeth Dancet est consultante en Développement RH et coach, spécialisée dans la promotion des talents. Passionnée de prise de parole en public, elle a prononcé une centaine de discours au sein de Toastmasters et dans le milieu associatif. Elisabeth est lauréate du concours d’éloquence de l’Ecole de l’Art Oratoire 2014.
  • Birgitte Bourgois est coach vocal et chanteuse lyrique. Forte d’une expérience en entreprise, elle accompagne les professionnels pour qu’ils et elles libèrent leur voix et expriment leur potentiel. Birgitte se produit régulièrement dans des concerts lyriques en France et en Europe

Pour vous inscrire : elisabeth.dancet@cortambert.com

Catégories : prise de parole en public, femmes oratrices, développement vocal, formation, formation continue, leadership au féminin Categories : prise de parole en public, femmes oratrices, développement vocal, formation, formation continue
Quand les femmes donnent de la voix
posté le 08/05/2016
Giving a voice to women
posted on 2016/05/08
90 + 3 + 7 = 100

Retour sur les bancs de l’école pour réviser l’addition ? Ces chiffres sont plutôt le résultat de notre vision : organiser et animer une conférence pour que les femmes deviennent d’excellentes oratrices. 90 femmes et 3 hommes ont répondu oui à l’appel le 30 Avril dernier. Les 7 autres ont assisté à la conférence en ligne LIVE, une autre première dans l’utilisation de la technologie pour toucher un public à distance.

Leadership au féminin
Un programme riche et varié a boosté les participantes pour les entraîner sur la voie du succès. Pascale Roque, Directrice Générale de B&B France et ancienne ESSEC, a lancé la conférence en témoignant de son expérience du leadership. « Les qualités de leader sont pour moi les mêmes pour les femmes et pour les hommes» affirme Pascale, « savoir entraîner les équipes notamment en situation de changement, parce qu’on leur a expliqué les enjeux et parce qu’elles font confiance. » « Mais les femmes ont le syndrome de la bonne élève » poursuit Pascale, « je leur conseille d’oser s’exposer et de risquer l’échec, on s’en relève et on apprend plus vite ! ».
Les discours préparés qui ont suivi s’inspirent de la méthode Toastmasters[1], association spécialisée dans la prise de parole en public.
Alicia Berberich a démontré la persévérance nécessaire pour lancer une idée et la convertir en entreprise à succès en nous racontant l’histoire de Sara Blakely. Tout en faisant du porte-à-porte pour vendre des fax, Sara a mis au point un modèle de panty sur mesure et qui affine la silhouette. Après bien des challenges, elle a fait breveté son modèle et a créé l’entreprise Spanx, aujourd’hui valorisée à plus d’un milliard de $. Juliet Meere nous a enchanté en mimant les attitudes corporelles des mâles du royaume animal, toujours prêts à déployer leurs atours, alors que les femelles observent passivement leur jeu. Y aurait-il là un certain atavisme ? Quant à Alice Baley, elle a décliné les 3 couleurs du drapeau français pour mettre en lumière ce qu’apporte la prise de risque dans l’évolution professionnelle et la passion nécessaire pour devenir entrepreneure. Emmanuelle Krebs a évoqué les différences générationnelles qui se côtoient dans l’entreprise en créant des collisions de valeurs et de comportements. Pour communiquer avec les générations Y et Z, elle conseille d’adopter leur modèle du monde et notamment leur tendance à tout négocier.

Gagner en impact
Au cours de son atelier voix, Birgitte Bourgois a montré aux participantes comment adopter la bonne posture pour mieux respirer et projeter sa voix au fond de la salle sans se fatiguer. Se tenir « dans le dos » est la posture qu’adoptent les chanteurs d’opéra pour exprimer leur registre vocal ; cette tenue du corps est très utile à l’oratrice pour affirmer son message en lui donnant de l’ampleur.
Elisabeth Dancet a parlé de trois enseignements pour gagner en estime de soi dans la prise de parole. La maîtrise de notre juge intérieur qui sabote nos initiatives : en repérant sa façon de s’exprimer, il est plus facile de stopper la spirale de l’autodépréciation. Célébrer nos succès petits et grands, exprimer notre gratitude sont des pratiques qui affermissent notre sage intérieur. Colleen Shaughnessy-Larsson nous a donné des astuces pour évaluer un discours, selon la pratique de Toastmasters. Elle a expliqué la méthode CRC qui aide l’orateur à progresser : Commenter – Recommander – Complimenter.
Trouver et cultiver notre style, pratiquer régulièrement dans un environnement positif et qui nous soutient renforce la confiance en soi et la capacité de devenir une excellente oratrice !

Elisabeth Dancet pour drh-tv


[1] https://www.toastmasters.org/

90 + 3 + 7 = 100!

Are we back in grade school math class? Nope! these figures are the result of a vision: Put together a conference for women to help them become great speakers.
Ninety women and three men answered the call to participate in the conference Femmes Oratrices – Speaking Workshop for Women April 30. The other seven attended the conference LIVE, online, using innovative technology to reach a remote audience.

Feminine Leadership
A rich and varied program provided a road map for participants to lead them on the path to success. Pascale Roque, Managing Director of B&B France and ESSEC Alumni, launched the conference by sharing her leadership experience.
In her keynote speech, Pascale said, "For me, leadership qualities are the same for women and men, namely, to lead teams through change. When the leader understands what changes are at stake and explains the situation, the team trusts you as a leader….”  “But for women who are still the “good student”", Pascale advises ,"dare to stand up and take risks: when you fail, you learn faster!”
Inspired by the Toastmasters education program, prepared speeches followed the Keynote. Toastmasters[1] is an international, not-for-profit organization dedicated to public speaking.
Alicia Berberich recounted the story of entrepreneur Sara Blakely. Sara’s story showed the necessary perseverance to launch an idea and convert it into a successful company. While working selling fax machines door-to-door , Sara developed a customized panty, an undergarment that refines the silhouette. After many challenges, she received a patent for her model and created the company Spanx, now valued at over one billion USD.
Juliet Meere delighted us in mimicking the body language of male species in the animal kingdom. Males are always ready to deploy their attire, while females passively observe their play. Could this be a form of atavism?
Alice Baley described the three colors of the French flag to highlight the different levels of risk-taking necessary to follow your passion and launch your own business.
Emmanuelle Krebs spoke about generational differences coexisting within companies today. The differences are creating a collision of values and behavior. To communicate with generations Y and Z her advice is to adopt their world model, including the tendency to negotiate everything.
Seasoned Toastmasters gave short evaluations after each speech giving ideas to  each speaker how to improve.

How to gain impact
During her voice workshop, Birgitte Bourgois showed how to adopt the right posture for ample breathing and for projecting our voice to the back of the room without getting tired. She recommends adopting the posture used by opera singers to express their vocal range: Stand straight and "lean back”.  Learning how to hold one’s body helps the speaker assert the message and give it momentum.
Elisabeth Dancet spoke on how to increase self-esteem when speaking in public. It is easier to stop the downward spiral of self-criticism when we take control of our inner judge. Elisabeth gave three instructive tips for mastering the inner judge: Identify when the critical voice is sabotaging our initiatives; celebrate our successes, whether large or small; and express gratitude to life. These reaffirmations will build our self-esteem.
Colleen Shaughnessy-Larsson gave us tips on how to conduct proper speech evaluation as done in Toastmasters. She explained the CRC method that evaluators can use to help speakers improve their speech: Comment – Recommend – Commend.

Finding and cultivating our own speaking style and practicing regularly in a positive environment contributes to elevating our self-esteem and strengthens our ability to become great public speakers!

Elisabeth Dancet for drh-tv



[1] https://www.toastmasters.org/

Catégories : prise de parole en public, femmes oratrices, art oratoire, leadership, leadership au féminin, estime de soi, confiance en soi, women speakers Categories : public speaking, feminine leadership, self-esteem, speech evaluation, gaining influence, gaining impact, women entrepreneur, women speakers
Gagner en estime de soi
posté le 11/04/2016
posted on 2016/04/11
« Au fond de moi, je pense que je suis un imposteur » J’ai entendu ces mots d’un de mes clients en coaching, un homme de 42 ans responsable d’une direction profitable de plus de 500 personnes dans l’industrie. Comment se fait-il que certains d’entre nous se jugent aussi sévèrement ? Même lorsque la réussite est au rendez-vous, le vécu intérieur peut être bien différent de la façade que nous utilisons au quotidien, surtout dans le monde du travail. Et le bonheur lui court toujours… Comment gagner en estime de soi et parvenir à nous apprécier nous-mêmes ?

Estime de soi
Thème très étudié dans les universités américaines depuis 20 ans, qu’entend-on par estime de soi ? Elle concerne l’évaluation subjective que fait une personne de sa propre valeur et pose les fondations de la confiance en soi. L’estime de soi diffère de la survalorisation égotique qui va de pair avec le besoin de déprécier les autres pour se placer en position de supériorité. Au contraire, une bonne estime de soi favorise l’ouverture aux autres et l’accès à des ressources précieuses en cas de conflit ou de challenge à relever. Faire grandir l’estime de soi suppose de débusquer nos saboteurs intérieurs et d’apprendre à les maîtriser. Le juge, la victime, le critique intérieur en font partie. Formés très tôt dans l’enfance et au cours de l’éducation, ces programmes sont des réflexes de survie qui nous ont permis de gérer des situations difficiles ou dangereuses. Mais plus tard à l’âge adulte, ils perdurent et sabotent nos initiatives en nous empêchant d’accéder à notre potentiel.

Comment la faire grandir
.. en débusquant nos saboteurs intérieurs. Une fois vos saboteurs identifiés, il est plus facile de les arrêter en route. Ce sont des mécanismes de survie. Lorsque vous vous dites : « voilà mon autocritique qui revient en force avec  ses arguments - toujours les mêmes… »et arrêtez de l'écouter, vous coupez ses effets destructeurs. En même temps à vous de faire grandir le sage intérieur, qui sait ce qui est bon pour vous, veut votre bonheur, est créatif et voit des opportunités dans chaque situation. Exercez-vous et sollicitez votre sage intérieur chaque fois que possible. Vous pouvez lui donner un nom et l’appeler à la rescousse chaque fois que vous en avez besoin. Ces deux stratégies s’adressent à la dimension psychologique de l’estime de soi.

Pratiquer pour avoir des résultats
Les travaux en psychologie cognitive sont enrichis par l’apport des neurosciences. En effet, ces saboteurs intérieurs ne sont pas que des mécanismes psychologiques acquis dans l’enfance, ils s’activent dans des zones spécifiques de notre cerveau : le tronc cérébral, le cerveau limbique et une partie du cerveau gauche, alors que le sage intérieur s’active dans le néocortex et une partie du cerveau droit. D’une part, ces zones nous donnent accès à notre créativité, nous aident à faire les choix justes, elles nous apportent aussi de la joie et du bonheur. Il s’agit donc de les muscler pour qu’elles s’activent de plus en plus souvent et facilement. La pratique régulière de la méditation est un des outils les plus efficaces pour cela. Les recherches le prouvent aujourd’hui amplement. Pour ceux qui ont du mal à pratiquer la méditation régulièrement, Shirzad Chamine, auteur du livre Positive Intelligence[1], conseille de solliciter plusieurs fois par jour toutes nos perceptions : regarder un paysage avec toute son attention, goûter avec tous ses sens ce que nous sommes en train de manger, se concentrer sur le souffle et écouter sa respiration... Comme dans le sport ou l’exercice d’une discipline artistique, c’est la pratique régulière de ces exercices qui donne des résultats et renforce l’estime de soi.

Elisabeth Dancet pour drh-tv



[1] http://www.amazon.fr/Shirzad-Chamine/e/B0064M6CM8

Catégories : estime de soi, psychologie cognitive, confiance en soi, neurosciences, intelligence positive Categories : estime de soi, psychologie cognitive, confiance en soi, neurosciences, intelligence positive
RSE : le bond en avant
posté le 24/03/2016
posted on 2016/03/24
En un an, les réseaux sociaux d’entreprise ont accompli un grand bond en avant. En 2015, durant ce même salon Intranet et RSE qui se tient à Paris, les ateliers s’appliquaient à démontrer la pertinence de ces outils pour les entreprises. Aujourd’hui, les éditeurs proposent des solutions modulaires qui se déclinent aussi dans les PME où elles remplacent l’Intranet. Les solutions du marché intègrent le réseau social d’entreprise, le partage et le stockage de données, la gestion des connaissances. Elles fournissent  les plateformes nécessaires au travail collaboratif, source de productivité et d’innovation.
Changer de paradigme
Pour autant, l’outil n’est que le support d’un véritable changement de paradigme. Les cultures elles-mêmes doivent se transformer et la conduite du changement composée d’actions de communication et de formation à l’outil n’induit pas les mutations espérées. Il faut aller plus loin : faire en sorte que la majorité du corps social de l’entreprise s’approprie l’outil parce qu’elle en tire des bénéfices concrets. En cela le retour d’expériences est intéressant. Grâce à une méthodologie en 3 temps, la société Kimind a réussi à implanter chez Solvay des pratiques de travail collaboratives. Solvay avait déjà réalisé les formations à l’outil sans en récolter les bénéfices escomptés. Dans cette unité de près de mille personnes comprenant des usines, des centres de R&D et de support client implantés dans différents pays aux quatre coins du globe, la culture n’était pas préparée au collaboratif. « Les systèmes sont de plus en plus complexes et l’utilisateur moyen est perdu «  constate Miguel Membrado Président de Kimind. La transformation s’opère au travers des processus métiers qui constituent la raison d’être des  emplois. « La dissémination des nouveaux usages se fait à travers l’adoption par les pairs » ajoute Membrado. Les études confirment en effet que les pairs sont les sources de confiance les plus sures pour partager, apprendre et innover[1]. Dans un premier temps, Kimind effectue un audit des processus métiers pour pouvoir créer des Business Cases qui collent à la réalité du travail des collaborateurs. La 2° phase d’ignition est celle qui exige le plus d’énergie. Elle a comme but d’extraire les bonnes pratiques métiers. La mise en place d’un réseau d’ambassadeurs du changement n’est pas suffisante pour qu’un collectif se transforme. Il faut un groupe pilote suffisamment important et représentatif des métiers de l’entreprise. Dans la 3° phase, les ateliers de transformation s’adressent au plus grand nombre. Ils conjuguent fondements théoriques de base avec des mises en pratique immédiates pour chacun des métiers. L’apport de la socio dynamique permet d’analyser et de mesurer l’appropriation du changement au fur et à mesure du déploiement.
Adopter une nouvelle culture
L’objectif est d’amener la majorité à adopter la transformation. Les « résistants » minoritaires sont ainsi encerclés par la majorité. Les gens s’approprient individuellement les outils parce qu’ils en récoltent des bénéfices pour eux-mêmes et peuvent en témoigner : ils gagnent du temps, se sentent responsabilisés. Les cycles de décisions sont raccourcis. Bien sûr le succès d’une telle mutation s’appuie également sur un sponsor membre de la direction qui s’implique à part entière dans le projet. Les gains de productivité sont mesurés avec des évaluations et des tableaux de bord précis et automatisés. L’action se poursuit par le transfert de la méthode à l’entreprise pour qu’elle se l’approprie.
Donner envie
La société Glowbl propose quant à elle de la vidéoconférence en temps réel, accessible à tous. La convivialité et la simplicité de l’outil poussent les salariés à organiser en quelques clics des réunions et les orientent vers le collaboratif. Par l’intermédiaire de ces réseaux collaboratifs et avec le bon accompagnement s’opère une transformation positive de l’entreprise : gain de temps et de productivité sur le plan global, plus d’innovation et de collaboration, davantage de satisfaction individuelle. Un modèle pertinent qui pourrait être décliné dans d’autres domaines : à quand la transformation de la classe politique ?

Elisabeth Dancet pour drh-tv


[1] 2015 Edelman Trust Barometer

Catégories : RSE, réseaux sociaux d'entreprise, collaboratif, conduite du changement, transformation, intelligence collective, innovation Categories : RSE, réseaux sociaux d'entreprise, collaboratif, conduite du changement, transformation, intelligence collective, innovation
Reconnaissance faciale et démocratie
posté le 25/02/2016
posted on 2016/02/25
Avez-vous vraiment envie que votre moteur de recherche sache tout de vous ? Les livres que vous lisez, le solde de votre compte en banque, vos préférences sexuelles, votre état de santé, vos convictions politiques ou spirituelles ? Pourtant c’est déjà le cas : toutes vos données d’échanges, d’achats, de consultation et de recherche en ligne sont traitées par des gestionnaires intelligents de données. Le grand mensonge du cyberespace a comme nom gratuité ! Chacun en est devenu tellement dépendant qu’il feint d’ignorer que tout ce qu’il fait en ligne est aspiré, combiné et analysé pour bâtir un profil comportemental tellement fouillé qu’il étonnerait son conjoint ou son meilleur ami.

Transparence ou surveillance ?
Cette société de la transparence est déjà bien installée, des millions utilisent au quotidien les médias sociaux pour partager et peu de voix s’élèvent pour questionner l’impact de cette accumulation de données publiques et privées. Il serait pourtant plus approprié de parler de société de surveillance. Les logiciels de reconnaissance faciale sont désormais accessibles via un smartphone. En chaussant des lunettes intelligentes[1], vous pouvez reconnaître immédiatement une personne dans la rue et obtenir en direct quantité d’informations la concernant. Ces logiciels proviennent de la police et des renseignements. Ils ont été développés pour traquer les criminels. Une société de surveillance annonce-t-elle une démocratie pacifique et heureuse ? Rien n’est moins sûr quand nous connaissons les challenges actuels, en premier lieu la préservation de notre environnement et les mutations économiques et politiques profondes à entreprendre pour y faire face et qui ne font pas le jeu des multinationales.
L’autre versant de l’utilisation de ces données est-il plus glorieux ? Ces multitudes de données croisées sont revendues à des entreprises à des fins commerciales. Certaines veulent évaluer précisément le risque client, d’autres vous vendre encore plus de ce que vous aimez… Mais les autorités, comme la NSA par exemple, sont également avides d’accumuler et d’utiliser ces données. Avec les révélations d’Edgar Snowden, vous avez encore en mémoire l’espionnage des chefs d’état européens[2] et de leurs concitoyens par la NSA. Ces modes de collecte permettent de s’assurer que votre comportement est conforme : un pas de plus vers un monde orwellien où un totalitarisme soft s’installe sur fond de terrorisme en s’assurant que chacun - face à un écran virtuel - a des comportements adéquats et continue de consommer. La gratuité est un leurre, les moyens technologiques sont en place pour contrôler la population. La promesse initiale des fondateurs de Google de ne jamais faire de publicité sonne comme un paradoxe avéré : aujourd’hui la publicité ciblée est la principale source des revenus de ce géant qui chaque jour s’invite dans les entreprises, les institutions, les gouvernements et les foyers. Est-il démocratiquement légitime que quelques entreprises privées américaines accumulent des données très précises et actualisées sur chaque citoyen ? Pour protéger leurs systèmes politiques et s’affranchir des Etats-Unis, la Chine et la Russie ont développé leurs propres moteurs de recherche; l’Europe quant à elle, semble avoir capitulé.

Résumons : nous avons un service de qualité gratuit et en contrepartie, nous donnons à chaque connexion des informations intelligibles à des sociétés privées. Les conditions générales sont si longues que peu prennent le temps de les lire, et les rares lecteurs finissent par signer. Facebook ne s’embarrasse même pas de vous faire accepter quoique ce soit, du moment que vous êtes sur le réseau, vous donnez votre profil, vos échanges, commentaires, photos etc… A la conquête du marché mondial, Facebook propose Internet gratuitement sur les smartphones en Afrique[3]. Il acquiert ainsi l’ensemble des échanges des habitants de ce continent prometteur.

Préserver la démocratie
L’échange est-il fair-play ? Il semble plutôt qu’il y ait certains bugs dans l’équation, notamment dans la réciprocité. Google, Facebook et leurs alter ego sont les champions pour éviter de payer des impôts[4] dans tous les pays où ils sont installés : rien ne doit revenir à l’Etat ! Eloi Laurent, économiste et auteur de « nos mythologies économiques », enseigne à Stanford en Californie. Alors que la Silicon Valley, paradis des entreprises du numérique, est née grâce à des fonds publics, Eloi Laurent affirme que le mythe du néolibéralisme est enkysté dans les esprits : de moins en moins d’Etat, et chacun pour soi. Chaque citoyen doit devenir entrepreneur. Résultat : en Californie, les routes sont dans un état de plus en plus lamentable avec des voitures qui circulent dessus de plus en plus luxueuses ! L’autre paradoxe qui gangrène notre société de l’information concerne la marchandisation de l’économie. La numérisation facilite la commercialisation de toute la société : soins à distance, cours en ligne, démarches administratives, tous les secteurs sont impactés. Or la santé, l’éducation, la culture doivent-elles devenir des marchandises comme les autres ? En Europe, les secteurs non marchands représentent entre 17 et 23% de la valeur ajoutée créée[5]. Etes-vous d’accord pour privatiser ces services ?

Plutôt que de se donner ainsi corps et âme à une technologie détenue par quelques-uns, il est grand temps de lancer un véritable débat démocratique pour savoir si nous serons les esclaves ou les maîtres de la civilisation de l’information. Certaines voix proposent d’autres modèles de développement et méritent d’être entendues. Shoshana Zuboff[6] en fait partie. Membre de la faculté de Harvard Business School, elle étudie la montée d’un capitalisme de surveillance. D’après ses recherches, les protections de la vie privée sont bafouées, l’extraction abusive et l’accumulation de données privées sont aux mains de Big Other : Google, Facebook et consorts. Ces entreprises sont indifférentes aux populations devenues des cibles dont il faut extraire des données. La dimension sociale n’a plus aucun intérêt et la démocratie constitue un danger pour continuer de générer des revenus. C’est une Américaine qui le dit.

Elisabeth Dancet pour drh-tv


[1] http://www.arte.tv/guide/fr/062446-000-A/ils-savent-tout-de-nous

[2] http://www.theguardian.com/us-news/2015/jul/08/nsa-tapped-german-chancellery-decades-wikileaks-claims-merkel

[3] http://kulturegeek.fr/news-69489/facebook-proposer-gratuitement-internet-afrique-satellites

[4] http://www.challenges.fr/high-tech/20160219.REU9090/google-a-fait-transiter-10-7-milliards-d-euros-par-les-pays-bas.html

[5]http://www.afep.com/uploads/medias/documents/

[6] http://www.shoshanazuboff.com/new/about/

Catégories : reconnaissance faciale, big data, démocratie, lunettes intelligentes, protection de la vie privée, droit du citoyen, libertés individuelles Categories : reconnaissance faciale, lunettes intelligentes, protection de la vie privée,
Bien-être au travail ? (bis)
posté le 02/02/2016
posted on 2016/02/02
Les employés des géants du monde numérique sont-ils vraiment heureux ? La question peut paraître saugrenue ; elle marque pourtant une inversion de tendance dans les résultats des sondages qui mesurent l'engagement et la satisfaction des salariés au travail.
Un article récent paru dans The Economist[1], commente les résultats de l'étude menée par TinyPulse aux Etats-Unis à l’automne 2015 et qui montre l’envers du décor. Si la moitié des millionnaires de moins de 40 ans est issue de la sphère digitale, combien à côté d'eux moins doués moins chanceux ont des vies professionnelles qui ne sont pas si excitantes que ça ?

Un mythe qui en prend un coup
Les employés de Goggle, Facebook, Apple et consorts peuvent passer leur journée dans des fauteuils poire les yeux et les doigts rivés sur leur ordinateur portable ; ils bénéficient de repas gratuits et bios, vont faire du sport quand l'envie les en prend et passent autant de temps qu'ils veulent en vacances. Et pourtant…
.. la réalité est un peu moins glamour. Bien sûr, les ingénieurs et programmeurs les plus brillants font l'objet de chasse aux talents et de foire d'empoigne entre les employeurs, faisant ainsi grimper les enchères. Car ces professions sont bien rémunérées, avec des salaires moyens de 150 000 $ par an pour un ingénieur logiciel, assorti de bonus et de stock options. En 2012 par exemple, Facebook a payé 1 milliard de dollars pour acheter Instagram - une société sans revenus - , autrement dit… 13 employés !
Mais qu'en est-il de tous les autres : ingénieurs, programmeurs, techniciens et créateurs de sites et d’applications qui ne sont pas tous en haut de l'échelle, mais d'honnêtes professionnels dans leur spécialité ?

Retrouver du sens
L’étude menée par TinyPulse porte sur 5 000 employés de la sphère technique. Seulement 19%  d'entre eux reconnaissent être heureux dans leur travail ! D’oû vient ce malaise : manque de plan de carrière et de perspective de développement pour  69% d’entre eux. Près de 75% des ingénieurs et techniciens du panel ne se sentent pas soutenus par leur entreprise ni par leur hiérarchie ; ils ne comprennent pas non plus la vision de leur entreprise. Les salaires attractifs de ces professions ne suffisent pas à donner du sens à leur contribution. Serait-ce aussi que ces professionnels qui passent leur vie derrière des écrans dans un monde virtuel et investissent peu la sphère relationnelle ressentent un sentiment de vide une fois qu’ils lâchent leur machine ?

Les coaches et accompagnants ont de l’avenir pour aider ces professionnels à re-trouver le bonheur là où il se trouve. Serait-ce que nous nous dirigeons à toute vitesse et sans vision dans une impasse, co-créateurs d’un monde virtuel déconnecté de la réalité ? Le sentiment de plénitude et d’accomplissement se trouve-t-il dans les jeux vidéos, la programmation d’applications, l’aspiration et le traitement de données de plus en plus volumineuses, ou plutôt dans la vie réelle ? Renouer un contact de qualité avec ses pairs et ses proches, se reconnecter régulièrement avec la nature sans laquelle nous ne pouvons survivre, retrouver le plaisir de contribuer à un projet qui ait du sens à une période cruciale de notre évolution, créer ensemble, construire avec ses mains…

Et vous, qu’est-ce qui vous rend heureux dans votre travail ?

Elisabeth Dancet pour drh-tv



[1] http://www.economist.com/news/business/21688390-glamorous-tech-startups-can-be-brutal-places-workers-other-side-paradise

Catégories : bien-être au travail, gestion du stress, professions numériques, sens, coaching, contribution Categories : bien-être au travail, gestion du stress, professions numériques, sens, coaching, contribution
Marque Employeur 2016 : année décisive
posté le 11/01/2016
posted on 2016/01/11
Développer et maîtriser votre marque employeur en ligne va devenir un impératif en 2016. La transformation numérique bouscule les entreprises et les pousse à faire preuve de plus de transparence et à communiquer via les réseaux sociaux, que ce soit vis-à-vis de leurs salariés, leurs prospects, leurs clients et partenaires. Les modalités de la communication et du marketing en ligne sont à revisiter, en adoptant un ton plus conversationnel pour parler de son savoir-faire, de ses produits, projets et services tout en restant fidèle à son image.

4 raisons pour manager la web-réputation de votre entreprise
Si vous êtes une entreprise B to C, vous avez déjà intégré l’usage de ces médias dans votre communication, mais la présence en ligne n’est que la première étape du processus pour vraiment tirer parti de la puissance des réseaux. Les entreprises B to B sont elles aussi concernées : en appuyant sur le starter en 2016, vous prenez une longueur d’avance sur vos concurrents. La stratégie marque employeur dépend de votre taille et de votre marché. Que vous soyez un groupe international ou une PME, voici au moins 4 bonnes raisons pour prendre en main votre marque employeur en 2016 :

  1. Vous recrutez

Recruter les profils dont vous avez besoin. L’accès à des compétences techniques et relationnelles en ligne s’est considérablement enrichi grâce aux réseaux professionnels Linked’In ou Viadeo, devenus incontournables. Pour mémoire, le coût d’un recrutement raté d’un cadre est estimé selon diverses sources[1] autour de 40 000 € !

  1. Vous fidélisez vos talents et vos clients

Fidéliser les talents qui sont au cœur de votre entreprise. Celles et ceux qui exercent des métiers clés dans votre entreprise peuvent devenir vos meilleurs contributeurs sur les réseaux. Vous pouvez en faire des ambassadeurs de votre marque. Les entreprises aussi ont un profil sur Linked’In ou Viadeo. Si la page est statique et que le seul commentaire est un commentaire négatif laissé par un employé anonyme, imaginez l’impact sur les candidats potentiels et… sur vos clients (le cas est réel et plus fréquent qu’on imagine).

  1. Vous vous démarquez de vos concurrents

Votre présence sur les médias sociaux conforte votre image en plus de votre site. Depuis 2013, la recherche en ligne est devenue la première source de renseignements, loin devant la presse et la TV[2]. C’est vrai aussi pour votre entreprise. Les médias sociaux sont un savoureux mélange de news, de potins et d’informations dans lequel il faut apprendre à vous insérer en trouvant le ton qui convient à votre marque.

  1. Vous développez votre chiffre d’affaires

Si votre entreprise est active sur les réseaux, elle a à disposition un potentiel important pour communiquer et faire connaître ses projets, produits et services. Non seulement vous dynamisez votre image digitale, mais vous créez du buzz auprès de communautés dont les frontières sont devenues poreuses : salariés, clients et prospects échangent, relaient et démultiplient l’information. En nourrissant vos abonnés et autres « followers » d’actualités pertinentes, vous encouragez la viralité et démultipliez les canaux de marketing et de vente pour développer votre chiffre d’affaires.

L'absence a un coût
Si vous ne vous préoccupez pas de votre marque en ligne, d’autres le feront pour vous – et pas forcément dans le sens que vous souhaitez ! Il y a quelques mois, j’ai rencontré le DRH d’une grande entreprise leader du numérique en France qui m’a dit : « nous n’avons pas peur de Glassdoor ». Je n’ai pas épilogué, simplement le constat est là. Fondé aux USA en 2008, Glasdoor est un site qui permet aux employés et ex-employés de noter et de faire des commentaires sur leur employeur et son management. Désormais implanté dans une douzaine de pays dont la France, Glassdoor vient de classer les entreprises françaises où il fait bon travailler en 2015, à partir d’un algorithme traitant tous les commentaires collectés. Sanofi arrive en tête du classement, et l’entreprise du numérique ne fait pas partie des 10 premiers. Lorsqu’on est un employeur leader de son secteur qui recrute régulièrement ingénieurs, techniciens et spécialistes du numérique, peut-on ignorer l’évidence ?

Dans un prochain article, nous verrons comment s’y prendre concrètement pour développer votre marque employeur et renforcer votre présence en ligne.

Elisabeth Dancet pour drh-tv


[1] http://emeraude-rh.com/2014/03/24/le-cout-dun-recrutement-rate/

[2] 2015 Edelman Trust Barometer

Catégories : web reputation, marque employeur, transformation numérique, recrutement en ligne, réseaux sociaux, médias sociaux Categories : web reputation, marque employeur, transformation numérique, recrutement en ligne, réseaux sociaux
Bonheur au travail ?
posté le 17/12/2015
posted on 2015/12/17
Faire face au stress
Le stress au travail est devenu un sujet de préoccupation pour les entreprises au début des années 2000. Le burn-out et le mal être au travail ont conduit les partenaires sociaux à proposer en 2004 un accord européen sur la prévention de ces risques. Cet accord propose des indicateurs pour dépister le stress au travail et un cadre pour le prévenir; il a été signé par les entreprises en 2008. La médiatisation de suicides sur le lieu de travail, dans de grandes entreprises nationales notamment, a également contribué à attirer l’attention sur les facteurs de stress.

Le stress face aux changements majeurs de la société
Notre société continue de se transformer à un rythme effréné. Par la robotisation, l’automatisation des tâches, la mise en réseau et la numérisation de plus en plus de métiers, le futur s’annonce de moins en moins créateur d’emplois. Erik Brynjolfsson, professeur au MIT et son co-auteur Andrew McAfee, n’hésitent pas à prédire un futur aux mains des machines[1], où la technologie, non seulement détruit de nombreux jobs, mais contribue à la stagnation des revenus et aux inégalités. La situation préoccupante de l'emploi dans notre pays confirme effectivement que les inégalités se creusent. Les emplois de fonctionnaires donnent à ceux-ci une valeur ajoutée marginale de plus en plus forte en matière de sécurité et de retraite. Même quand ces emplois ne sont plus justifiés. Dans le secteur privé, la création d’emplois est freinée par une conjoncture économique atone et des conditions d’embauches trop contraignantes. Les gouvernements successifs ont bien encouragé la création d’entreprise. Outre le fait qu’il faut accepter de ne pas se rémunérer pendant 2 ou 3 ans, ces entrepreneurs doivent bien souvent passer le palier de 3 à 5 ans d’existence de leur entreprise pour pouvoir embaucher. Notre société semble plutôt décidée à maintenir le statu quo, à conserver le plus longtemps possible les avantages acquis - petits et grands - . D’où l’attitude cynique d’une partie des jeunes démarrant leur vie professionnelle.
Plutôt que de parler de bonheur au travail, revenons à la notion essentielle de contribution : nous avons besoin de trouver un sens à notre travail, que celui-ci apporte une contribution à la société. Les recherches en sciences humaines aboutissent à  des facteurs constants qui concourent à se sentir heureux au travail : reconnaissance pour sa contribution, travail en équipe, qualité relationnelle. Les positions extrêmes sont facteurs de stress : occuper un poste qui n’a pas de raison d’être, faire le travail de 3 personnes suite à une réduction d’effectif ou se retrouver trop longtemps au chômage : dans notre pays, des millions d'actifs sont aujourd’hui concernés par ces situations.

Bonheur au travail : de quoi parle-t-on ?
Vouloir convertir la gestion des risques psychosociaux en bonheur au travail est un tour de passe-passe sémantique : revenons de préférence à ces fondamentaux que sont le sens et la contribution. Sans oublier qu’être heureux au travail est un concept occidental, qui ferait sourire plus d’un asiatique (au mieux) et ne fait pas partie des préoccupations de centaines de millions de travailleurs des pays en développement.
En Europe, certains chefs d’entreprise convaincus et habités par des valeurs ont effectivement fait du bonheur au travail une de leurs clés de la réussite. Ils ont remanié des modèles d’organisations dépassés basés sur la division des tâches et le contrôle. La suppression des hiérarchies intermédiaires et l’autonomie des employés qui participent directement aux décisions opérationnelles conduisent à un accroissement de la productivité et à de meilleurs résultats. Le documentaire bonheur au travail[2] diffusé sur Arte montre que ces r-évolutions sont possibles avec des cas concrets. Et ce dans des secteurs aussi différents que le secteur public (en Belgique), les PME ou les grandes entreprises.

Après tout d’après un sondage récent[3], plus des deux tiers des Français se déclarent heureux dans leur travail.

Le bonheur est déjà là ?

 

Elisabeth Dancet pour drh-tv



[1] http://www.technologyreview.com/featuredstory/515926/how-technology-is-destroying-jobs/l

[2] http://www.arte.tv/guide/fr/051637-000/le-bonheur-au-travail

[3] Sondage Opinion Way sur un échantillon représentatif des salariés français - Octobre 2015

Catégories : bonheur au travail, emploi, risques psychosociaux, stress, stress au travail, création d'entreprise Categories : bonheur au travail, risques psychosociaux, stress, stress au travail, emploi, création d'entreprise
Planter un arbre
posté le 27/08/2015
Plant a tree
posted on 2015/08/27
Pouvez-vous imaginer ce monde sans arbres? Lorsque les arbres restants seront maintenus dans des conservatoires parce que nous aurons détruit les forêts sur toute la planète? Malheureusement, ceci est l'un des futurs probables que nous nous préparons !
La déforestation a fait partie de la vie de l'homme depuis des millénaires: les gens avaient besoin de bois pour chauffer leurs maisons et cuire les aliments. Mais à partir du XIXe siècle, avec la révolution industrielle, l'exploitation des ressources naturelles, et notamment des forêts, a augmenté à un rythme exponentiel. Malgré nos ressources limitées, ce rythme se poursuit aujourd’hui.
Le temps est venu pour nous tous de devenir Planteurs d’arbres et de reboiser la planète Terre..

Une action qui a du sens
Qu'est-ce que la plantation d'arbres peut nous apporter, à nous et à la planète ?

Planter des arbres est primordial :

  1. Les arbres et les forêts sont en fait des écosystèmes complexes: ils aident à lutter contre le changement climatique, car les arbres absorbent le dioxyde de carbone.
  2. Planter des arbres contribue à arrêter la désertification, car leurs racines retiennent le sol tout en le réhydratant
  3. Ils préservent la biodiversité et ils contribuent à l'économie locale de façon durable.

Mais planter un arbre n’est pas seulement une action écologique positive pour vous et pour la planète. Cela peut aider à restaurer l'espoir. Il y a 9 ans, j’ai perdu mon meilleur ami Dominic, mort de leucémie à l'âge de 39 ans. J’étais dévastée par le chagrin et la tristesse. Quand j’ai appris sa mort à un autre ami Claude, celui-ci m'a invité à venir chez lui pour prier avec lui et sa femme pour l'âme de Dominic. Un week-end, je me suis rendue dans leur maison en banlieue parisienne ; quand je suis arrivée, Claude était en train de planter un petit cerisier dans son jardin. Le seul fait de voir cet arbre planté en ce jour si particulier pour moi a allégé mon chagrin. La dernière fois que je leur ai rendu visite, le cerisier avait poussé, il était en bonne santé et portait des cerises ! J’ai goûté ses fruits : les cerises étaient juteuses et sucrées. En revoyant cet arbre des années plus tard, vigoureux, en bonne santé et couvert de fruits, je me suis sentie sereine. Planter un arbre peut donner ou redonner de l'espoir.
Si vous avez vu le film Le Seigneur des Anneaux, vous vous souvenez de Sylvebarbe, le plus ancien des Ents, les arbres qui marchent. Avant de partir en guerre contre Saroumane - le magicien noir, il dit : « Saroumane a un esprit de métal. Il ne se soucie plus des êtres vivants ".
NOUS SI : c’est pour cela que nous plantons des arbres!

Planter des arbres est comme construire un pont vivant vers un avenir positif et une planète saine.
Il y a quelque temps, j’ai participé à un programme de plantation d'arbres dans le sud-est de la France. Nous étions au milieu d'un parc régional, un matin frisquet en Novembre. La fin de l'automne est généralement la saison pour planter des arbres. Nous étions tout un groupe de personnes, y compris des familles avec enfants. Nous avons travaillé par paires, et chaque paire a dû creuser un trou dans le sol avec une pelle pour chaque arbre et croyez-moi, creuser dans un sol froid et dur est un effort physique! Nous avons planté 40 de nos petits chênes, et je me souviens d'un garçon à côté de moi - il devait avoir 7 ans - Il regardait ce petit arbre qu'il venait de planter et il a dit - perplexe -:
- Ho! J’arrive pas à croire qu’il va grandir autant ! et j’ai ajouté :
- Oui! Et il sera encore là longtemps après que nous aurons disparu !

Planter en ligne
Maintenant, je sais ce que vous allez me dire: j’aime votre idée de planter un arbre, mais que puis-je faire? Je vis dans une grande ville, comment puis-je planter un arbre alors que j’habite en ville, dans un appartement ?

Vous pouvez contribuer à la reforestation et planter en ligne : il existe de nombreux sites pour participer à la reforestation, partout dans le monde. En voici deux que je trouve remarquables : Plant for the Planet est un un mouvement initié par des enfants en Europe. Tout a commencé une école en Allemagne. Un jeune garçon de 9 ans, Felix Finkbeiner, a découvert l'histoire de Wangari Maathai, cette femme kenyane lauréate du Prix Nobel de la Paix 2004. Militante écologiste, elle a été récompensée pour son travail pour le développement durable. Surnommée « la femme des arbres » - tree woman - grâce à son mouvement « la Ceinture Verte »,  elle a contribué à replanter plus de 30 millions d’arbres à travers l'Afrique. Felix, inspiré par le travail de cette pionnière, a démarré son mouvement, et avec l’aide l’UNESCO, il a rassemblé des enfants de tous les pays, pour planter 1 million d'arbres dans chaque pays de la terre.
Le site Reforestaction est consacré à la reforestation et œuvre en France, au Sénégal, en Inde, au Pérou, en Equateur et au Guatemala. Cette entreprise sociale créée en 2010 par un Français Stéphane Allaire, plante jusqu'à 100 000 arbres par an de manière participative, pour le compte d’entreprises et de particuliers. En plantant un arbre avec Reforest'Action, vous agissez pour limiter le changement climatique, préserver la biodiversité, et améliorer les conditions de vie de populations en difficulté, pour vous-même, les autres et les générations futures...
Avec ces projets, vous pouvez tout faire en ligne: vous choisissez votre arbre, la région ou le pays où vous souhaitez qu'il soit planté, l'arbre est planté pour vous, et votre nom est attaché à l'arbre. Ou vous pouvez aussi choisir de le faire en groupe et planter une parcelle d'arbres en famille ou entre amis!

Alors, vous voilà prêts à planter un arbre ?

Elisabeth Dancet pour drh-tv

Can you imagine this world without trees? Where the remaining trees would be kept in conservatories because we would have destroyed forests all over the planet? Unfortunately, this is one of the probable future we’re getting ourselves ready for!
Deforestation has been part of man’s life on this planet for millenia: people needed wood to heat their homes and cook food. But by the nineteenth century with the industrial revolution, exploitation of natural resources including forests grew at an exponential rate and is still ongoing today.
Time has come for us all to plant trees and reforest planet Earth!

A meaningful action
What does planting trees can do for you and for the planet? There are many reasons why it’s a great incentive to plant trees:

1.Trees and forests are in fact complex ecosystems: they help fight climate change because they absorb carbon dioxide.
2.They also stop desertification, because they hold the soil together while helping re-hydrating it
3. They preserve biodiversity and they contribute to thriving local economies in a sustainable way.

But planting a tree is not only an ecological action that is good for you and for the planet. It can help restore hope. 9 years ago I lost my best friend Dominic: he died of leukemia at the age of 39. I was devastated with grief and sorrow. When I told another friend about Dominic’s death, he invited me to come over and pray together with him and his wife for Dominic’s soul. I drove to their house in the suburbs of Paris, and when I got there, my friend was in the process of planting a small cherry tree in the garden. Seeing this tree being planted on a special day for me lifted my heart. Last time I saw the tree, it had grown strong and healthy and was bearing fruit. I tasted its cherries: they were sweet and juicy! The very sight of the tree, the fact that it was alive and bearing fruit made me feel light and serene. So planting a tree can give or restore hope.
If you have seen the movie The Lord of the Rings, you remember Treebeard, the oldest of the Ents, the walking Trees. Before going to war against Saruman - the black magician, he says:

Saroumane has a mind of metal and wheels. He no longer cares for living things”.
WE DO: so we plant trees!

Planting trees is like building a living bridge towards a positive future and a healthy planet.
Some time ago, I participated in a tree planting program in the southeast of France. We were in the middle of a Regional Park, on a chilly morning in November. Late fall is usually the season for planting trees. We were a group of people, including families and children. We worked in pairs, and each pair had to dig a hole in the ground with a shovel for each tree and believe me, digging in a cold hard soil is a physical endeavor! We planted 40 of our little oak trees and I remember a boy next to me - he must have 7 years old - He looked at this tiny tree he had just planted and he said - puzzled -:
- ho! I can’t believe it’s going to grow so tall! and I said,
- Yep! And it’s going to be here long after we are gone!

Plant a tree online
Now I know what you’re going to say: I love your idea of planting a tree, but what can I do? I live in a big city, how can I plant a tree when I live in a city, in an apartment?
1.    You can contribute to reforestation and plant trees online: There are many websites to participate in reforestation around the world. Here are two great ones I advise you to use:
Plant for the Planet is a movement initiated by children in Europe. It all started in a school in Germany. The boy who started it is called Felix Finkbeiner. Felix was 9 years old when he found out about the story of Wangari Maathai, the Nobel Peace Prize Laureate from Kenya who has worked to plant over 30 million trees across Africa as part of her Green Belt Movement. So Felix started Plant a Tree for the Planet and gathered children from all over the world with the help of UNESCO to plant 1 million trees in each country of the earth.
2.     Reforestaction This website is devoted to reforestation and works in France, Senegal, India, Peru, Ecuador and Guatemala. This social business created in 2010 by a French engineer Stephane Allaire, gathers companies and individuals to plant up to 100,000 trees per year!. By planting a tree with Reforest'Action, you act to prevent climate change, preserve biodiversity and improve the living conditions of endangered populations, for yourself, others and future generations.
With these projects, you can do everything online: you choose your tree, region or country where you want it to be planted, the tree is planted for you, and your name is attached to the tree. Or you can choose to do as a group and a parcel planted with trees with family or friends!

Now, tell me: are U ready to plant a tree?

Elisabeth Dancet for drh-tv.com

Catégories : écologie, COP21, reforestation, consom'acteurs, changement, planter des arbres, changement climatique, acteur du changement Categories : écologie, COP21, reforestation, consom'acteurs, changement, planter des arbres, changement climatique, acteur du changement
L'écologie est votre affaire
posté le 28/07/2015
Ecology matters
posted on 2015/07/28
Une si jolie Bille Bleue
Aujourd’hui personne ne peut sous-estimer les problèmes liés à l’écologie. Le basculement s’est fait dans la conscience humaine lorsque les premiers astronautes nous ont envoyé des photos extraordinaires : des images de notre maison. Quelle émotion de découvrir cette « bille bleue » flottant dans l’espace, intense, magnifique, si vulnérable aussi tant elle paraissait petite, illuminée par le soleil dans le grand vide spatial. La photo date de 1972 : 43 ans plus tard et avec Internet, elle est une des photos les plus répandues dans le monde, visionnée par des milliards de personnes. La même année, des scientifiques, économistes et industriels se réunissent au sein du Club de Rome pour réfléchir aux problèmes complexes que rencontrent les sociétés humaines et examiner leur futur.

Un peu d’histoire
Le Club de Rome publie un rapport qui fait date « Les limites de la croissance »[1] alertant les gouvernements sur les ressources limitées, notamment en énergie fossile, qu’il allait falloir remplacer tôt ou tard sous peine de crises majeures et d’effondrement économique. La prise de conscience collective que nous vivons sur une planète finie avec des ressources limitées a grandi depuis, au rythme de la gravité des problèmes environnementaux que nous rencontrons aujourd’hui. Malheureusement, l’histoire a montré que la prévention ne rapporte pas suffisamment aux meneurs du jeu, et jusqu’à présent les intérêts des multinationales liés à ceux des gouvernants ont prévalu. Certes le club de Rome a donné naissance à l’écologie politique et a contribué à ouvrir les consciences. Pourtant, depuis ce fameux rapport, la domination des multinationales s’est accrue avec le soutien sans faille des banques d’affaires pour poursuivre un développement accéléré de l’exploitation des ressources de notre planète, en particulier pétrolières et minières. Aux Etats-Unis, malgré les protestations des écologistes, l’exploitation des gaz de schistes est en plein boom. Depuis les années 2000, cette nouvelle ruée vers l’or noir a relancé l’économie et créé des centaines de milliers d’emplois. Du coup, les prix du brut s’effondrent, mais avec quelles conséquences pour l’environnement et pour la santé humaine ? Dick Cheney a mis toutes les chances du côté des pétroliers lorsqu’il était vice-président sous la mandature de George Bush. Il a fait passer une loi connue sous le nom de « Halliburton Loophole »[2], qui exempte les compagnies pétrolières de garantir l’eau potable aux populations sur les sites d’exploitation ! On peut donc légitimement en conclure que les produits utilisés dans la technique de la fracturation hydraulique sont dangereux pour l’eau, pour la santé humaine et pour le vivant en général. Voir à ce propos l’excellent film de Gus van Sant « Promised Land »[3] sorti en 2012. Les Européens sont plus récalcitrants, mais résisteront-ils encore longtemps ?

La logique destructrice du « toujours plus, plus vite »
Les économistes s’époumonent, les conférences sur le changement climatique se succèdent et s’enlisent pendant que les majors continuent de détruire la planète à une vitesse prodigieuse. Nous les citoyens ordinaires, que pouvons-nous faire ? Seuls les fous détruisent l’écosystème même dont leur vie dépend !! Comment répondre aux défis qui se posent à nous après une telle prise de conscience ?

Vous citoyen/ne, que pouvez-vous faire ?
- Vous désintéresser du problème : les politiques s’en occupent à votre place, tout est trop compliqué, vous avez déjà suffisamment de charges et de problèmes à régler dans votre vie... C’est une posture compréhensible mais à terme, vos enfants qui vont hériter de l’état de cette planète risquent de vous demander : qu’as-tu fait pour changer le cours des choses ?
- Faire confiance à la technologie : la société actuelle exige d’avoir une confiance aveugle dans la technologie, présentée comme une source d’un progrès infini. La technologie progresse aujourd’hui à une vitesse qui n’est plus en adéquation avec le rythme de la vie biologique. Pendant que la disparition de la biodiversité s’accélère : d’après son dernier rapport[4], 52% des espèces vivantes suivies par le WWF depuis 1970 ont disparu en 2014, d’aucuns vous promettent des révolutions grâce aux NBIC[5]. D’une part, les robots vont prendre en charge de plus en plus de jobs et de taches pénibles (c’est déjà en cours). Ensuite, les ordinateurs vont devenir plus intelligents que les humains (certains experts annoncent la singularité pour 2030). Donc pourquoi vous inquiéter ? Demain vous serez transformés en machines mixtes ordinateur-biologie, alors quelle importance si la Terre est polluée, invivable et vidée de sa biodiversité ? Mais est-ce ce monde-là que vous avez choisi de créer consciemment ?
- Ou bien vous pouvez soutenir les associations qui oeuvrent pour limiter les dégâts et changer la donne. Je citerai en particulier deux des plus connues et des plus actives. Greenpeace est une ONG indépendante qui oeuvre pour la protection de l’environnement. Grâce à ses actions, de plus en plus de citoyens sont alertés des pratiques prédatrices et polluantes des multinationales et des gouvernements. L’autre est Sea Sheperd mouvement militant très actif dans la protection de la vie dans les océans. Il en existe beaucoup d’autres. Votre engagement peut être financier ou plus actif et militant selon votre temps, vos ressources et vos priorités.
- Ou encore vous pouvez rejoindre un mouvement citoyen. D’après Paul Hawken[6], ils en existent des millions aujourd’hui. Partout sur la planète, des citoyens, décidés à reprendre en main leur futur, expérimentent, inventent des modes alternatifs d’action, de vie, de coopération par le biais d’associations, de collectifs, de SCOP, de réseaux sur Internet...
- Et si vous changiez de vie : vous pouvez choisir d’aller vous installer à la campagne pour renouer avec la nature et le cycle des saisons, vivre davantage en plein air, pratiquer des sports de pleine nature. C’est ce que j’ai fait, il y a 4 ans. Même si je retourne régulièrement à Paris pour des missions, je suis plus heureuse et plus en adéquation avec ma propre écologie, et j’apprécie chaque jour la beauté, l’abondance et l’intelligence de cette jolie bille bleue et de sa biodiversité. Comme Michelle Obama, j’ai découvert le plaisir de jardiner bio !

- Alors et vous, l’écologie vous en faîtes votre affaire?

Elisabeth Dancet pour drh-tv


[1] http://www.clubofrome.org/?p=326

[2] http://www.globalresearch.ca/shale-gas-hydraulic-fracking-poisoned-water-inducing-earthquakes/30678

[3] http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=193544.html

[4] http://www.wwf.fr/vous_informer/rapports_pdf_a_telecharger/?3420/rapport-planete-vivante-2014

[5] Nanotechnologies, Biotechnologies, Informatique et Sciences Cognitives

[6] Blessed Unrest by Paul Hawken

Our Pretty Blue Marble
Today nobody can underestimate ecological issues. The changeover was made in human consciousness when the first astronauts sent us extraordinary pictures: pictures of our home. What a thrill to discover this 'blue marble' floating in space, intense, beautiful, so vulnerable as she seemed very small, illuminated by the sun in large empty Space. The picture was taken in 1972: 43 years later and with the Internet, it is one of the most popular images in the world, seen by billions of people. That same year, scientists, economists and business people met in the Club of Rome to reflect on the complex issues facing human societies and examine their future.

Some History
The Club of Rome published a landmark report entitled "Limits to Growth[1]" alerting governments on limited resources, including fossil fuels, which would have to be replaced soon, under penalty of major crises and economic collapse. The collective awareness that we live on a finite planet with limited resources has grown since, along with the most serious environmental problems we face today. Unfortunately, history has shown that prevention does not generate enough profit for the leaders of the game, and so far corporate interests linked to those of the rulers prevailed. The Club of Rome gave birth to political ecology and contributed to awakening our consciousness. Yet since that famous report, domination of multinational corporations has increased with the strong support of private investment banks to continue the accelerated development of the exploitation of our planet's resources, especially oil and mining. In the US, despite protests from environmentalists, the exploitation of shale gas is booming. Since 2000, this new Black Gold rush has revived the economy and created hundreds of thousands of jobs: Crude oil prices collapse, but what are the consequences for the environment and human health? Dick Cheney worked hand in hand with the major oil corporations during his term as vice-president under George Bush. He actively contributed to pass an amendement known as the "Halliburton Loophole[2]" which exempts oil companies from ensuring that people have access to clean drinking water on operating sites! We can therefore conclude that the products injected during hydraulic fracturing are hazardous for water, hence human health and living beings in general. Go and watch "Promised Land[3]" an excellent movie on the subject, directed by Gus van Sant and released in 2012. Europeans are more reluctant to accept fracking, but will they be able to resist much longer?

The destructive logic of "more growth, faster"
Economists and ecologists are speaking out, government officials run one conference after the other on climate change and are getting bogged down while the major industries continue to destroy the planet at a prodigious rate. As ordinary citizens, what can we do? Only madmen destroy the very ecosystem on which their lives depend !! How should we meet the challenges we face after our consciousness has been awakened?

Citizen of the Earth, what can you do?
- You can ignore the problem: politicians are in charge, everything is too complicated, you already have enough burdens and problems to solve in your life ... This is an understandable position, but eventually your children who will inherit the state of this world may ask you: what did you do to change the course of things?
- You can trust technology: today's society requires us to have a blind faith in technology, presented as a source of infinite progress. Today, technology is advancing at a rate that is no longer in line with the pace of biological life. While the loss of biodiversity is accelerating, according to its latest report[4], 52% of living species followed by the WWF since 1970 have disappeared in 2014. We are being promised  revolutions thanks to the NBIC[5]. First, robots will take over more and more jobs and laborious tasks (already in progress). Then, the computers will become smarter than humans (some experts announce the singularity by 2030). So why worry? Tomorrow you will be transformed into mixed biological computer machines, so who cares if the Earth is polluted, unlivable and emptied of its biodiversity? But is this the world that you have chosen?
- Or you can support associations working to limit the damage and change the status quo. I mention in particular two of the best known and most active: Greenpeace, an independent NGO working for the protection of the environment. Through its actions, more and more citizens are being alerted of predatory and polluting practices of multinationals and governments. The other is Sea Shepherd an activist movement fighting for the protection of life in the oceans. There are many others. You can help them financially or committ more actively depending upon your time, your resources and priorities.
- Or you can join a citizens' movement. According to Paul Hawken, millions of these movements are operational today. Across the globe, there are citizens determined to regain control of their future: they experience, inventing alternative modes of action, of life, cooperating through associations, collectives, co-ops, networking on the Internet ...
- And what about changing your life style: you can choose to settle in the countryside to reconnect with nature and the seasons, enjoy life outdoors, practice outdoor sports. That’s what I did 4 years ago. Although I regularly travel back to Paris for work, I am happier and more in line with my own ecology. Everyday I enjoy the beauty, abondance and intelligence of our beautiful blue marble and its biodiversity. Like Michelle Obama, I too have discovered the pleasure of organic gardening!

- And you, what are you doing to make ecology matter?

 

Elisabeth Dancet for drh-tv



[1] http://www.clubofrome.org/?p=326

[2] http://www.globalresearch.ca/shale-gas-hydraulic-fracking-poisoned-water-inducing-earthquakes/30678

[3] https://en.wikipedia.org/wiki/Promised_Land_%282012_film%29

[4] http://www.wwf.eu/media_centre/publications/living_planet_report/

[5] Nanotechnology, Biotechnology, Information Technology and Cognitive Science

Catégories : écologie, protection de la planète, gaz de schiste, mouvement citoyen, initiatives citoyennes, biodiversité Categories : écologie, protection de la planète, gaz de schiste, mouvement citoyen, initiatives citoyennes, biodiversité
Innovations sociales
posté le 17/07/2015
Social Innovations
posted on 2015/07/17
Nous vivons un changement de paradigme en marche depuis les années 70. Les innovations technologiques se déploient à toute vitesse et envahissent notre vie en nous attirant par toutes sortes de nouveautés, du selfie à l’observation en continu de notre performance en passant par les connexions tout azimut et l’explosion du Big Data qui l’accompagne. Ce Big Data alimente des machines voraces qui conservent, analysent et triturent tous nos faits et gestes, mais pour quoi faire ? Nous vendre encore plus de produits et services – pour beaucoup inutiles, nous contrôler et nous transformer en robots manipulés pour continuer de faire fonctionner la machine infernale ? A croire que nous les humains nous comportons comme des gamins jouant avec des allumettes aux quatre coins d’un entrepôt bourré d’explosifs !

Car face à tous les défis que nous avons à relever collectivement et rapidement, l’innovation sociale nous paraît autrement urgente pour créer ensemble ce nouveau paradigme : les initiatives multiples qui germent via Internet sont-elles les prémisses de ce renouveau, comme autant d’énergies qui se rassemblent, collaborent et inventent ensemble ?

Défis du climat
Certains veulent continuer d’ignorer la réalité des changements climatiques, alors que ceux-ci sont significatifs sur toute la planète. Plus marqués dans certaines zones, notamment dans les pays du Sud, ils affectent tout le vivant. La France se prépare à accueillir la conférence des parties de l’ONU en Décembre prochain – la COP21, et les événements préparatoires se multiplient. On ne parle plus de changement mais de solutions possibles pour en diminuer l’impact et nous adapter. Lors de la conférence scientifique internationale[1] qui vient de se dérouler à Paris, près de 2 000 spécialistes et participants se sont retrouvés pour faire état des impacts des changements climatiques et présenter des solutions pour relever les enjeux qui en découlent. De la fonte accélérée de l’Arctique à la vulnérabilité croissante des écosystèmes et des océans en passant par les défis de la transition énergétique, les impacts sur la santé humaine et les modes de vie, la nécessaire adaptation et préservation du vivant, les enjeux abondent sur tous les fronts.

Les limites de l’approche scientifique
On a voulu réduire le changement climatique à un chiffre : ne pas dépasser 2°C d’élévation de température sur l’ensemble de la surface du globe. Le message a le mérite d’être simple, facile à communiquer pour les politiques et à entendre pour le peuple. Mais derrière cette limite - qu'on ne tiendra pas - se cache une complexité qui nécessite une convergence multidimensionnelle de processus et d’actions pour atténuer les effets de ces mutations. Que les scientifiques analysent et mettent en oeuvre les outils pour surveiller ces changements est important. Mais en aucun cas suffisant. Pour reprendre un tweet publié pendant la conférence : de l’orgueil à l’humilité, les limites de manager les changements climatiques au travers de la lentille scientifique. Certains intervenants ont montré une réelle convergence sur la nécessité des innovations et transformations sociales, encore plus essentielles que les innovations technologiques. Apprendre en faisant, expérimenter, accompagner des destructions créatives, construire des alliances : autant de propos partagés par les intervenants, démontrant le besoin d’impliquer un maximum d’acteurs pour relever ensemble ces défis. Il faut atteindre le plus rapidement possible ce point de rupture où le peuple devient leader de ces changements. C’est en combinant les approches top-down et bottom-up que les transformations efficaces seront testées et mises en œuvre. Aux politiques aussi de se transformer et de s’adapter pour agir comme régulateurs et faire en sorte que ces initiatives se développent et se propagent.

Communiquer pour que chacun s’approprie l’enjeu
Les efforts à mener pour sensibiliser le peuple à ces défis sont colossaux. Mais chacun d’entre nous est concerné. Toutes les initiatives de la société civile sont à relayer, à partager et à déployer pour qu’elles sèment à leur tour. En cela la nature nous montre la voie : à chaque cycle, elle produit des millions de graines qu’elle diffuse à profusion. Certaines se perdent, d’autres s’enfouissent pour renaître plus tard, d’autres encore donnent naissance à des plantes et des arbres, du moment qu’on en prend soin. Il n’y a pas de petit effort, il n’y a que des êtres humains vivants sur une planète finie, chacun a intérêt à en prendre soin pour la maintenir vivante et en bonne santé.

Défi climatique, c’est votre affaire !


Elisabeth Dancet pour drh-tv

We have been experiencing a paradigm shift since the 1970s. Technological innovations are being deployed at a fast speed and invade our lives bringing us all sorts of new trends from the selfie to the continuous observation of our performance through boundless connections and the explosion of ‘big data’ that comes with it. This big data feeds voracious machines that retain, crunch and analyze all our actions, but what for? To sell us more products and services - many unnecessary, to control us and turn us into robots so we continue to operate the infernal machine? It’s as if we humans are behaving like children playing with matches in an explosive plant!
When we look at all the challenges we are facing collectively today, social innovations sound more urgent than technology. Are the many initiatives that sprout through the Internet showing us how the new paradigm could operate, as so many energies come together in collaboration and invention?

Climate Challenges
Some people want to continue to ignore the reality of climate change, but these changes are becoming significant all around the globe. More pronounced in some areas, particularly in the southern countries, they affect all life forms. France is getting ready to host the UN Conference of Parties next December - the COP21, and preparatory events abound. We no longer speak of climate change, but of possible ways to mitigate its impacts and to adapt. The International Scientific Conference on Climate Change[1] recently took place in Paris, gathering nearly 2,000 experts and participants to report on the impact of climate change and to present solutions to meet these challenges. Challenges abound on every front including the accelerated melting of the Arctic Ice, the increasing vulnerability of terrestrial and marine ecosystems, critical energy transition to low carbon economy, impacts on human health and lifestyle and the necessary adaptation and preservation of life.

Limitations of the scientific approach
The aim was to reduce climate change to one figure i.e. limiting the average global surface temperature increase to 2°C. The message has the merit of being simple, easy for politicians to communicate and easy for people to remember. But behind this limit - that we won’t achieve - hides a complexity that requires a multidimensional convergence of measures and processes to mitigate the effects of climate change. Scientists need to implement proper tools to analyze and monitor these mutations. It is important but by no means sufficient. To quote a tweet published during the conference: from pride to humility, there are limits in approaching climate change policy through a scientific lens. Key speakers have shown common focus on the need for social innovations and transformations, as being more essential than technological innovations. Learning by doing, experimenting, accompanying creative destruction and building alliances: these are examples that involve a maximum of stakeholders to tackle these challenges together. We must reach the tipping point where people become leaders of these changes as quickly as possible. By combining both top-down and bottom-up approaches, successful transformations can be tested and implemented. Politicians need to transform and adapt as well as acting as regulators to ensure that these initiatives grow and propagate.

Communicate to everyone the challenges ahead
Enormous effort needs to be made with the general public to raise awareness of these challenges. Each of us is concerned. All civic society initiatives need to be shared and deployed so they can spread and multiply.
Nature shows us the way: during each cycle, nature produces millions of seeds it distributes in abundance. Some are lost, others are buried to reappear later and others give birth to plants and trees when they’re taken care of. There is no such thing as a small effort, we’re only human beings living on a finite world. It is in the interest of each and everyone one of us to take care of our planet and keep it alive and healthy.


Climate challenge, that's your business!

Elisabeth Dancet for drh-tv



[1]Our Common Future under Climate Change http://www.commonfuture-paris2015.org/

Catégories : changement climatique, futur, innovation sociale, transformation sociale, COP21 Categories : climate change, COP21, collaboration, social innovation, future, our common future, social transformation
Notre futur sera collaboratif
posté le 03/07/2015
posted on 2015/07/03
Nous vivons une période de transformation où coexistent des systèmes relationnels très différents voire opposés à la fois dans leur dimension physique et philosophique : compétition et collaboration. Pouvons-nous nous permettre de continuer d’utiliser les mêmes comportements d’antan pour vivre ensemble sur une planète finie et dont les ressources sont également limitées ?
En quoi Internet et la numérisation de la société esquissent-ils des modalités de coopération, de partage et d’échanges qui sont de véritables révolutions culturelles et nous montrent la voie ?

Compétition..
La compétition est la règle dans de nombreux domaines de la société humaine :
-       les relations commerciales : remporter des parts de marché, faire du dumping, écraser ou racheter son concurrent
-       le sport : gagner une compétition, un match, une course
-       les relations politiques et géopolitiques : gagner une élection, mettre la main sur des ressources minières, pétrolières, alimentaires, conquérir ou s’approprier des marchés…
La compétition pousse les acteurs, qu’ils soient entrepreneurs, sportifs ou politiciens, à se surpasser : faire mieux, plus vite, plus loin, plus fort. Le succès du football et des jeux olympiques démontre combien les humains sont attachés à ces mises en scène et aux émotions fortes qu’elles suscitent. Nous sommes tellement saturés de ce mode relationnel que la télé réalité s’en est emparé en le déclinant jusqu’à l'absurde via toutes sortes de concours : la plus belle, le meilleur chanteur, le meilleur pâtissier en passant par des mise en concurrence d’équipes réalisant des exploits ou utilisant le mensonge et la manipulation pour gagner… Mais la compétition a des revers : le succès de l’un signifie l’échec de l’autre, dans le mode « compétition », réussir quelque chose se fait aux dépens des autres, tout comme s’approprier des ressources se fait au profit des prédateurs les plus féroces, aux dépens des plus faibles et de nos écosystèmes.

Collaborer
Qu’en est-il de la collaboration ? La collaboration est aussi naturelle aux êtres humains que la compétition, même si elle n’est pas autant valorisée, loin s’en faut. Nous collaborons dans nos familles, avec nos amis, au sein de la sphère associative très développée dans notre pays. La numérisation et Internet impulsent là aussi des transformations majeures. Le partage et la gratuité bousculent des secteurs entiers d’activité qui doivent se réorganiser : de la musique au cinéma, en passant par le journalisme, la radio, la recherche et l’innovation[1]. Et nous n’avons vu que les prémisses de cette révolution. Le cas Uber[2] est exemplaire : il remet en cause l’activité des uns - les chauffeurs de taxi dont c’est le gagne-pain, pour mutualiser des besoins : se déplacer pour les uns, rentabiliser les déplacements pour les autres. Les professions réglementées et protégées ont du souci à se faire, nos fonctionnaires aussi ! Car cette révolution nous montre qu’il est possible de collaborer dans des échanges win-win, du moment que certains ne sont pas en position dominante (Google par exemple !) ou protégés par des statuts obsolètes, des rentes injustifiées, accordées par des lois datant d’une autre époque.

Innover comme l'open source
Le logiciel libre a été en cela pionnier : une révolution numérique qui n’a pas versé de sang, a mis à disposition de tous sans brevets ni royalties des milliards de lignes de code dont nous profitons au quotidien en oubliant bien vite que ces logiciels nous permettent de naviguer, de partager, de nous informer et de nous enrichir via le web, tout cela gracieusement.
La première fonction d’Internet est la recherche d’informations. Qui aurait pu prévoir Wikipedia, la première encyclopédie du monde ?  Avec plus de cent mille contributeurs à travers le monde, elle est visitée chaque mois par près de 480 millions de visiteurs et propose plus de 29 millions d'articles dans plus de 280 langues.[3].

Les politiciens de tous bords auraient tout intérêt à prendre en compte cette révolution, elle est tellement globale et protéiforme que rien ne l’arrêtera. Ces modalités de partage et d’échanges constituent certainement les prémisses de relations coopératives au sein de sociétés humaines à un niveau plus élevé de complexité, indispensables pour notre survie, et où les politiciens n’auront plus qu’un rôle mineur à jouer.
Reste à savoir si ces transformations seront assez rapides pour éviter l’hécatombe et la disparition de nos écosystèmes.
Notre futur sera collaboratif… ou ne sera pas.


Elisabeth Dancet pour drh-tv


[1] Cf. notre article sur les Fablab

[2] http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0203947752276-derriere-le-cas-uber-une-revolution-culturelle-1068260.php

[3] https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Statistiques

Catégories : collaboration, collaboratif, compétition, Uber, open source, logiciel libre, innovation, révolution culturelle, révolution numérique Categories : collaboration, collaboratif, Uber, open source, logiciel libre, innovation, révolution culturelle, révolution numérique
Make it Work
posté le 17/06/2015
posted on 2015/06/17
Nous vivons une période de transformations majeures sur tous les fronts : social, économique et technologique bien sûr, mais surtout concernant notre avenir même sur la Petite Bille Bleue : cette planète qui nous fait vivre et dont pendant longtemps nous avons exploité les richesses sans nous soucier de notre impact. Mais depuis l'avènement de l'ère industriel, l'exploitation des ressources de notre planète s'est développée à un rythme exponentiel. Cette surexploitation a des impacts dangereux pour notre survie : pollution de l'air, de l'eau et des sols, destruction des océans, des forêts et de la biodiversité, fin programmée des énergies fossiles et dérèglements climatiques. Le rythme s'est-il ralenti depuis les premières alertes lancées par le Club de Rome ?

Les limites de la croissance
C'était il y a 43 ans, avec la publication d'un livre qui a fait date : "Halte à la croissance ?". Pour la première fois, des scientifiques, économistes et hommes d'affaires réunis en thinktank lancent un cri d'alarme sur un avenir incertain si nous continuons cette folle équipée d'une croissance à tout prix dans un monde fini. Depuis, les actions citoyennes se sont multipliées, provoquant des prises de conscience et touchant progressivement une population de plus en plus large : Greenpeace œuvre pour la préservation de l'environnement, WWF pour la protection de la nature et de la biodiversité, Sea Sheperd pour la protection des océans, de la faune et de la flore marine. Sous l'égide de l'ONU, les conférences internationales aussi se sont multipliées, mais sans donner les effets escomptés.

Le rythme s'accélère
Force est de constater que non le rythme ne s'est pas ralenti, au contraire : les accords ne vont pas assez loin, pas assez vite, ou encore ne sont pas respectés. La conférence sur la Terre à Rio en 1992 a été un échec en ce qui concerne la déforestation :  les acteurs ne sont pas arrivés à conclure un accord pour arrêter la déforestation. Là encore on doit à la société civile d'avoir réagi et agi plus rapidement en créant un label. Dès 1993, le FSC[1] est créé : une association mondiale qui s'assure que la production de bois respecte les procédures censées garantir une gestion des forêts écologique et durable. Aujourd'hui actif dans 80 pays, tous producteurs de forêts, le FSC est devenu un label environnemental, au même titre que le label AB pour les produits biologiques.
L'Europe a pris le leadership en mettant progressivement en œuvre la législation nécessaire pour organiser la transition énergétique et limiter les impacts sur le climat. Mais les habitudes sont longues à changer, les lobbies et les privilégiés - petits et grands - s'accrochent. Ni les grandes puissances comme les USA et la Chine, ni les producteurs d'énergie fossiles ne jouent le jeu, trop avides de continuer de tirer des revenus et des profits gigantesques de ces énergies. Comme l'a affirmé Milton Friedman, économiste libéral fondateur de l'école de Chicago, prix Nobel d'économie en 1976 : " le moteur de nos sociétés humaines, c'est l'avidité". Est-ce vrai de l'ensemble de la communauté humaine ou s'agit-il de l'avidité que quelques-uns aspirant l'énergie du plus grand nombre ? On peut à juste titre se demander si nous pouvons continuer longtemps sur ces modes de fonctionnement. La réponse viendra peut-être de l'intelligence collective : allons-nous être capables d'apprendre à penser et à agir non plus en individualités et en se basant sur un territoire, mais en meute ou mieux encore en fourmilières, pour survivre, nous adapter, changer les programmes inscrits au plus profond de nos cerveaux et de notre code génétique. D'après les recherches récentes en neurosciences, la coopération aussi est inscrite dans notre évolution... Espérons qu'elle se manifeste à l'occasion de la COP21, la conférence de l'ONU sur le climat qui se tient à Paris en Décembre 2015.

Make it work
Alors que les dérèglements climatiques se multiplient dans toutes les régions du globe, 200 étudiants de Sciences Po, provenant de tous les pays, se sont réunis fin Mai et constitués en délégations pour simuler pendant 3 jours la COP21. La grande originalité aura été de réunir non seulement des délégations par pays, mais aussi des entités qui se jouent des frontières : autour de la table des négociations étaient représentés les Océans, les Peuples Indigènes, les Forets, les Déserts.. Un vrai casse-tête pour l'ONU en matière de souveraineté ! Mais ils ont réussi ! Après d’âpres pourparlers, et en négociant jusqu‘à la dernière minute, ils sont parvenus à un accord pour protéger la planète des effets dévastateurs du changement climatique en mettant en place une gouvernance globale pour l’énergie et les ecosystèmes.
Cet accord n’est pas utopique, affirme Bruno Latour, fondateur et directeur du Medialab de Sciences-Po, à l’origine de cette expérience. La COP21 doit trouver de nouvelles idées pour avancer et aboutir absolument à des accords globaux. Cette expérimentation a montré qu’il est possible de mettre en place les protections nécessaires contre les effets dévastateurs des changements climatiques et converger vers une nouvelle ère de croissance soutenable.

Gageons que les négociateurs sauront s’en inspirer et que Laurence Tubiana[2] se servira des résultats de cette simulation lors de la COP21, comme elle l’a affirmé lors de l’ouverture de Make it Work.

 
Elisabeth Dancet pour drh-tv



[1] Forest Stewardship Council

[2] Ambassadrice de la France à la COP21

Catégories : Coopération, climat, changement climatique, COP21, make it work, club de Rome, croissance, deforestation, négociation, simulation Categories : Coopération, climat, changement climatique, COP21, make it work, club de Rome, croissance, deforestation
Marque Employeur : question de confiance ?
posté le 01/06/2015
posted on 2015/06/01
La marque employeur fait régulièrement l’objet d’articles dans les médias, articles qui bien souvent fournissent des listes d’actions à mener pour recruter les profils recherchés et accroître la présence de la marque dans les réseaux sociaux. Nous avons expliqué dans un précédent article l’importance de la collaboration interne : salariés et responsables communication, RH et marketing - et externe : clients, partenaires et anciens salariés, pour contribuer à bâtir et renforcer la marque employeur. Au fond, la marque employeur se résume-t-elle à une question de confiance ? Confiance des salariés et partenaires dans l’entreprise, confiance des clients dans ses produits et services. La marque avant Internet, c‘était une communication univoque de l’entreprise vers les consommateurs. Aujourd’hui les internautes veulent des échanges, des conversations. Qu’en est-il de la réelle confiance nécessaire pour bâtir ou conserver une marque employeur de qualité ?

Redresser la barre
Depuis 15 ans, Edelman[1], entreprise de relations publiques implantée sur le globe, effectue une étude annuelle globale sur la confiance. En 2015, sur 33 000 personnes interrogées dans 27 pays, le baromètre Edelman 2015 montre que la confiance de manière générale s’érode sur tous les fronts : gouvernements, business, médias, associations.
La confiance dans l’innovation varie selon les secteurs, mais la confiance dans les secteurs de l’électronique et les NTIC a tendance à décroître à la suite des hacking de cette année (affaire Sony) et des problèmes de sécurité et de confidentialité des données (révélations d’Edgar Snowden, espionnage et collecte des données personnelles par la NSA).
Plus de la moitié des consommateurs interviewés estime que le rythme du changement est trop rapide et que toutes les innovations ne sont pas suffisamment testées avant d’être mises sur le marché : en fait, 44% pensent que l’argent et l’avidité conduisent l’innovation plutôt que l’intérêt général et que les gouvernements ne jouent pas ou plus leur rôle de régulateurs.
De même les employés ne font pas d’avantage confiance au PDG d’une entreprise, mais plutôt aux experts du secteur ou de la technologie, ainsi qu’aux autres collaborateurs de l’entreprise.

Cultiver la confiance
Ces études conduites chaque année nous fournissent des directions utiles pour cultiver la confiance, socle d’une entreprise et d’une société saine et efficiente. L’innovation doit s’accompagner de transparence et d’une prise en compte des retours d’expériences des consommateurs. A l’entreprise de démontrer que les nouveaux produits sont bons non seulement pour l’individu mais aussi pour la société.

.. et inciter les salariés à contribuer
D’après Great Place to Work[2], la confiance des salariés dans leur entreprise est basée surtout sur la qualité des relations au travail : confiance dans les dirigeants de l’entreprise, appréciation de ses collègues et fierté de son travail sont les principaux critères qui définissent la qualité de vie au travail.
La transparence et la congruence constituent des dimensions clés de la marque employeur. La prise en compte des propositions des salariés va dans ce sens. Lorsque les employés se sentent bien traités et sont valorisés pour leur travail et leur participation aux projets de l’entreprise, ils deviennent d’excellents vecteurs de la marque, et ont un crédit confiance significatif vis-à-vis de leurs collègues, partenaires ainsi que des futurs employés.

Elisabeth Dancet pour drh-tv

 


[1] http://www.edelman.com/2015-edelman-trust-barometer/

[2] http://www.greatplacetowork.fr/

Catégories : marque employeur, confiance, Edelman Trust barometer, Great Place to Work, innovation Categories : marque employeur, confiance, Edelman Trust barometer, Great Place to Work, innovation
Mon coach et moi
posté le 11/05/2015
posted on 2015/05/11
Aujourd'hui le terme coach est utilisé à toutes les sauces et nécessite d'être clarifié : un coach n'est pas un conseiller. Un conseiller a une spécialité. Il ou elle a acquis une expérience dans un métier et en a tiré des enseignements, des pratiques qui peuvent servir à d'autres. Pour être efficaces, le conseiller comme le coach ont acquis le sens de la pédagogie et de la synthèse ainsi qu'une bonne écoute. Tous deux proposent leurs services à des professionnels ou des entreprises.
Le coach vous accompagne pour progresser dans la dimension humaine et comportementale de votre activité, il vous aide à développer votre potentiel : leadership, communication, gestion des conflits, capacité d’influence, atteinte de vos objectifs. Pour se former, le coach a participé à un cursus de développement personnel pour mieux se connaître et bien appréhender les différentes facettes du fonctionnement humain. Il se nourrit également des apports récents des neurosciences sur le comportement, l’intelligence émotionnelle, les sources de motivations…Cette pratique complète souvent une expérience professionnelle lui permettant de comprendre l’environnement dans lequel évolue le coaché ou l’équipe.

A quoi peut bien servir un coach ?
La teneur des entretiens de coaching est centrée sur l’objectif que le « coaché » se fixe et les moyens à mettre en œuvre pour l’atteindre. Le coaching n’est pas une thérapie, même s’il peut avoir des bénéfices thérapeutiques pour l’individu. Lorsqu’on dépasse une peur, qu’on transforme un comportement limitant, on élargit son potentiel. Notre société est en crise, le chômage touche toutes les catégories professionnelles, les carrières tracées ne sont plus l’apanage que de quelques secteurs privilégiés. Dans cet environnement en changement permanent, le coaching a toute sa place. Ces témoignages montrent que vous offrir ces bulles de temps choisi avec un coach procure de réels bienfaits, concrets et adaptés à votre situation.

Les bienfaits du coaching
- Vous êtes chef d’entreprise, le coaching ouvre un espace où parler de sujets que vous ne traitez pas avec votre équipe. « Grâce à mes séances de coaching, je sors de ma solitude de chef d’entreprise », confie Olivier, repreneur d’une PME. « Je peux échanger avec mon coach sur les différentes options et en parler ouvertement avec mes doutes et incertitudes. J’ai gagné en capacité à prendre des décisions en n’ayant pas toutes les cartes en main ».
- Vous faites face à une transition professionnelle, là aussi, le coach va jouer un rôle de révélateur. « Durant ces séances, j’ai préparé la transition vers la retraite que j’appréhendais » constate Alain, manager dans l’industrie. « J’ai pu tester et préciser mes idées en apprenant à parler de moi et de mes qualités. Du coup je suis parti à la retraite en me sentant plus serein et avec un projet ».
-
Vous traversez une période de chômage difficile à vivre, surtout en temps de crise. « La situation pour moi devenait vraiment critique car j’arrivais en fin de droits » révèle Martine. « Je n’avançais pas dans mes recherches. Avec mon coach, sa capacité à comprendre ma situation et à m’accompagner, j’ai surmonté mes peurs ; j’ai appris à visualiser mes objectifs clés pour réussir. Deux mois plus tard, j’ai décroché un poste de directrice commerciale ».

 Elisabeth Dancet pour drh-tv

Contactez-nous pour trouver un coach confirmé parmi nos partenaires

contact@drh-tv.com


 

Catégories : coaching, coach, intelligence émotionnelle, emploi, performance, entrepreneur, leadership
Recrutement Digital
posté le 30/04/2015
posted on 2015/04/30
Vous êtes Dirigeant, DRH ou responsable du recrutement dans un secteur d'activité où les besoins sont récurrents et vous êtes préoccupés. En effet, vos managers s'impatientent, les besoins ne sont pas couverts assez vite, et vous ne comprenez pas pourquoi.  Peut-être votre entreprise tarde-t-elle à prendre le virage du numérique ?
..surtout si vous cherchez dans les secteurs de l'informatique, du digital marketing, ou encore de la vente et des services à la personne. Non seulement les besoins ne sont pas couverts mais les tensions vont se multiplier. C'est une bonne nouvelle dans notre pays où le chômage gangrène la vie professionnelle de trop d'actifs et continue de monter, en frappant tout aussi bien les jeunes que les seniors[i]

Accélérer le processus pour embaucher les profils adéquats
Il y a un an nous avons interviewé des spécialistes du recrutement et nous avons évoqué la montée des réseaux sociaux dans le processus. Là encore la vie civile va plus vite que la transformation numérique surtout dans certains secteurs. Alors que certaines entreprises hésitent et que des cabinets de recrutement continuent d'utiliser des méthodes d'hier, l'agilité des entreprises du net se déploie sans vergogne.
Un an plus tard, où en est-on ?
Les réseaux continuent inexorablement leur progression dans le processus de recrutement, encore plus lorsqu'il s'agit de compétences numériques. En France, Linked'In a désormais 6 millions d'utilisateurs actifs et Viadeo 4 millions. Il y a fort à parier que les profils que vous recherchez se trouvent dans l'un ou l'autre de ces deux réseaux. Et c'est sans compter sur Facebook qui étant donné sa position dominante et avec 26 millions d'actifs en France, est une source inépuisable de renseignements et a tous les atouts pour devenir un formidable outil de recrutement.

Investir les réseaux sociaux professionnels
Vous avez donc tout intérêt à vous concentrer d'abord sur ces deux réseaux professionnels. Linked'In liste la capacité à recruter comme la 15è compétence la plus recherchée en 2014 :>)[ii] Est-ce le serpent qui se mord la queue ? Plutôt le signe que le recrutement est en train de changer en profondeur et doit prendre en main et investir ces sources vivantes et riches d'information que constituent les réseaux sociaux.
A vous d'adapter votre recherche en fonction des profils recherchés : vous pouvez procéder par une approche directe, utiliser les réseaux d'anciens élèves ou d'anciens collègues, ou encore lancer une campagne en concevant des interviews vidéos de candidats recrutés récemment ou de talents que vous souhaitez démultiplier dans votre entreprise.
Certaines PME françaises l'ont bien compris et ont créé une page sur Viadeo qui leur sert de vitrine pour publier leurs offres d'emploi. Même s'il est challenger, Viadeo est associé à Cadremploi et souvent cité par les cadres comme un réseau de veille active pour l'emploi.

Inciter vos salariés à partager du contenu
Et si vous alliez encore plus loin et transformiez vos employés en partenaires actifs de la boucle du recrutement ? Votre page Viadeo pourrait être alimentée régulièrement par du contenu sur vos produits et services et des news sur votre marché. Linked'In de son côté, a récemment racheté Elevate pour permettre à ses membres de partager du contenu de qualité sur leur entreprise et sur ses produits : encore un nouveau point de jonction entre les réseaux sociaux internes et l'externe. Certains de vos salariés auront forcément envie de faire savoir à leurs réseaux que vous êtes à l'écoute ou que vous recherchez certains profils en les diffusant ! Et vous savez que selon les études de la marque employeur, vos salariés sont de loin les ambassadeurs les plus crédibles pour recommander votre entreprise.

Alors à vous de recruter très vite un responsable du recrutement.. digital !

Elisabeth Dancet pour drh-tv


[i] http://travail-emploi.gouv.fr/actualite-presse,42/breves,2137/etudes-recherches-statistiques-de,76/etudes-et-recherches,77/publications-dares,98/dares-analyses-dares-indicateurs,102/2015-032-demandeurs-d-emploi-et,18623.html

[ii] http://www.usine-digitale.fr/article/les-25-competences-les-plus-recherchees-en-2014-par-les-recruteurs-selon-linkedin.N305231

Catégories : recrutement digital, interview vidéo, Elevate Linkedin, Employer Activation, Marque Employeur, Réseaux sociaux professionnels, Linkedin, Viadeo, video interview Categories : recrutement digital, Elevate Linkedin, Employer Activation, Marque Employeur, Réseaux sociaux professionnels, Linkedin, Viadeo
Cultiver votre Intelligence Emotionnelle
posté le 15/04/2015
posted on 2015/04/15
L’intelligence émotionnelle (IE) a fait l’objet de centaines de livres et publications depuis que le concept a été popularisé dans les années 90. Nombre d’études ont démontré l’importance de la connaissance de soi et des autres pour apprendre comment apprécier, gérer et maîtriser ses émotions et celles des autres. Des différentes composantes de l’IE, nous avons donné des exemples d’application dans un article précédent et présenté les compétences intrinsèques en vidéo.
Ces capacités sont aujourd’hui reconnues comme des aptitudes essentielles pour réussir sa vie professionnelle et personnelle.
Où en êtes-vous avec votre IE ? Certaines situations vous conduisent-elles encore à des réactions émotionnelles difficiles à maîtriser ? Ou bien exercez-vous votre intelligence émotionnelle depuis longtemps sans le savoir :
- quand vous remontez le moral de vos équipes même quand les résultats ne sont pas au RV
- ou lorsque face à une situation de conflit, vous calmez le jeu entre les parties et fédérez les énergies pour trouver ensemble des issues possibles.

Des aptitudes recherchées
Les aptitudes de l’intelligence émotionnelle sont de plus en plus recherchées :
1- Pour faire contrepoids à une société informatisée à l’extrême telle qu’elle se profile déjà. Alors que les connexions virtuelles se multiplient à une vitesse prodigieuse, l’interaction humaine de face à face devient plus rare. Les gens supportent difficilement la contradiction et ne savent plus débattre. Ils préfèrent se réfugier derrière leurs tablettes et leurs smartphones. Quand avez-vous engagé une vraie conversation avec votre voisin dans le train, le bus ou l’avion ? Dans la vie familiale aussi, sans des règles restrictives d’utilisation de plus en plus difficiles à négocier, chacun est branché en permanence sur sa tablette, son téléphone ou sa console. Au bureau, 85% des emplois sont face à un écran d’ordinateur, et tout ou presque peut désormais se faire de chez soi et en ligne : les courses, les jeux, les réseaux, les loisirs…
Dans nos sociétés hyper connectées, le paradoxe est l’accroissement de la solitude et de l’isolement : « En 2013, en France, 5 millions de personnes de plus de 18 ans sont effectivement seules, soit 12 % des personnes, plaçant la France parmi les trois pays d’Europe les plus touchés par l’isolement relationnel.»[1]

2- Dans ce contexte, plus vous êtes capable de cultiver des relations humaines positives et constructives avec vous-même et avec les autres, plus vous êtes recherché. Les aptitudes qui composent l’IE font la différence chez les entrepreneurs et les leaders authentiques. « Un niveau élevé d’IE chez un entrepreneur a un impact significatif sur le succès de son entreprise. Les entrepreneurs qui réussissent utilisent leur IE non seulement pour se gérer eux-mêmes mais aussi pour manager leur affaire, leurs partenaires et leurs clients. » C’est la conclusion d’une étude récente sur le rôle de l’IE dans le succès entrepreneurial.[2]

Développer la collaboration
L’un des programmes les plus populaires chez Google est un cours de développement de son IE. Ce cours est intitulé « Search inside yourself ». Il a été mis au point par un de ses ingénieurs Chade-Meng Tan, le 107ème employé de la compagnie. Avec des objectifs ambitieux comme développer la conscience de soi, la régulation de ses émotions et l’empathie pour créer davantage de collaboration et cultiver des relations pacifiques au travail. Inspiré de la méditation de pleine conscience dont l'attention à la respiration, le programme est une réussite : plus de 1500 employés formés par an, et une liste d’attente interminable pour s’inscrire ; en fait le succès est tel que ce programme est maintenant proposé à d’autres entreprises. Après le succès de son livre[3], Tan a pris une semi retraite de Google. Il continue d’enseigner son programme et de poursuivre son projet de développement de la paix dans le monde. Et – tenez-vous bien – il fait partie d’une équipe présélectionnée pour le prix Nobel de la Paix pour 2015.
Alors, à vous de jouer pour donner du compost à vos émotions et cultiver votre intelligence émotionnelle !

Elisabeth Dancet pour drh-tv


[1] Rapport du Ministère de la Santé et des Affaires Sociales 2014

[2] http://digital.library.unt.edu/ark:/67531/metadc115117/m1/174/

[3] Search Inside Yourself

Catégories : Intelligence Emotionnelle, IE, collaboration, isolement, société connectée, évolution, search inside yourself, réalité virtuelle, méditation de pleine conscience Categories : Intelligence Emotionnelle, IE, collaboration, isolement, société connectée, évolution, search inside yourself, réalité virtuelle
RSE : l'état de l'art
posté le 02/04/2015
posted on 2015/04/02
Les témoignages des Entreprises au salon RSE et Intranet qui s’est tenu à Paris dernièrement ont permis de dresser un état du développement des réseaux sociaux en entreprise.

2015 année de la maturité
2014 a été une année d’explosion. Aujourd’hui on ne se pose plus la question de savoir si l’on va lancer ou non un RSE mais quand le déployer. Ces réseaux trouvent leur maturité et leur contribution opérationnelle en impulsant via le partage des idées et le collaboratif plus d’innovation et la réussite des projets transversaux qui se multiplient dans les organisations complexes.
Le choix des éditeurs est riche : un partenariat dans la durée s'instaure entre l’entreprise et l’éditeur retenu pour construire et implanter ces réseaux.
Que nous révèle ces témoignages d'entreprises qui ont réussi le déployement de leur RSE ? Delphine Fougères, responsable politique qualité du Groupe la Poste, le confirme : le RSE a permis d’améliorer le retour des idées innovantes des collaborateurs qui auparavant se perdaient dans des circuits de validations successives pour remonter jusqu'au siège. En effet, chaque point de vente (bureau de poste) produit des solutions concrètes. La plateforme d’innovation participative déployée par le Groupe relie les contributeurs volontaires pour qu’ils échangent des solutions aux problèmes qu’ils rencontrent. Etant donné le nombre de collaborateurs concernés (10000 environ) il y a forcément quelqu’un dans un autre bureau qui a rencontré une situation similaire et y a apporté une solution. Une idée proposée par un collaborateur a permis de gagner beaucoup de temps : il a été alors aisé de capitaliser sur cette innovation et d’attirer d’autres contributeurs.
Chez SCOR, le RSE a comme fonction de rassembler des contributeurs aux projets transverses dans les différents pays où le groupe est implanté, comme l’explique Didier Massé, directeur de la communication et des medias sociaux. Qu’il s’agisse de projets marketing, relation client ou concernant les activités de l’entreprise, les démarches pour impliquer les collaborateurs sont adaptées selon les cultures.

Préparation - Accompagnement - Sponsor
.. constituent les 3 repères clés à retenir si votre entreprise se lance dans le déploiement d’un RSE.
La préparation du lancement est essentielle : en testant sur un projet donné avec une population pilote, on s’autorise une période de test où l’on peut faire des erreurs et y remédier. La dynamique du déploiement d’un réseau social interne se joue selon un cycle et se construit dans la durée. Le démarrage est progressif et s’adapte en fonction des besoins des contributeurs et des projets prioritaires de l’entreprise pour pouvoir ensuite déployer le réseau dans sa phase opérationnelle.
Le RSE modifiant les usages et les comportements, il fait l’objet d’actions de formation et d’accompagnemen
t du changement, auprès des managers et des contributeurs, pour expliquer son utilisation et sa valeur ajoutée. La collaboration ne se décrète pas, répète Philippe Pinault, fondateur de Talk Spirit. Au fur et à mesure que le réseau se développe, il est fondamental d’identifier les contributeurs clés et de communiquer sur les succès. Dans les projets transverses qui fédèrent des équipes actives dans différents pays, nous repérons les moteurs par pays, ajoute Didier Massé. En les choyant et en valorisant leurs contributions, ils se transforment en ambassadeurs du réseau. Par contre, dans les phases creuses de contribution, il faut redynamiser les échanges par des concours par exemple, et animer le réseau par des relances sur certaines idées ou contributions.
Ces témoins insistent aussi sur l’importance d’avoir un sponsor à très haut niveau dans l’entreprise pour réussir à faire vivre un RSE actif. Le DG du Groupe La Poste est très présent sur les territoires et c'est lui qui a passé commande d’un outil pour relier directement les bureaux et le siège. Chez SCOR, le CEO a été moteur et le RSE choisi et lancé grâce à une collaboration active des équipes RH, SI et communication interne.

Sur le plan pratique, et là aussi la qualité du partenariat entre l’éditeur et l’entreprise est primordiale, le réseau doit être intégré dans la galaxie des autres systèmes internes de l’entreprise pour faire en sorte que l’accès et l’utilisation soient aisés pour tout contributeur.

Elisabeth Dancet pour drh-tv

 

Catégories : RSE, Réseau social d'entreprise, réseaux sociaux, médias sociaux, éditeur, collaboratif, innovation, sponsor, projet transverse Categories : RSE, Réseau social d'entreprise, médias sociaux, éditeur, collaboratif, innovation
Réseau Social d'Entreprise
posté le 17/03/2015
posted on 2015/03/17
Vous n’en avez pas marre vous qui avez managé une communauté dans votre entreprise, contribué activement au RSE avec l’enthousiasme causé par son lancement, pour vous rendre compte au bout de quelques mois que vous avez beaucoup donné pour peu de retours et que les échanges s’essoufflent ? Il y a quelques années, j’ai vécu une expérience similaire en portant un outil collaboratif dans mon entreprise d’alors. J’ai constaté que les consultants n’avaient ni le temps (le plus important c’est de ramener du chiffre d’affaires), ni l’intérêt (What’s in it for me?[1]) de contribuer activement à ce réseau collaboratif. C’était frustrant.
Aujourd’hui, où en est-on dans l’utilisation des RSE ?

Les comportements humains ont la vie longue
Les prédicateurs sont descendus de leur perchoir, les vendeurs de solutions parlent désormais de coexistence : la coexistence des outils 2.0 dans le terreau 1.0 de l’entreprise[2]. La formule est bien tournée. Oui souvenez-vous il y a quelques années le RSE allait révolutionner les organisations et les communautés allaient renverser la pyramide ;-)
C’est mal connaître le fonctionnement humain : avec tout changement vient la peur du changement et surtout la peur de perdre (ses avantages, ses acquis, sa fonction, sa raison d’être même...). Ces peurs se combinent avec la pression sociale qui fait que tout système a tendance à rester ou revenir à sa position d’équilibre. Ces réactions, profondément inscrites dans nos cerveaux et nos habitudes, peuvent être aplanies. La meilleure manière de le faire suppose la création et l’animation d’espaces de communication réelle, en groupe ou en face à face. Cela prend la forme d’ateliers où les managers concernés peuvent exprimer leurs résistances, réfléchir ensemble à des pistes de solutions et co-créer leur mise en œuvre. Cela passe par des groupes de co-développement où des experts ou représentants d’un même métier se mettent ensemble au service les uns des autres pour résoudre leurs difficultés. Ou bien par des forums de questions/réponses entre les collaborateurs et la direction, ou encore par du coaching pour exprimer ses interrogations et explorer les possibles dans un contexte sécurisant, surtout quand on exerce des responsabilités managériales.
Les initiatives open source ont démontré combien l’intelligence humaine collective peut être créative et efficace. Mais n’oublions pas que ces initiatives se sont bâties sur des valeurs communautaires et donc « anarchiques » dans le sens où elles remettent en cause le pouvoir établi.
Or les sociétés humaines nous montrent tous les jours que ceux et celles qui ont le pouvoir sont prêts à tout pour le garder - surtout lorsqu’il est difficile à justifier. Ses détenteurs tiennent absolument à conserver la pyramide sur ses bases et les lois de la physique leur donnent raison – pour le moment. Organisation difficilement conciliable avec le collaboratif !

L’outil ne fait pas le changement
Le RSE est d’abord une offre technique qui procure la trame nécessaire à la transformation numérique. Mais comment l'utiliser pour booster l’évolution des comportements et des pratiques et obtenir des résultats concrets ?
Potentiellement le champ ouvert par le collaboratif est grand. Souvent la nécessité force la collaboration. C’est le cas dans la société civile. Dans l’entreprise, les communautés d’experts fonctionnent bien parce que – une fois dépassée la peur de perdre - ceux-ci ont tout intérêt à échanger et à collaborer. Dans les communautés managériales, les innovations sont plus rares. On pense bien sûr à Toyota et au Lean Management, mais accepter et mettre en oeuvre des idées neuves dans le domaine managérial est difficile. La réaction la plus courante face à une idée innovante est souvent négative (on a déjà essayé, cela ne marchera pas..). Tout comme adopter une approche intuitive donc plus systémique fait peur (est-ce qu’on a le budget ? ce n’est pas raisonnable…)

Les solutions sont connues - encore faut-il les mettre en oeuvre
«  Les managers, dirigeants et RH doivent apprendre à repérer, féliciter et encourager les porteurs de changement ! » J’ai lu récemment sur un blog cette phrase que, pour ma part, j’ai du - comme mes collègues consultants -  répéter des centaines de fois au cours de mes missions d’accompagnement du changement.
Les solutions se résument en 4 mots, vecteurs de comportements et de pratiques en phase avec le collaboratif : confiance, reconnaissance, engagement, responsabilisation

- Vous avez du mal à faire confiance : observez les membres de votre équipe, il y en a forcément au moins un ou une à qui vous faites confiance. Décortiquez cette expérience, et utilisez-la pour la diffuser dans votre équipe
- Vous n’avez pas l’habitude de féliciter : commencez petit et circonstancié. Ce manager de votre BU qui contribue régulièrement à sa communauté, faites lui un mail d’encouragement et félicitez-le en réunion d’équipe. Idem pour les collaborateurs qui s’engagent
- Déléguez des tâches et des missions à des membres de votre équipe en définissant les règles du jeu et les points de contrôle. Rectifiez le tir si besoin, et quand la délégation marche, célébrez la réussite en équipe !
Les réseaux sociaux en entreprise fonctionnent s’ils contribuent à des co-créations tangibles et concrètes et conduisent à des évolutions comportementales réelles à tous les niveaux de l’entreprise.

Vous avez une expérience des RSE à partager, contactez-nous sur drh-tv !

 Elisabeth Dancet pour drh-tv


[1] Et moi qu’est-ce que j’y gagne ?

[2] Arnaud Rayrole fondateur Lecko

Catégories : Réseaux Sociaux d'Entreprise, RSE, transformation numérique, coaching, communication, outils 2.0, management, évolution des comportements, communautés Categories : Réseaux Sociaux d'Entreprise, RSE, transformation numérique, communautés, coaching, communication, outils 2.0, management, évolution des comportements
Coaching vs Mentoring
posté le 04/03/2015
posted on 2015/03/04
Dans un précédent article, nous avons précisé les modalités du coaching et les bienfaits que vous pouvez en retirer selon votre situation professionnelle et en fonction de votre objectif. Pendant vos séances de coaching, vous obtenez un soutien, une clarification de vos priorités, un plan d’action à mettre en œuvre, les résistances à lever et les ressources à mobiliser.

Qu’en est-il du mentoring ?
Le mentorat est une forme spécifique d’accompagnement. Il est basé le plus souvent comme le coaching, sur une relation en binôme entre deux personnes. Mais les rôles et les attendus sont différents. Le mentor est en général une personne d’expérience dans un métier ou une fonction donnés qui choisit d’accompagner un individu plus jeune ou moins expérimenté, que l’on appelle le mentoré. Le mentorat a donc pour essence la transmission d’expérience et de savoir-faire, il se pratique aussi bien en milieu universitaire, dans les associations que dans les entreprises. Dans le secteur automobile par exemple, j’ai pu constater la pertinence du rôle de mentor joué par certains experts auprès de collaborateurs plus novices. Ces experts qu’on avait orientés à tort vers des postes de managers se sont révélés d’excellents transmetteurs de leur savoir-faire au travers d’un programme de mentorat.

Les conditions du mentoring
Le mentorat n’est pas nouveau puisqu’il était déjà à l’œuvre au moyen âge dans le compagnonnage. Pour que le mentorat fonctionne, il est nécessaire de réunir plusieurs conditions :
Etablir des binômes pertinents en fonction du métier ou de l’expertise, avec d’un côté une envie d’apprendre et de l’autre un désir de transmettre. L’engagement des deux parties est volontaire. Dans les entreprises, bien souvent le mentor s’engage dans cette activité en sus de ses responsabilités professionnelles. C’est au mentoré de s’investir et de gérer la relation tout en respectant les règles du jeu définies au départ et sans abuser du temps de son mentor.
Ensuite les deux intéressé-es s’engagent à s’investir dans la relation sur une certaine période ; le plus souvent les programmes de mentoring en entreprise dure de six mois à un an. Le mentoré démontre son implication en partageant ses interrogations avec son mentor, puis en testant ses suggestions et en appliquant ses conseils. Il arrive parfois que les personnalités ne s’accordent pas : dans ce cas, il est préférable de changer le binôme.

Les qualités à mettre en oeuvre
Le mentor sait comment transmettre, il démontre son encouragement et son soutien tout en sachant challenger son mentoré quand c’est nécessaire. Il est aussi une source d’inspiration lorsqu’il partage certaines de ses expériences, y compris ses échecs. Je me souviens avoir témoigné à un jeune manager de mon trac avant une présentation auprès du comité de direction de mon premier employeur. Il a reconnu plus tard que cela ne lui avait pas ôté son propre trac bien sûr, mais lui avait donné l’énergie pour se préparer davantage avant de présenter son projet à son équipe.
Pour tirer le meilleur parti de cette relation, le mentoré discute de ses objectifs avec son mentor et s’engage dans l’action en mettant en oeuvre ses recommandations. En développant une relation de confiance fondée sur l’écoute mutuelle, le feedback, tous deux développent ou confortent les qualités humaines nécessaires à l’exercice du leadership aujourd’hui.

Le rôle de l’organisation
Mais le bon fonctionnement et la qualité des binômes mentor-mentoré ne suffisent pas. L’organisation elle-même a un rôle important à jouer pour faire de son programme de mentoring un succès. D’abord, en communiquant sur les objectifs poursuivis : s’agit-il de déployer une expertise d’un des métiers clés de l’entreprise, de valoriser certaines compétences en vue d’une campagne de recrutement, ou encore de développer la diversité ? Le mentorat étant basé sur le volontariat, l’entreprise a intérêt à marketer son offre pour attirer des volontaires, à les former pour leur transmettre les bonnes pratiques et les postures à adopter, puis à mettre en avant les résultats obtenus. Enfin elle trouvera en interne un sponsor crédible pour entraîner la démarche. Le profil du sponsor ainsi que sa légitimité augmenteront les bénéfices dans la durée du programme de mentorat.

Elisabeth Dancet pour drh-tv

Catégories : mentorat, mentor, mentoring, coaching, réseau, diversité, formation au mentorat, performance, sponsor
Observez : vous êtes noté !
posté le 16/02/2015
posted on 2015/02/16
Le big data continue d’enfler sans relâche et de vous tracker : les smartphones se transforment en espions qui enregistrent votre vie privée. Google Maps est une des applis mobiles les plus utilisées. Où vas-tu que fais-tu pourquoi es-tu en retard ? Questions inutiles quand votre mobile non seulement connaît et enregistre les réponses, mais que par l’intermédiaire des applications de géolocalisation, ces réponses sont vendues à des entreprises avides de consigner vos faits et gestes.

Les entreprises vous surveillent..
Vous faites du shopping dans un centre commercial. Un produit attire votre attention, vous vous approchez pour l’examiner : au même instant, votre mobile bipe et vous propose une réduction sur le dit produit. Vous voulez diminuer votre prime d’assurance auto ? Une application de géolocalisation installée sur votre mobile enregistre votre comportement au volant. Si vous vous comportez en « bon » conducteur, vous payez moins cher votre prime.
La loi Informatique et libertés protège les personnes physiques de la collecte de données personnelles et sensibles. Mais comment une simple loi peut-elle garantir le respect de la vie privée quand nos faits et gestes sont enregistrés au quotidien par nos mobiles, nos navigations Internet, demain les objets connectés, et collectés par les entreprises ? Les lieux où nous nous rendons, les personnes que nous rencontrons, les magasins que nous fréquentons, nos comportements, nos choix, toutes ces données enregistrées et agrégées forgent un portrait très précis de nos centres d’intérêts et de nos personnalités.
Big Brother est déjà bien installé parmi nous, mais attention aux effets miroirs, car pendant ce temps..

.. ces instituts auditent les entreprises
Internet a favorisé le développement d’institutions qui analysent la manière dont les entreprises traitent leur personnel. Top Employers est un institut Européen qui  évalue la politique RH des entreprises. L’intégration des nouveaux embauchés, les conditions de travail, le management, la formation et le développement des compétences : ces dimensions de la stratégie RH sont auditées et aboutissent à une certification pour les meilleures entreprises. Great Place to Work privilégie une approche basée sur des enquêtes anonymes auprès des salariés. L’institution classe ensuite les entreprises en fonction de leur taille et selon les résultats obtenus. Ces prix décernés renforcent la marque employeur et contribuent à la rendre attractive.

…et les salariés notent leurs entreprises
Certes les entreprises nous examinent dans nos habitudes, enregistrent et tracent nos déplacements, nos comportements d’achat, elles achètent et se revendent entre elles ces informations. Mais qui regarde qui ?
Les entreprises elles-mêmes sont surveillées par les banques et les assurances. Elles sont désormais observées et notées par leurs employés et leurs partenaires : en tiennent-elles compte ? Vous êtes responsable du marketing, du recrutement, des RH dans votre entreprise : organisez-vous la collecte des notes attribuées à votre entreprise par les salariés, ex-salariés, partenaires ou stagiaires, surtout à des moments clés comme une fusion ou une réorganisation ?
Même si elles n’aiment pas beaucoup cela, les entreprises sont ainsi poussées à plus de transparence.
Dans nos prestations sur l’accompagnement du changement, nous visionnons systématiquement les notes et commentaires sur glassdoor ou meilleures-entreprises.com. Ces commentaires fournissent des pistes d’action pour répondre aux besoins des collaborateurs et accompagner le changement. Bien souvent, les salariés ont besoin d’être écoutés, d’avoir plus de visibilité pour rester motivés et qu’on les aide à sortir de la confusion qui accompagne inévitablement les fusions et acquisitions.          

A propos, dans les réglages de votre smartphone, vous pouvez désactiver la geolocalisation ;-)

Elisabeth Dancet pour drh-tv

Catégories : big data, marque employeur, audit RH, certification, collecte de données, informatique et libertés, geolocalisation, changement, fusions et acquisitions, réorganisation Categories : big data, marque employeur, audit RH, certification, collecte de données, informatique et libertés, geolocalisation
Changer le changement
posté le 02/02/2015
posted on 2015/02/02
Exigences du changement
Le changement a la vie dure non pas parce qu’il persiste mais parce qu’il s’accélère. Dans notre métier de conseil, nous avons contribué à plusieurs missions en utilisant le processus en 8 étapes de John Kotter, un des auteurs respectés des démarches en la matière. Nous avons accompagné regroupements métiers et fusions d’équipes autrefois concurrentes dans différents secteurs d’activité : banque, technologie, énergie. Mais ces alliances ne se passent pas sans heurts. La réalité fait que, dans les fusions et acquisitions, il y a souvent un gagnant et un perdant.
Les stratégies de fusions et d’acquisitions visent à acquérir des parts de marchés, se diversifier, accroître ses ressources en termes de R&D. Mais ce type de marché ne se résume pas à des montages financiers complexes et à la signature d’un accord. En fait, tout se joue après : dans le rapprochement nécessaire des métiers, la fusion de cultures différentes, la recomposition des équipes, sans oublier les fusions des SI, la mise à niveau des statuts et l’intégration des systèmes sociaux qui accompagnent forcément ces deals. L’ensemble de ces exigences conduit plus souvent qu’on veut bien l’admettre à des revers majeurs.
Des exemples d’échecs spectaculaires : en 2001, AOL rachète Time Warner pour 165 Milliards $, la plus grosse fusion de l’histoire à l’époque. Deux ans plus tard, après l’explosion de la bulle Internet, ce titan annonce une perte de 99 milliards $. En 2006, Alcatel rachète Lucent avec l’intention de créer un super fournisseur pour les géants des télécoms. Depuis, le groupe a mené restructuration après restructuration, raté les virages technologiques du téléphone mobile et l’action s’est effondrée. En France, on se demande ce que va devenir la fusion SFR Numéricable, un rachat de 13 Milliards € finalisé en Novembre 2014. 2 mois plus tard, SFR impose déjà une hausse des prix à tous ses clients !
Les vraies questions concernent les salariés et les clients : Quel est le moral des équipes commerciales ? Les clients sont-ils inquiets et regardent-ils ailleurs ? Les salariés sont-ils fidèles ou bien doutant de l’intérêt de la fusion, saisissent-ils la première opportunité pour passer à la concurrence ?

Accélération
Dans son dernier livre « Accelerate » Kotter montre la nécessité de relier les forces de chaque leader de l’entreprise avec la vision globale. Dans un environnement devenu VUCA - terme forgé par l’armée américaine - un monde volatile, incertain, complexe et ambigu, les approches de conduite du changement classiques ne sont plus adaptées.
Cela explique aussi pourquoi les GAFA[1] et autres Free sont les nouveaux modèles d’entreprises gagnantes. Agiles, elles savent s’adapter et tirer partie de ce monde VUCA. Surtout en cas de changement majeur comme incorporer une acquisition, il est vital de passer du management du changement au leadership du changement. Il faut oser lâcher du lest sur les processus et le contrôle pour construire un moteur du changement connectant les ressources humaines de l’organisation. Ce sont les leaders naturels repérés dans les métiers et activités bouleversés par la fusion qui fédéreront les forces au cœur de la réussite du changement.

Empowerment
Le pilotage du changement et l’adaptation de la stratégie restent indispensables. Mais les dirigeants ont tendance à sous-estimer l’impact humain. Savoir qui et combien de salariés vont devoir changer d’attitude dans la nouvelle organisation est essentiel. Selon leur nombre, il s’agit de mettre en œuvre les moyens pour les accompagner en leur confiant dans leur sphère d’influence responsabilité, autonomie et pouvoir, les trois composantes de l’empowerment. Un CEO a reconnu avoir pu conserver un client important après une fusion parce qu’il avait fait confiance à son directeur de marché ; d’où la nécessité de soigner et de développer les pilotes du moteur du changement.
Cinq questions clés pour vous aider quand vous pilotez un changement majeur :
1. Combien de vos salariés sont impactés par le changement ?
2. Votre réseau d’ambassadeurs du changement est-il suffisamment étoffé et êtes-vous à leur écoute ?
3. Comment encouragez-vous la coopération autour du changement et à quelle vitesse ?
4. Les leaders naturels et d’influence dans les activités impactées sont-ils identifiés et leurs actions valorisées ?
5. Quels systèmes de communication (réseaux, vidéos, clients..) pour valoriser les « quick wins » et démultiplier leur impact ?

Elisabeth Dancet pour drh-tv


[1] Google Apple Facebook Amazon

Catégories : Changement, conduite du changement, management du changement, modèle en 8 étapes, leadership, leaders, empowerment, accélération, changer le changement Categories : Changement, conduite du changement, management du changement, modèle en 8 étapes, leadership, leaders, empowerment, accélération, changer le changement
Employeur, quel levier de motivation ?
posté le 15/01/2015
posted on 2015/01/15
Dirigeants, managers, DRH : utilisez-vous des systèmes de motivation du siècle dernier ? L’engagement de vos collaborateurs n’est pas au rendez-vous, le turnover vous inquiète. Certains recrutés partent avant la fin de leur période d’essai. Tout cela représente un coût pour votre entreprise… Il est temps de faire évoluer la manière dont vous recrutez et fidélisez les talents et compétences clés de votre entreprise.
Dans la société numérique, le management des compétences se complexifie. D’une part l'hyper connectivité donne les moyens à tout salarié existant ou aspirant à l’être d’obtenir beaucoup d’informations sur son employeur. En interne, les frontières entre communication externe et interne s’estompent. Or, pour demeurer compétitive sur son marché, votre entreprise a tout intérêt de cultiver les compétences des métiers qui sont au cœur de son activité.

Avoir un poste ou vivre une expérience
Pour les actifs d’aujourd’hui, les motivations ont changé. Dans notre article précédent, nous avons traité des recherches qui confirment que l’argent n’est plus la priorité n°1. Malgré ou à cause de la crise, le moteur des générations Y et Z a évolué. Ces actifs recherchent un travail qui les intéresse et leur permette de développer un savoir-faire, au sein d’un environnement où ils se sentent reconnus. La plupart d’entre eux sont aussi attentifs à respecter un équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Dans notre environnement virtualisé, les facteurs de motivation « soft » autrement dit la dimension humaine de l’emploi ont tendance à devenir prioritaires. Paradoxe ou juste retour des choses ? En 2014, le BCG[1] a mené une enquête portant sur la mobilité et les préférences d’emploi auprès de plus de 200 000 personnes dans 189 pays. Les répondants exercent leurs métiers dans des secteurs diversifiés; ils ont plutôt de bons niveaux de compétences et sont ouverts à l’international. Cette étude confirme que les salariés accordent de plus en plus d’importance à leurs motivations intrinsèques comme l’appréciation pour leur travail, ainsi que la qualité des relations avec leurs collègues et la hiérarchie. Dans la question portant sur les facteurs les plus importants pour se sentir heureux dans son travail, sur 26 facteurs : « être apprécié pour son travail, sa contribution » arrive en 1° position, suivie par « avoir de bonnes relations avec ses collègues ». Le salaire n’arrive qu’en 8° position de la liste. En bref, les salariés veulent s’épanouir et vivre dans leur travail une expérience humaine.

Quand les gens se sentent appréciés, leur satisfaction  au travail s’envole
Pour éviter le manque d’engagement : des salariés qui sont en poste sans donner le meilleur d’eux-mêmes, ou encore des profils compétents et motivés, mais prêts à partir à la prochaine opportunité, nous vous engageons à mener 3 actions :
1.
Identifier les talents qui sont une ressource importante pour votre entreprise
2. Connaître leurs facteurs de motivation en menant avec eux des entretiens périodiques, pas seulement sur leurs objectifs mais aussi sur leurs facteurs de motivation
3.
Les transformer en ambassadeurs de votre entreprise et de votre marque, en valorisant leur contribution de manière pertinente.

Faire évoluer la relation employeur-employé
Vous voulez attirer et fidéliser les meilleurs talents pour votre entreprise, à vous de décoder ce que veulent vos salariés en remaniant vos méthodes de recrutement, de compensation et de développement des compétences, puis de démontrer votre appréciation pour leur contribution, au-delà de la dimension financière. Les 3000 répondants français de l’enquête du BCG ont placé en N°1 « la qualité de la relation avec la hiérarchie ». La relation entre employeur et employé a besoin d'évoluer : une relation plus humaine, construite sur une communication régulière et efficace, où les enjeux sont clairement explicités, sera plus satisfaisante pour les deux parties et aura un impact positif sur la performance.

Elisabeth Dancet pour drh-tv


[1] Boston Consulting Group

Catégories : motivation, emploi, recrutement, développement des compétences, talent, gestion des talents, fidélisation des talents, qualité de vie au travail, bien-être au travail Categories : motivation, emploi, recrutement, développement des compétences, talent, gestion des talents, fidélisation des talents, qualité de vie au travail, bien-être au travail
Votre motivation au travail
posté le 08/01/2015
posted on 2015/01/08
Qu’est-ce qui vous motive vraiment dans votre travail : faire partie d’une équipe, développer et mettre en œuvre vos compétences, contribuer à un projet ambitieux, ou bien le salaire, les avantages sociaux, la sécurité de l’emploi, les primes ? Probablement une combinaison de ces facteurs que l’on nomme facteurs intrinsèques et facteurs externes.
Depuis l’époque industrielle, les organisations se sont intéressées aux facteurs de motivation pour trouver les meilleurs moyens d’accroître leur performance. Dans notre société numérique, où une majorité des actifs sont connectés et possèdent un niveau de formation globale en nette progression, les facteurs de motivation profonds sont eux aussi en train d’évoluer.
Chacun a dorénavant la possibilité d’exprimer ses besoins, ses motivations par le biais des réseaux sociaux, internes et externes. Ces réseaux démultiplient les échanges et la connaissance, regroupent les communautés d’intérêt et encouragent le collaboratif. Difficile d’être un expert par exemple et de le rester, sans constamment mettre à jour sa pratique et échanger avec ses pairs.

Facteurs externes et montée du cynisme
Nous avons déjà évoqué ici la marque employeur comme la reconnaissance de la valeur d’un employeur par les intéressés : salariés, clients, partenaires, anciens employés, candidats. Mais la marque employeur n’est que la partie emergée de l’iceberg. Au-delà des peurs engendrées par la crise économique, il se joue un changement profond concernant les motivations au travail.

Lorsque les besoins de sécurité et d’appartenance sont satisfaits, nous sommes face à d’autres motivateurs, comme de satisfaire nos besoins de contribution et de sens. Ces facteurs de motivations intrinsèques sont en fait des moteurs beaucoup plus puissants que les facteurs de motivation externes. Pour atteindre leurs objectifs, la plupart des entreprises motivent leurs employés en utilisant des facteurs externes : primes, avantages financiers et promotionnels. Ces moyens sont dérivés du système ancestral de la carotte et du bâton : tu réussis tes objectifs et tu gagnes ton bonus, sinon ... tu risques de faire partie du prochain plan social. Ce système a encouragé une relation au travail où le cynisme et le sentiment de précarité s’accroissent. Moins de passion et d’engagement dans le travail alimentent un pessimisme ambiant qui nuit aux reconversions et au développement de nouveaux métiers dont a besoin la société d’aujourd’hui.

La motivation n‘est plus vraiment ce que l’elle était
Or, les recherches en psychosociologie ont découvert depuis longtemps que les facteurs externes ont un impact limité sur la performance. L’expérience Hawthorne réalisée dans les années 1930 par Elton Mayo[1] a montré les limites du taylorisme. Dans cette usine électrique de Chicago, Mayo s’intéresse aux ouvrières chargées d’assembler des circuits imprimés. Il constate que la productivité de ces ouvrières progresse beaucoup plus parce qu’on s’intéresse à elles et à leur contribution que par l’amélioration de leurs conditions de travail.

Plus récemment, plusieurs expériences en sciences sociales et du comportement[2] ont confirmé de manière répétée la limite des systèmes de motivation externes de type carotte/bâton : ces systèmes fonctionnent pour des tâches simples mais pas pour les projets complexes et donc pour les emplois qualifiés du XXIè siècle. Les systèmes d’incentives financiers n’encouragent pas les gens à travailler davantage. Les études récentes menées par le Prof. Bernd Irlenbusch et son équipe à la LSE[3] montrent même que les systèmes de motivation financiers réduisent la motivation intrinsèque et peuvent donc avoir un impact négatif sur la performance globale.

Actionner les leviers de motivation interne
Les entreprises ont donc intérêt à créer des systèmes de motivation beaucoup plus efficaces et pertinents pour attirer et conserver leurs talents, et s’assurer qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes. Un sujet sur lequel Google a encore une fois une longueur d’avance.

Créativité, autonomie, contributions reconnues sont les maîtres mots de la motivation intrinsèque des emplois qualifiés du XXI° siècle. Une révolution de plus à mener dans le management des ressources humaines !

Elisabeh Dancet pour drh-tv


[1] Elton Mayo fondateur de la sociologie industrielle

[2]  Cf. la vidéo TED Dan Pink

[3] London School of Economics

Catégories : Motivation, facteurs de motivation, créativité, autonomie, contribution, incentive, primes, avantages Categories : Motivation, facteurs de motivation, créativité, autonomie, contribution, incentive, primes, avantages
Femmes et Business
posté le 23/12/2014
posted on 2014/12/23
Les femmes vont-elles enfin réussir à briser le fameux plafond de verre qui les tient encore à l’écart des hautes sphères de pouvoir ? Nous devons à Gay Briant, éditrice en chef du magazine « Working Woman » dans les années 80, l’expression « glass ceiling » pour signifier que les femmes sont bloquées dans des positions de middle management. Elles n’arrivent pas aux positions de commande dans les entreprises ni dans les institutions de pouvoir.

Ecarts de salaire
Aujourd’hui encore les chiffres parlent d’eux-mêmes : les disparités salariales H/F persistent. Certes les écarts de salaires ont beaucoup diminué depuis les années 50 mais l’INSEE nous informe que dans les années 1990 le rattrapage s’est interrompu. En 2011, selon qu’elles travaillent dans le public ou dans le privé, à poste et expérience égale, les femmes gagnent entre 15 et 20% de moins que les hommes. Le rattrapage s’est interrompu principalement parce que les femmes demeurent à l’écart des postes à responsabilité les mieux rémunérés.

Discrimination positive
Alors pour faire disparaître cet écart - injuste, inacceptable - utilisons la discrimination positive ! Le législateur a déjà pris des mesures coercitives pour instituer la discrimination positive en faveur des femmes en politique et assurer une parité effective. Mais on peut légitimement se demander si, lorsqu’on choisit une femme, on la choisit pour ses qualités personnelles ou parce qu’elle est une femme ? Si la discrimination positive suscite débats et interrogation, elle a déjà donné des résultats très encourageants dans l’éducation. En 2001, Richard Descoings, alors directeur de Sciences Po constate que 97% des élèves entrant à Sciences Po sont des enfants de CSP+[1]. Suivant l’exemple de certaines universités américaines, il permet alors à des jeunes de zones défavorisés de rentrer à Sciences Po non sur concours mais sur dossier et entretien. Cette mesure fait l’effet d’une bombe ! Et bien 13 ans plus tard, le dispositif a fonctionné. Les jeunes diplômés entrés par ce biais ont des postes que beaucoup pourrait leur envier et la proportion d’élèves venant de familles d’ouvriers ou d’employés est passée de 3 à 12% !

Femmes administratrices
Sur le même principe, l’utilisation de quotas est un artifice pour faire progresser l’égalité H/F dans les strates les plus élevées du pouvoir. La loi du 27 Juillet 2011 pousse à instaurer progressivement une représentation équilibrée H/F dans les Conseils d’administration et les Conseils de Surveillance.
Dans notre métier de consultante, nous avons effectué des benchmarks sur la composition des conseils en termes de compétences, âge et féminisation. Et force est de constater que les femmes étaient peu présentes jusqu'au vote de la loi. En 2012, toutes les femmes DG ou PDG se sont vues proposer des mandats d’administrateurs, mais elles sont peu nombreuses et donc très sollicitées. Anne-Marie Idrac, ex-PDG de la RATP puis de la SNCF cumule aujourd’hui 4 mandats d’administrateurs, alors qu’on a reproché le cumul des mandats à certains administrateurs du CAC40, cumul qui perpétue la consanguinité du grand capitalisme français. D’autres ont détourné la loi à leur profit, en faisant entrer dans les conseils les femmes de la famille. Ainsi le doyen des administrateurs du CAC40 est une doyenne, elle a 90 ans et s’appelle Madame Francis Bouygues.

Une progression tangible
Malgré ces obstacles, les femmes progressent petit à petit et la discrimination positive donne des résultats. Sachez qu’aujourd’hui on recherche des femmes expérimentées ayant une bonne expérience de l’économie numérique : mesdames, si tel est votre profil allez-y un siège vous attend !
Peu de femmes occupent des postes dans le top management, notamment parce qu’à ces niveaux de responsabilité, il faut trouver les moyens de concilier vie professionnelle et vie familiale. Anne Le Lorier est premier sous-gouverneur de la Banque de France, et sera probablement la première femme gouverneur de la Banque : elle est célibataire.

Le Forum Economique Mondial a publié son dernier rapport annuel sur les inégalités entre les sexes. L’étude menée en 2014 porte sur 142 pays et se concentre sur 4 piliers : l’éducation, les opportunités économiques, la santé, la politique. En un an, la France est passée de la 45° place à la 16° place du classement. Saluons ce résultat, même s’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir et disons OUI à la discrimination positive !

Elisabeth Dancet pour drh-tv


[1] Catégorie Socioprofessionnelle

Catégories : femmes et business, écarts salaires hommes femmes, femmes et pouvoir, quotas, conseil d'administration, discrimination positive, femmes et société Categories : femmes et business, écarts salaires hommes femmes, femmes et pouvoir, quotas, conseil d'administration, discrimination positive, femmes et société
Femmes et Medias
posté le 16/12/2014
posted on 2014/12/16
En France, les femmes ne sont pas assez présentes dans les médias : les études récentes du CSA[1] sur le sujet le confirment. Les émissions d’informations à la télévision sont souvent présentées par des femmes, mais quand il s’agit de témoigner, d’apporter son expérience ou son expertise sur un sujet donné, on ne pense pas à elles. En 2013, plus de 80% des experts et témoins interrogés sont des hommes, surtout lorsqu’il s’agit d’économie, de finance et de santé ! Lorsque j’étais étudiante à l’ESSEC, j’ai réalisé une étude qui montrait que 80% des femmes étaient cantonnées dans 10 métiers. Près de 30 ans plus tard, ce chiffre est monté à …12 !
Alors qu’en est-il dans les médias ?

Femme et publicité
L’image de la femme est omniprésente dans les médias mais quelle image ? Une image de femme jeune, belle désirable valorise les produits qui font un large appel à la publicité : mode, parfums, maquillage mais aussi voitures, machines, ordinateurs.
Ces images publicitaires envahissent nos écrans, s’exhibent dans nos villes faisant appel à nos désirs inassouvis d’hommes et de femmes manipulés par cette utilisation effrénée d’images de corps offerts qui s’emparent de notre inconscient pour nous pousser vers… la consommation.
Pourtant, selon le dernier bilan de l’ARPP[2] publié il y a un an, l’effectivité des règles et principes généraux de non-discrimination et de respect de la dignité humaine progresse en Europe !

Sex and video
En fait, on a franchi une étape avec le déploiement de la vidéo sur Internet, toujours plus agressive et utilisant en live le pouvoir de la sexualité. Il y a dix ans, un ami publicitaire me disait que la différence entre une photo de pub suggestive et la pornographie dépendait du nombre d’ouvertures du corps de la femme sur l’image : les yeux, les jambes et la bouche. Avec deux ouvertures, on reste dans le monde de la publicité, avec 3 ouvertures, on bascule dans la pornographie. Aujourd’hui, le phénomène sex is everywhere s’est amplifié grâce aux clips, et déchaîné depuis que les chanteuses s’en sont emparées, notamment la précurseuse Madonna. Quand sa cote de popularité a baissé et ses revenus avec, celle-ci n’a pas hésité à utiliser les ressorts de la pornographie y compris gay, pour relancer son image et sa carrière. Elle a ouvert la voie aux Rihanna, Beyoncé et autre Shakira qui s’y sont engouffrées avec le succès que l’on sait ! Celles-ci ont fait avec d’autres exploser les limites et toutes les ouvertures du corps sont aujourd’hui exposées. Tout au long de leurs clips très explicites, ces chanteuses se mettent en scène et miment l’acte sexuel. Les paroles des chansons – minimalistes et répétées tout au long du clip - appellent expressément à l’acte sous toutes ses formes. Comment combiner cette image avec le statut de la femme dans notre société occidentale aujourd’hui ?

Sex and politics
Cette utilisation de l’image sexualisée entre en politique. Karen Danczuk, conseillère municipale anglaise et épouse du député travailliste du même nom, publie régulièrement des photos d’elle sur les réseaux exposant son décolleté généreux. Elle vient de faire exploser son compte twitter en vendant sur ebay des photos d’elle dédicacées, montrant bien sûr ses atouts : alors mélange de genres, ou utilisation habile des mécanismes évoqués plus haut ? J’ai du mal à imaginer Angela Merkel ou Ségolène Royal se livrant à ce type de jeu. Mais Karen a 31 ans, elle fait partie de la génération techno selfie qui se met en scène et apparemment son mari n’y trouve rien à redire, surtout quand cela augmente sa côte de popularité. Media et politique ont toujours fait bon ménage, mais cet exemple confirme la politique spectacle et préfigure de mises en scènes virtuelles éloignant encore un peu plus les politicien(ne)s des réalités citoyennes.

S’affirmer autrement
Pour contrebalancer ce déséquilibre d’image, que peuvent faire les femmes professionnelles et citoyennes ? Nous avons tout intérêt à nous faire entendre, à utiliser davantage les medias pour donner notre point de vue, partager notre expérience, notre expertise. Pour cela, nous avons besoin d’activer nos réseaux et de développer davantage de solidarité entre nous pour démultiplier notre impact. Gageons que ces actions combinées ouvriront un nouveau champ de parole et d’expression collaborative dont la société aujourd’hui a un besoin urgent.

Le prochain article traitera de femmes et business.

Elisabeth Dancet pour drh-tv


[1] Conseil Supérieur de l’Audiovisuel

[2] Autorité de régulation professionnelle de la publicité

Catégories : femmes et medias, image femme, medias, femme et publicité, citoyenneté, femmes et société, sex and video, sex and politics, femmes et réseaux Categories : femmes et medias, image femme, medias, femme et publicité, citoyenneté, femmes et société, sex and video, sex and politics, femmes et réseaux
Comment les GAFA chamboulent l'économie
posté le 04/12/2014
posted on 2014/12/04
En tant qu’utilisateurs d’Internet, nous oublions très facilement que quantité de logiciels, de sites et de modalités d’accès sont mis à notre disposition gratuitement ! En cela, quel que soit notre domaine d’activité, nous avons à apprendre de ces GAFAnomics sur leur nouvelle manière de forger et de piloter l’économie. En particulier des Google et Facebook qui ne nous vendent « rien », mais font désormais partie de notre vie quotidienne. La dernière étude de FaberNovel[1] résume les pratiques de ces entreprises, devenues en moins de vingt ans des géantes dans leurs secteurs.

LE MARCHE
.. est gigantesque : les GAFA ont un marché potentiel de 7 milliards d’humains –  un marché du NO LIMIT ! Donc un client gratuit – un utilisateur de Google par exemple - est aussi important qu’un client payant. L'essentiel, c’est de conserver le premier – qui peut devenir un client payant - et grâce à ces millions de clients gratuits, Google comme Facebook vendent de la publicité à leurs clients payants ! L’obsession n’est pas de faire des profits à court terme, mais d’attirer les clients, de comprendre et répondre à leurs besoins et de les fidéliser. Il ne s’agit plus de créer une marque mais d’offrir une expérience : regardez autour de vous le nombre d’internautes accros à Facebook ! Chez les GAFA, on investit dans l’expérience basée sur les besoins des clients. Ensuite, on attire leur attention par des offres innovantes puis on profite du bouche à oreille et du partage – gratuit ! La boucle est bouclée ! Le réseau fonctionne à plein et la marque se développe grâce aux consommateurs et aux ressources de l’intelligence collective.

Ainsi Facebook a neuf ans d'existence et plus d’un milliard d’utilisateurs dans le monde. En France, le réseau compte 26 millions d’utilisateurs et représente en 2014, 20% du temps passé sur les mobiles !

LE MANAGEMENT
La aussi c’est la révolution ! Chez Google, la pyramide est plate : 3 niveaux hiérarchiques : managers, directeurs et VP. Comparez avec les entreprises traditionnelles comme la banque et l’assurance, où l’on en dénombre encore 7 ou 8 ! Dans cet environnement de travail peuplé de générations Y et Z (29 ans la moyenne d’âge des employés chez Google), ce qui compte c’est la capacité à apprendre, à faire preuve de leadership et à travailler en équipe.
Tout ce qui peut être automatisé doit l’être, et la prise de décision peut être partagée, du moment qu’on est capable de démontrer l’intérêt d’un outil ou d’un projet. « Code wins arguments[2] » dit Mark Zukerberg le fondateur de Facebook.
Nous sommes dans une culture du Hacking, tout va très vite, on teste auprès des clients ce qui marche, on jette sans  état d’âme ce qui ne marche pas. Et même si nombre d’employés de ces compagnies les quittent pour travailler ailleurs ou créer leur entreprise, ils tissent des liens et créent des réseaux d’alumni actifs et puissants.

LE FUTUR
Vers quoi tout cela nous entraîne-t-il : vers toujours plus de virtuel et d’automatisation. Les GAFA ont toujours un temps d’avance et agrandissent sans cesse leurs terrains de jeux. Ils définissent les standards en termes d’utilisation et de technologie. Google travaille sur la voiture sans conducteur, Apple se lance dans le streaming de musique. Facebook développe la prochaine plateforme virtuelle, et Amazon acquiert des drones pour nous livrer dans la journée.
Et vous, comment appliquez-vous les nouveaux standards des GAFAnomics dans votre business ou votre activité ?

Elisabeth Dancet pour drh-tv


[1] Google, Apple, Facebook, Amazon - Fabernovel Gafanomics Study 2014

[2] « le code a raison sur le débat »

Catégories : GAFAnomics, nouvelle économie, expérience client, management, futur, disruption, innovation, GAFA Categories : GAFAnomics, nouvelle économie, expérience client, disruption, innovation, GAFA
Coaching cheval 2
posté le 25/11/2014
posted on 2014/11/25
Comment se déroule une séance de coaching avec le cheval ?
Le participant définit avec l’accompagnant son objectif : sur quoi avez-vous envie de travailler ? Les exercices sont adaptés à votre demande. Une fois dans le manège, le cheval réagit à votre état interne et à votre ressenti corporel. C’est un moment de vérité qui permet de retrouver le contact avec vos émotions et déployer votre agilité émotionnelle. Ces compétences sont indispensables pour savoir se recentrer autour de ses priorités, déplacer ses limites ou développer ses capacités de leadership.

« J’ai tendance à avoir du mal à obtenir ce que j’attends de mes collaborateurs, comme si je n’arrivais pas à me faire comprendre ; » affirme Georges, un des participants, cadre dans l’industrie. « Dans le manège en présence du cheval, j’ai dû être très présent à moi-même, car je n’ai pas obtenu tout de suite ce que je voulais avec lui. Puis, avec mes tripes et mon cœur, j’ai exploré d’autres façons de faire. Et là, ça a fonctionné ! De la colère et la frustration de ne pas arriver à mes fins, je suis passé à un état de pure satisfaction quand le cheval a enfin accepté de coopérer. Lui n’avait rien changé, moi si ! »

Dans cette forme de coaching, les exercices se font au sol. Nul besoin de savoir monter à cheval. Les mises en situation sont adaptées en fonction des intentions des participants : guider le cheval, communiquer ses intentions avec son ressenti, transformer ses peurs, développer la confiance en soi... Coach de métier, Laure Soulage est aussi cavalière par passion. Laure s’est perfectionnée au coaching avec le cheval[1] pour accompagner les managers avec qui elle travaille depuis longtemps. « Le feed-back du cheval est immédiat et les prises de conscience quasi-instantanées » explique Laure. « J’attache beaucoup d’importance à la phase de débriefing après les exercices. Je suis à chaque fois touchée par la capacité du cheval à emmener la personne exactement là où elle en a besoin, sans concession et avec bienveillance.»

Les bénéfices de ces séances
Georges résume ce qu’il a appris au cours de ces séances : « à moi d’être attentif pour ressentir et mieux capter si mes collaborateurs adhèrent à ma demande. En les écoutant, je comprends mieux leur point de vue et je vais pouvoir les associer davantage aux objectifs collectifs. »

Séances individuelles ou travail en équipe, le coaching avec le cheval ne concerne pas que les cadres, mais aussi celles et ceux qui veulent mieux se connaître. Karine est venue à un stage pour développer la confiance en soi. Elle témoigne : « les exercices paraissent simples, mais travaillent en profondeur. Je me suis sentie présente dans mon corps et attentive aux émotions qui me traversaient. A la fin de la journée, j’ai ressenti une grande joie, un bien être : certains nœuds émotionnels se sont défaits. Après ce stage, je repars avec le sentiment d’avoir enlever des barrières et dissous des craintes. Je me sens sereine et forte à la fois. »

Pour ma part, j’ai vécu une séance individuelle de coaching avec le cheval qui m’a procuré beaucoup de joie. Ressentir la douceur alliée à la puissance de cet animal a été un vrai bonheur. Merci au cheval Phidelio, pour m’avoir aidé à aller à la rencontre de mes émotions et en faire mes meilleures alliées !

Pour en savoir plus, allez visionner notre interview vidéo de Laure Soulage, et aussi visiter son blog equi-dev

Elisabeth Dancet pour drh-tv


[1] Approche Eponaquest© créée par Linda Kohanov

Catégories : coaching, coaching cheval, cheval coach, intelligence émotionnelle, agilité émotionnelle, présence, traitement des peurs, intuition, confiance en soi Categories : coaching, coaching cheval, cheval coach, intelligence émotionnelle, agilité émotionnelle, présence, traitement des peurs, intuition, confiance en soi
Coaching cheval 1
posté le 02/02/2015
posted on 2015/02/02
La relation de l’homme avec le cheval est ancienne : moyen de transport d’abord, il a été domestiqué pour être monté et pouvoir voyager. Compagnon de guerre, puis de sport équestre, le cheval est certainement l’animal le plus proche de l’homme avec le chien. Le cheval comme tous les animaux est animé par des émotions, il perçoit son environnement à partir de son ressenti. Animal de proie, le cheval a développé une sensibilité hors du commun pour assurer sa survie. Les chevaux sauvages vivent en troupeau et réagissent en tant que proies. Le troupeau est sous la protection d’un guide, le cheval alpha. Le cheval alpha observe l’environnement pour repérer les prédateurs potentiels et s’assure de la sécurité du troupeau.

Communication avec le cheval
Parmi les humains qui vivent proches des chevaux, certains ont développé une relation particulière avec eux : on se souvient du succès du film « l’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux ». Entre le chuchoteur et le cheval s’établit une véritable communication. Le chuchoteur est capable de voir et d’entendre ce que le cheval vit et ressent, de se faire comprendre sans violence : en fait de créer une relation d’être vivant à être vivant. Les amoureux des chevaux passionnés de développement personnel, ont observé que le cheval est un excellent compagnon pour développer son intelligence émotionnelle. Le coaching est l’accompagnement d’une personne par un coach pour l’aider à atteindre ses objectifs. Grâce à son ressenti exacerbé le cheval se transforme en coach : ainsi est né le coaching cheval. En effet, le cheval se moque de votre statut social, mais il perçoit toutes vos émotions et réagit en conséquence et selon son propre caractère.
Vous êtes agressif ? Le cheval se raidit, se renferme ou bien se cabre
Vous êtes triste ? Il se désintéresse de vous, ou bien se met à votre écoute…

Le cheval coach
Alors que dans notre société moderne, nous nous sommes souvent coupés de notre ressenti, le cheval facilite cette reconnection. Depuis plusieurs années, Lina Wiegel[1] propose des séances de coaching avec le cheval. Maître PNL et cavalière accomplie, elle met ses compétences et son expérience au service des humains pour développer confiance en soi et intuition. « Je fais travailler la personne les yeux bandés, debout à côté du cheval » explique Lina.  « En perdant ses repères habituels, la personne se reconnecte avec son ressenti et ressent alors l’échange d’énergie avec le cheval ».
Pour faire confiance à un individu, le cheval doit s’assurer que celui-ci peut prendre en charge sa survie. Pour cela, il le scanne et lui montre par son comportement ses qualités et ses faiblesses. Quand il est en confiance, le cheval accepte l’humain comme guide, il met sa vie entre ses mains. Le guide est responsable de la direction, et doit éloigner les prédateurs. Le cheval ne fait pas semblant : il est fiable car sa vie en dépend.

Le cheval miroir de nos émotions
Le cheval est un animal impressionnant par sa taille et sa puissance. En cela il est un excellent coach pour travailler nos émotions et aller à la rencontre de nos peurs. En sa présence, nous apprenons à faire le tri entre la vraie peur face à un danger qui nous menace, et les peurs créées par notre mental que nous pouvons accueillir et transformer. Le cheval y va direct. Pour découvrir comment se déroule une séance de coaching avec le cheval : nouvelle interview et
suite de l’article prochainement sur drh-tv…

Elisabeth Dancet pour drh-tv

[1] Pour contacter Lina : lina@danalysconseil.com

Une vidéo pour écouter un témoignage d'une stagiaire

Catégories : coaching, coaching cheval, cheval coach, intelligence émotionnelle, communication non verbale, émotions, intuition, traitement des peurs, présence, chuchoteur Categories : coaching, ressenti, coaching cheval, cheval coach, intelligence émotionnelle, émotions, intuition, traitement des peurs, présence
Bulles de temps choisi
posté le 24/10/2014
posted on 2014/10/24
A l’heure de Big Data, pouvez-vous vous contenter de ce que vous avez appris dans votre formation initiale et grâce à votre expérience ? Selon IBM, une des références en la matière, 90% des données disponibles aujourd’hui ont été créées au cours des deux dernières années. L’apprentissage aujourd’hui, c’est pour la vie.

La formation professionnelle est en pleine révolution, les anciens modèles hérités de nos écoles réunissant en salle des collaborateurs pour écouter la bonne parole d’un formateur expert ont fait long feu. La formation continue est bousculée par l’explosion des connaissances accessibles en ligne et l’utilisation quotidienne des nouvelles technologies. Via Internet, le développement de la vidéo, l’expansion des MOOC, l’éducation se transforme en accompagnement du développement des compétences, associant automatisation et personnalisation :

  • Automatisation par les programmes de e-learning
  • Participation à des groupes de pratique, des chats, des forums où l’on échange entre pairs « tuyaux » et bonnes pratiques
  • Apprentissage par le biais des MOOC animés par des spécialistes et suivis de travaux d’application personnalisés en groupes virtuels..

Comme le dit Michel Serres, « les experts sont tombés de l’estrade ». L’intelligence collective se déploie via les innovations technologiques, en communautés d’intérêt partagé faisant fi des frontières.
Du coup, les véritables " conversations " en face à face regagnent leur valeur maintenant que le virtuel via la technologie a envahi nos vies. “Nous ne sommes hommes et nous ne nous tenons les uns les autres que par la parole” disait Montaigne. Combien cette phrase écrite au XVI° siècle par un observateur attentif de la condition humaine révèle tout son sens aujourd’hui. Lâcher la parole revient à se déshumaniser.
Le dernier rapport Deloitte sur les enjeux RH en 2014 dont nous avons exposé les grandes tendances le confirme : les employés sont sur-sollicités, constamment connectés et submergés : ils consultent leurs smartphones en moyenne… 150 fois par jour ! Ces interruptions permanentes nuisent à la perception globale d’un projet ou d’une priorité, elles affectent la productivité et limitent l’engagement.

Le coaching est devenu depuis la fin des année 90 une action de formation sur mesure à l’intérieur de bulles de temps choisi. Ce type d’accompagnement personnalisé offre au collaborateur ou au manager la possibilité de s’entretenir en tête à tête avec un coach sur des thématiques professionnelles, qui bien souvent concernent le savoir être ou soft skills :

  • développer son leadership : capacité d’écoute, donner du feedback, inspirer et fédérer les membres de son équipe autour de l’atteinte d’un objectif
  • gérer un conflit, faire face à une situation de crise
  • prendre en main un poste et des responsabilités plus importantes..

Au-delà du cadre dans lequel s’effectue le coaching (contrat, objectif, qualification du coach, pratique du questionnement), le plus important ce sont ces bulles de temps choisi réservées à un véritable échange sur votre développement. Prenez-en soin : débranchez smartphones et ordinateurs pour apprécier ce temps consacré à l’exploration de votre potentiel. Vous redécouvrez ainsi les bienfaits d’une véritable conversation ! A suivre..

Elisabeth Dancet pour drh-tv
Catégories : apprentissage, leadership, formation, coaching, e-learning, conversation, rapport Deloitte enjeux RH, IBM, Big Data, temps choisi Categories : apprentissage, coaching, e-learning, conversation, rapport Deloitte enjeux RH, IBM, Big Data, temps choisi
ABC de la marque employeur
posté le 15/10/2014
posted on 2014/10/15
Entreprises, si vous ne vous occupez pas de votre marque employeur, d’autres s’en chargeront ! La marque employeur a sa propre vie, tout comme la marque corporate et la marque commerciale. Cet ABC vous fournit des recommandations pour en maîtriser les éléments clés.

ACTIONS COHERENTES
La marque employeur exige des actions cohérentes de la part des acteurs concernés : Direction, DRH, Dir. Communication et Dir. Marketing. La promotion de la marque employeur nécessite un plan d’actions et un pilotage concerté sur plusieurs fronts : recrutement et gestion des talents (RH), réseaux sociaux (Marketing), médias internes et externes (Communication). Les frontières de l’entreprise sont devenues poreuses. Que ce soit dans l’industrie ou les services, de plus en plus de projets incluent des sous-traitants, des clients et partenaires. D’autre part, Internet fournit une quantité astronomique de données y compris sur l’entreprise elle-même, qu’elle n’est pas toujours en mesure de contrôler. La marque employeur se construit et se développe dans la durée, en assurant surtout la cohérence des messages et des actions. Il est donc conseillé d’en confier le pilotage à un groupe projet associant ces directions.

BUSINESS
Construire et développer votre marque employeur dépend de la nature de votre business : il est plus difficile de promouvoir une entreprise de services qu’une entreprise produit. Si vous fabriquez des ordinateurs, la marque commerciale prime. Les utilisateurs ont en main un produit identique, même si cet ordinateur peut être customisé et complexe à fabriquer. Dans les services encore plus qu’ailleurs, les collaborateurs font votre marque employeur : vendeurs, experts, responsables de la relation client... leurs comportements et leurs actions ont un impact fort sur la performance de votre entreprise. Adaptez votre stratégie de marque en renforçant la participation de vos collaborateurs, notamment dans le recrutement, l’évaluation des compétences et en les incitant à collaborer par des contributions actives pour renforcer/développer la marque.

COLLABORATEURS
Les collaborateurs, les candidats, les anciens salariés sont vos meilleurs ambassadeurs marketing pour consolider votre marque employeur. Prenez en main les réseaux sociaux pour observer, contribuer par des posts, des commentaires, des vidéos et des conversations, orienter les échanges en cas de crise. Sollicitez la participation des salariés sur ces réseaux. Dans chaque métier, veillez à être à l’écoute de vos collaborateurs et pratiquez l’empowerment[1] :
-       Valoriser les collaborateurs performants sur des projets spécifiques ; ils seront source d’inspiration pour leurs collègues
-       Jouer le collectif en récompensant vos équipes pour leur implication, vos communautés de pratiques pour leurs contributions innovantes…
D’après le dernier baromètre Edelman sur la confiance dans les affaires, les collaborateurs d’une entreprise sont des agents très crédibles sur la confiance que l’on témoigne à une entreprise et à ses pratiques.

 Elisabeth Dancet pour drh-tv


[1] Anglicisme signifiant : responsabilité, autonomie, pouvoir

Catégories : marque employeur, collaboratif, compétences, talents, marque, Edelman barometer, contribution, business, DRH, Communication, Marketing Categories : marque employeur, collaboratif, compétences, marque, Edelman barometer, contribution, business, DRH, Communication, Marketing
Tendances RH 2014
posté le 01/10/2014
posted on 2014/10/01
Ca y est, en 2014 c’est le décollage ! Le Big Data et les media sociaux intègrent les fonctions phares des RH : recrutement, rétention des talents, mobilité, développement des compétences et du leadership.

En effet, « les candidats ne sont plus à la recherche d’une carrière, ils sont à la recherche d’une expérience » annonce le dernier rapport Deloitte sur les grandes tendances RH pour 2014. L’étude a porté sur un panel de plus de 2500 leaders RH dans plus de 90 pays[1].

J’ai entendu récemment une discussion entre un chef de projet NTIC et un développeur web mobile, tous deux trentenaires : leur conversation était émaillée de mots comme  fun, créativité, challenge. Lorsqu’ils sont compétents, ces professionnels changent d’employeur facilement, passant d’une start-up à une SSII qu’ils considèrent souvent comme une grosse agence d’intérim. Et c’est bien ce que confirme l’étude.

Le leadership demeure un grand enjeu : comment faire évoluer les collaborateurs juniors vers des positions de leaders d’équipes ? Le défi des nouveaux programmes de leadership plus que jamais nécessaires aux entreprises est de développer le leadership dans un environnement collaboratif et où les pyramides hiérarchiques continuent de s’aplatir. Les leaders sont indispensables à tous niveaux : en transversal, pour booster l’innovation, pour manager les projets tout en développant les talents et en les fidélisant. La formation est en pleine révolution alliant processus d’autoformation automatisés via des modules de e-learning et des batteries de tests en ligne, et accompagnement sur mesure comme le coaching. La stratégie RH doit aussi prendre en compte l’obsolescence rapide de compétences clés, sous peine de dépendance critique à certains talents, comme le digital et l’innovation.

En 2014, il faut composer avec des collaborateurs différents. Leurs parents et grands-parents étaient fidèles à leurs « boites », montrant une loyauté naturelle à leur employeur. Mais les « millenials » - nés après 1983 - ont vu les effets des plans de restructuration et des mises au chômage massives par disparition ou délocalisation de pans entiers d’industries. Ils n’y croient plus ! D'où l'impératif pour les DRH d'aujourd'hui de reconstruire de la confiance, de la solidarité et une fierté d’appartenance en donnant du sens aux métiers et aux projets. Cette quête des talents se conduit en développant une marque employeur durable et en ayant identifié les emplois ou métiers critiques pour l’entreprise.

Les RH montrent un certain retard en matière d’intégration des technologies et des processus métiers, elles doivent conduire une nécessaire intégration de la gestion des RH avec les technologies permettant d’automatiser une partie des processus : recrutement, rétention, évaluation, carrière. Enfin les RH ont tout intérêt à travailler de concert avec le marketing et la communication puisque les réseaux sociaux donnent accès à une information considérable, encore peu exploitée dans les deux sens : à la fois sur les candidats mais sur la vie et le fonctionnement même de l’entreprise. Celle-ci devient de plus en plus transparente, dans un écosystème qui inclut salariés, prestataires et clients.

Plus de transparence implique une cohérence accrue entre promesse et réalité.

Elisabeth Dancet pour drh-tv

Catégories : tendances RH, marque employeur, recrutement digital, talents, gestion des compétences, développement des talents, formation leadership Categories : tendances RH, marque employeur, recrutement digital, talents, gestion des compétences, développement des talents, formation leadership
Fablab une fabuleuse innovation sociale
posté le 16/09/2014
Fablabs a fab-ulous social innovation
posted on 2014/09/16
Les fablab sont des laboratoires de fabrication numérique d’objets libres. Ils s’inscrivent dans la droite ligne des pionniers du logiciel libre. Tous types d'objets (ou presque) peuvent être conçus et développés dans ces laboratoires puis diffusés sur Internet.

Lancés à la fin des années 1990 par Neil Gershenfeld, professeur au MIT, les fablab poursuivent un objectif précis : montrer qu’une communauté peut être rendue plus créative et productive lorsqu’elle accède à une technologie au niveau local. Il a fallu attendre 2009 pour voir émerger les premiers fablab en France. On en compte aujourd’hui une cinquantaine sur le territoire.

Ces labos s’adressent à tous ceux qui, bricoleurs passionnés, designers, porteurs de projets, ont envie de se retrouver pour créer, innover ensemble et partager leur savoir. Ils adhèrent à la charte des fablab qui précise valeurs et modalités de fonctionnement. Basés sur des principes de collaboration, ces labos accueillent les débutants intéressés.

Dans le fablab de Lyon, les projets s’organisent autour de deux machines numériques : une imprimante 3D et  une machine de découpe laser. « L’utilisation de ces machines par des profils différents décuple la créativité » explique Stéphane Mor, Président de l’association, « Les gens font faire des choses à ces machines qui n’étaient pas prévues par le constructeur. »

La réussite de ces nouvelles formes de collaboration s’appuie sur deux principes : D’abord il est essentiel d’animer le groupe de participants réunis autour d’un projet d’objet. L’animateur organise la prise de parole et repère les différents modes de fonctionnement : certains préfèrent faire tout de suite et corriger au fur et à mesure. D’autres ont besoin de réfléchir et de planifier avant de passer à la fabrication. L’échange entre personnalités différentes autour des machines stimule la créativité. N. Gershenfeld avait vu juste.

Pour créer ensemble un objet, l’animateur fait appel à des méthodologies innovantes et pragmatiques. Les méthodes agiles, issues des groupes de pratiques de développement logiciel, procèdent par itération. Le projet d’objet est organisé en phases, avec un objectif clair pour chaque étape. Le groupe produit des idées, puis procède par correction successive. L’imprimante 3D permet de fabriquer des maquettes à chaque stade, intégrant ainsi l’échec : « on essaie, on sort une maquette puis on recommence en corrigeant au fur et à mesure, et on peut faire cela très vite et à moindre coût » ajoute Stéphane Mor, lui-même issu du logiciel libre.

Animation+profils diversifiés+méthode = créativité+résultat.

Gageons que cette équation trouve sa place aujourd’hui dans les entreprises et les PME pour développer des produits « made in France » à forte valeur ajoutée !

Elisabeth Dancet pour drh-tv

« Fablab » is the designation for laboratories digitally manufacturing «free objects». The fruit of the same impulses driving pioneers of free software, or «shareware», any type of objects (or nearly) can be conceived and developed in these laboratories and shared via the Internet.

Launched at the end of 1990’s by MIT professor Neil Gershenfeld, Fablab pursues a precise objective: demonstrating that a community can reach higher creativity and be more productive when it’s able to access technology at the local level. The first fablabs appeared in France only in 2009. Today we can count roughly fifty on French territory.

These labs are open to all those handymen, passionate craftsmen, designers, and project developers who want to create, innovate, and share their knowledge together. They adhere to the Fablab charter which clarifies values and basic operating principles. Founded on collaboration, these labs also welcome interested beginners.

At the Lyon Fablab, the projects are organized around two digital machines: a 3D printer and a laser-cut machine. "The exploitation of these machines by different types of utilisers multiplies potential creativity by ten," explains Stéphane Mor, president of the association, “People can make these machines do things which were not at all foreseen by the builder. "

The success of this new form of collaboration is based on two principles:
First, it is essential to animate the group of participants gathered around an object project. The presenter moderates the dialogue and identifies the various angles of attack: some people prefer to dive in and correct as they go along. Others need to calculate and plan before initiating the production. The exchange between different personalities around the machines stimulates creativity. Neil Gershenfeld was absolutely right.
Second: to create an object together, the presenter solicits innovative and pragmatic methodologies. The agile method, issuing from software development practices, proceeds by iteration. The object project is organized by phases, with clear objectives for each step. The group produces ideas, and then proceeds by successive corrections. The 3D printer permits making a model at every step, thereby integrating each failure. « We test, we make a model, then we begin again, correcting little by little as we go along, and we can make it very quickly and at lower cost", adds Stéphane Mor, himself a disciple of free software.

 Animation+diverse personalities+method = creativity+results.

Let’s bet on this equation to work today in enterprises and small to medium sized businesses developing products with real added value.

Elisabeth Dancet for drh-tv

Catégories : falab, objets libres, innovation, changement social, collaboration, collaboratif, intelligence collective Categories : falab, objets libres, innovation, changement social, collaboration, collaboratif, intelligence collective
Le collaboratif est-il une mode ?
posté le 03/09/2014
posted on 2014/09/03
Collaborer n’est pas nouveau, c’est même le mode relationnel privilégié au quotidien par de nombreux humains dans leur vie familiale, amicale, associative…

Dans le monde économique et politique par contre, la compétition semble être – pour combien de temps encore ? - le mode le plus répandu. Même si ce mode compose avec différents types de stratégies et intègre des modalités de fonctionnement en réseau, des échanges de services rendus, des stratégies d’alliances etc… In fine, il faut toujours qu’il y ait un gagnant et un perdant.

Les limites de la compétition

La compétition dans le monde complexe d’aujourd’hui génère des problèmes. En Occident, la maturité de beaucoup de marchés conduit à des pratiques aberrantes : sur Internet, ces pubs qui vous sautent à la figure cherchant absolument à vous vendre des voitures, des yaourts, des produits de beauté sont tellement agressives qu’elles en deviennent contre productives ! Par ailleurs la puissance du capital fait qu’il est plus facile de racheter un compétiteur que de créer une entreprise en partant de zéro. Le jeu des fusions et acquisitions conduit alors dans certains cas à des positions dominantes qui contiennent le germe d’un abus de pouvoir sur le marché concerné. C’est d’autant plus grave lorsque cela concerne un moteur de recherche comme Google, utilisé par une majorité écrasante de la population – particuliers et entreprises. Cette position dominante a fait dire récemment à Mathias Döpfner, PDG de Springer, premier groupe de presse allemand : « nous avons peur de Google ». Dans sa lettre ouverte que je vous engage à lire, il répète qu’il n’y a pas d’alternative à Google et qu’avec 90% de part de marché en Europe, Google définit l’infrastructure de l’Internet !  On peut se demander à juste titre pourquoi avec les moyens dont elle dispose, l'Union Européenne n’a pas financé un moteur de recherche européen ! Il y a eu des initiatives en ce sens comme le projet Quaero. Mais ce projet s’est embourbé dans les méandres de la complexité politico-administrative de Bruxelles.

Les dangers de la domination

Les comportements humains en situation de domination sont bien connus. Celui qui domine impose sa loi à tous, persuadé qu’il a raison. Le risque d’aboutir à une forme de régime totalitaire est réel, l’histoire du seul XX° siècle nous l’a montré à plusieurs reprises. Et les Allemands sont bien placés pour en parler.

L’expansion du collaboratif

Mais la nature humaine est complexe et, en coexistence avec cet appétit insatiable pour la domination, d’autres humains partagent et collaborent, inventant des outils extraordinaires et de nouveaux modèles sociaux. En voici quelques exemples :

- Le navigateur Firefox : c’est un navigateur Web gratuit, développé par une communauté mondiale. Pour ma part je l’utilise au quotidien ; il est simple d’utilisation, flexible et rapide. Vous pouvez le personnaliser et ajouter des modules complémentaires en fonction de vos besoins. De plus, Firefox respecte vos intérêts personnels et a été élu « entreprise Internet la plus fiable pour la confidentialité ».

- Les projets complexes requièrent un fonctionnement en mode collaboratif. Pour les mener à bien, il est essentiel de mutualiser et de faire collaborer des compétences différentes. En cela Airbus est un succès européen dont nous pouvons être fiers. Les salariés d’Airbus vivent avec intensité le lancement d’un nouvel avion, et tous : ouvrier, ingénieur, cadre de direction savent qu’ils ont participé à cette réussite. Résoudre des problèmes complexes signifie mettre en œuvre l’intelligence collective d’une communauté.

- Enfin, pour faire face à la crise, les humains inventent des partenariats collaboratifs dans de nombreux domaines : la vie quotidienne avec le co-voiturage, le partage d’espace de travail, l’innovation avec les communautés métiers, la fabrication d’objets avec les fablab

Les nouvelles générations qui ont grandi et grandissent avec les réseaux sociaux partagent tout, le pire et le meilleur. La collaboration leur est familière. Cacher des informations, mettre en œuvre des stratégies pour s’approprier des marchés, ce type de comportement risque bien de devenir obsolète, et c’est tant mieux pour la planète !

Elisabeth Dancet pour drh-tv.com

Catégories : collaboratif, collaborer, intelligence collective, coopération, domination, confidentialité, respect vie privée Categories : collaboratif, intelligence collective, coopération, domination, confidentialité, respect vie privée
Atelier AFCP 30 Aout 2014
posté le 22/08/2014
AFCP Workshop Aug. 30, 2014
posted on 2014/08/22
Dans le cadre de la Conférence annuelle de l'AFCP, j'anime un atelier sur le thème "Booster votre savoir-faire émotionnel", avec plusieurs exemples de personnes qui utilisent leur intelligence émotionnelle pour exercer leur leadership avec pertinence !
Samedi 30 Août à 11h30 - 12h30
CAMPUS EIFFEL  10, rue Sextius Michel - 75015 Paris
Plusieurs intervenants et thèmes passionnants durant la conférence du 29 au 30 Aout 2014.
Venez nombreux pour dépasser la crise et préparer une excellente rentrée !
I'm offering an interactive workshop on "Boosting your emotional know-how" during the annual French AFCP Conference in Paris.
It's on Saturday, August 30 from 11:30am to 12:30pm
CAMPUS EIFFEL  10, rue Sextius Michel - 75015 Paris
Plenty of interesting subjects and speakers during the convention
Join us on Saturday Aug, 30 to move beyond this time of crisis and boost your "rentrée"!
Catégories : conférence, atelier, intelligence émotionnelle, AFCP Paris Categories : conférence, atelier, intelligence émotionnelle, AFCP Paris
Consultants cultivez votre marque
posté le 20/08/2014
posted on 2014/08/20
Dans le tourbillon de la révolution numérique, les consultants ont-ils ou non leur propre marque ? Pour celles et ceux qui travaillent à leur compte ou au sein d’une petite structure, la question peut paraître superflue : la plupart estime pouvoir se passer de développer et promouvoir leur présence en ligne. Leur réseau professionnel est suffisant pour obtenir et renouveler des contrats régulièrement. Mais les contacts eux aussi changent de poste ou de profession et le seul réseau professionnel peut s’avérer insuffisant. Et la concurrence est rude : les cadres et experts qui, à un moment donné sont licenciés de leur entreprise, se mettent bien souvent à leur compte pour vendre leurs prestations en tant que conseils. La concurrence s’accroît entre les consultants de métier et les entrants réguliers sur ce marché.

De notre point de vue, il est essentiel de développer votre propre marque. Votre marque est constituée de l’alliance de votre expertise, votre expérience et votre personnalité. Ce qui vous rend unique. Le plus évident est de créer votre profil sur un ou des réseaux professionnels comme Linked’In et Viadeo, aujourd’hui devenus incontournables. A la lecture de votre profil, on doit comprendre quelle est votre expertise et comment vous l’avez acquise. Vous pouvez aussi développer ou faire développer votre site en ligne. Mais aujourd’hui tout bougeant très vite sur la toile, il va falloir être actif, publier, partager et commenter sur les réseaux comme sur votre site pour les rendre vivants et attractifs !

Plus votre expertise consiste à développer des soft skills  comme le leadership, l’intelligence émotionnelle, la communication et l’aptitude au relationnel, plus votre personnalité est intéressante pour vos clients potentiels et futurs. Si vous travaillez à votre compte, ce travail vous incombe et demande que vous y consacriez un peu de temps. Je connais une ancienne collègue qui a été « poussée » par une entreprise cliente à développer son propre site Internet ! Si vous managez un cabinet de conseil, vous devez périodiquement embaucher de nouveaux consultants.

Dans tous les cas, soyez certains que vos prospects, clients et futurs candidats iront chercher vos références et publications sur Internet. 3 points donc à maîtriser autant que possible sur la toile pour bâtir et développer votre e-réputation :

-       Bâtir votre profil sur Linked’In et/ou Viadeo 

-       Développer ou faire développer votre site et l’animer

-       Réaliser une interview vidéo présentant une de vos activités ou expertises.

J’ai créé un observatoire en ligne pour suivre régulièrement les activités des consultants et de quelques entreprises clés aux Etats-Unis et au Canada. Prenons l’exemple de John Kotter, un des experts mondiaux en conduite du changement[1]. Il présente régulièrement des vidéos sur son site. Et de plus en plus d’entreprises dans le conseil publient des vidéos de leurs intervenants : interview, présentation d’un cas, bénéfices d’une méthode, conférence en ligne...

L’utilisation de la vidéo est une tendance de fond. Elle permet de communiquer de manière vivante et a plus de chance d’être vue, relayée et diffusée pour trouver son « public ». Il faut être vigilant quant à la qualité de votre message : vous êtes un professionnel dans votre domaine, et votre interview ou la vidéo qui vous montre en action doit refléter ce professionnalisme. Elle fait partie de votre marque et du témoignage vivant de votre expertise.

Le travail de conception du scénario de l’interview est également très intéressant puisqu’il oblige à trouver et formuler des messages-clés pour l’activité de conseil concernée et à aller à l’essentiel en un temps limité. Tôt ou tard vous y viendrez. Alors suiveur ou leader ?

Elisabeth Dancet pour drh-tv.com

[1] http://www.kotterinternational.com/

Catégories : marque, consultant, conseil, interview vidéo, promotion, témoignage Categories : marque, consultant, conseil, interview vidéo, promotion, témoignage
Vous avez dit marque employeur ?
posté le 03/08/2014
posted on 2014/08/03
La révolution digitale poursuit sa course. Sur Internet, les entreprises aussi sont notées et évaluées– pas seulement par les agences de notation - mais par les individus concernés : salariés, candidats, clients, partenaires. Même lorsque l’entreprise œuvre pour cultiver une bonne marque commerciale, il faut aussi qu’elle se positionne et gagne ses galons sur le chapitre des Ressources Humaines !

La marque employeur est devenue un sujet de préoccupation de plus pour l’entreprise. L’image de marque en fait partie, cependant la marque employeur est de fait multidimensionnelle. Elle inclut une dimension affective représentée par la culture et les valeurs de l’entreprise, et aussi une dimension matérielle comme la rémunération, les modes de management, les possibilités d’évolution de carrière…

Cette marque employeur est aujourd’hui évaluée et discutée par l’intermédiaire des réseaux sociaux, par les salariés et anciens salariés, les clients, et aussi le grand public.

Nés du développement du partage de l’information en ligne, les sites de notation des entreprises[1] permettent aux candidats de comparer les conditions d’embauche : salaire, reconnaissance, développement professionnel.

Mais les sites de notations et prix récompensant la dimension RH des entreprises sont soumis à caution : la méthodologie utilisée manque parfois de transparence, le nombre de contributeurs n’est pas toujours connu, parfois les contributeurs sont anonymes parfois non.. Progressivement ces critères ont été orientés vers le bien être au travail.

Face à ces nouvelles modalités, les entreprises restent prudentes, tout en reconnaissant l’impact de ces comparatifs sur leur image et leur attractivité. Et elles restent friandes de bonnes pratiques et de positionnement par rapport à leurs concurrentes.

Selon le palmarès Employeurs élaboré fin 2013 par Chantal Engel[2], la plupart des entreprises sont conscientes que ces enquêtes comparatives disponibles en ligne ont un impact aussi bien à l’intérieur de l’entreprise (sur le corps social) qu’à l’extérieur (sur les clients, futurs embauchés et partenaires).
Great Place to Work, un des Instituts les plus connus, est doté d’une méthodologie d’enquête qui a fait ses preuves. Fondé en 1991 aux USA, à partir des résultats d’une recherche approfondie visant à identifier les entreprises où « il fait bon travailler », cet institut a mis en évidence que la qualité des relations au travail fait une « bonne » entreprise. Les 3 caractéristiques principales de ces relations sont la confiance, la fierté et la solidarité !

La méthodologie a fait son chemin pour classer les entreprises au niveau mondial, puis par pays. La branche française a été créée en 2002. Aujourd’hui Great Place to Work est la plus grande enquête sur la culture d’entreprise au monde. En France, Davidson, société française de conseil et ingénierie IT est arrivée en tête du palmarès en 2014. Elle ne manque pas de communiquer et de le faire savoir.
Et vous, à quand votre tour ?

Elisabeth Dancet pour drh-tv.com


Catégories : marque employeur, marque commerciale, culture d'entreprise, valeurs, carrière, recrutement, recrutement digital, marketing digital Categories : marque employeur, marque commerciale, culture d'entreprise, valeurs, carrière, recrutement, recrutement digital, marketing digital
Le coaching ou l'art du dialogue
posté le 27/06/2014
posted on 2014/06/27
Le coaching s’est beaucoup développé depuis les années 90, pour différentes raisons : prise de responsabilités, évolution de carrière, mutations plus fréquentes, à toutes les étapes de la vie professionnelle se faire accompagner par un coach présente de nombreux avantages.

Les séances de coaching offrent la possibilité de pouvoir partager avec quelqu’un ses interrogations, d’approfondir ses réflexions et ses facteurs de motivation.

Aujourd’hui les frontières entre la vie professionnelle et la vie personnelle sont devenues perméables. Les outils connectés que nous utilisons au quotidien créent un paradoxe : la communication humaine, les occasions de dialogue diminuent au profit d’une communication de plus en plus virtuelle : on s’adresse à quelqu’un via courriel, sms, tweet ou autre media social, on ne dialogue plus avec quelqu’un et de moins en moins en face à face. Les chats et forums n’en constituent qu’un ersatz. Or nous sommes des humains et nous avons besoin de communiquer avec nos semblables. En arrivera-t-on bientôt à payer quelqu’un simplement pour nous écouter véritablement ? C’est possible tant l’on constate combien aujourd’hui les gens en situation de proximité physique avec d’autres (au restaurant, à la maison, au parc…), gardent les yeux et les doigts rivés à leur smartphone ou tablette. Lire à ce propos l’article passionnant «saving the lost art of conversation»  titre du prochain ouvrage de Sherrey Tuckle, psychosociologue au MIT.

Rien ne remplace une relation humaine de face à face. D’où l’interêt du coaching.

Le coach est un consultant formé à l’accompagnement individuel ou d’équipes. Par le biais de séances d’accompagnement, il ou elle aide les personnes à développer leur potentiel, leur savoir-faire dans le cadre d’objectifs professionnels. Les coachs peuvent avoir suivi des parcours différents : psychologie, développement personnel, cursus universitaire, formation executive coaching… L’expérience dans le conseil et le développement des ressources humaines est un plus, de même que l’art de savoir poser les bonnes questions. En cela le processus de coaching n’est pas nouveau : le conseil aux politiques et aux dirigeants, le rôle du philosophe dans l’exercice de la maïeutique, l’art de faire accoucher les esprits nous vient de Socrate et de la Grèce antique.

Le plus souvent un cadre est posé pour contractualiser l’action de coaching, définissant des moyens : le nombre et la durée des séances, la thématique sur laquelle porte le coaching,

Mais à quoi sert le coaching ? Bien souvent, il offre l’opportunité de développer en compagnie d’un professionnel les soft skills recherchées aujourd’hui : élargir la palette de ses comportements, développer son intelligence émotionnelle, gérer son stress, encourager la motivation pour soi et pour son équipe...

Le coaching peut s’exercer de différentes manières :  dans les prochains articles et interviews sur notre web-tv, découvrez les différentes formes de coaching et leurs bénéfices.

Elisabeth Dancet pour drh-tv.com

Catégories : coach, coaching, communication, dialogue, conversation, développement RH, interview, portrait Categories : coach, coaching, communication, dialogue, conversation, développement RH, interview, portrait
Rôle du conseil en recrutement
posté le 26/05/2014
posted on 2014/05/26
Le conseil en recrutement exerce son métier d’intermédiaire entre les entreprises qui recrutent et les candidats qui cherchent un emploi ou sont en veille pour évoluer dans leur carrière. Dans cette activité du recrutement, comme dans beaucoup d’autres métiers, Internet change la donne et bouscule les modalités. Aujourd’hui, entreprises, recruteurs et candidats font face à une multitude d’informations, d’offres comme de profils, directement accessibles en ligne. Mais il est difficile de s’orienter dans toutes ces bases de données, sites de recrutement et autres job boards, de présélectionner et de choisir les bons postes correspondant aux profils pour les candidats, les bons profils pour les postes proposés.
Le conseil en recrutement a dû aussi évoluer dans son savoir-faire, intégrer toutes les sources possibles de CV et d’informations pour exercer son métier. Si les grandes entreprises possèdent en général leur propre service de recrutement, elles continuent cependant de faire appel aux cabinets spécialisés. Comme dans beaucoup d'activités, la crise économique a porté un coup à l’activité ; mais le conseil en recrutement conserve sa place d’expert pour orienter et mettre en adéquation postes et candidats. Il doit connaître la valeur ajoutée des différents media pour répondre à la demande et apporter le meilleur service à l’entreprise qui le sollicite.
 
En ce qui concerne le candidat, le conseil en recrutement est un professionnel qui peut l’aider dans sa recherche d'emploi et dans sa gestion de carrière.
En effet d’une part, le consultant en recrutement connaît bien la situation du marché et ses modalités d’accès, d’autre part il a l’expérience des méthodes pour accompagner efficacement la personne dans sa recherche et des facteurs clés qui mènent au succès.
Il ou elle peut jouer plusieurs rôles auprès de vous candidat, en fonction de vos besoins :
  •     Grâce à un entretien approfondi, il vous aidera à mieux cerner votre demande, et le cas échéant à l’adapter en fonction du marché sur lequel vous postulez
  • Il vous conseille sur le contenu, la rédaction et la diffusion de votre CV et de votre lettre de motivation
  • Si vous souhaitez vous réorienter, il peut vous proposer le soutien d'un coach spécialisé qui vous accompagnera dans votre changement de métier.
Le syndicat Syntec Conseil en recrutement met à la disposition des candidats un document clair et concis sur les 10 règles de la candidature Internet.
Selon les cabinets et votre situation professionnelle, vous pouvez aussi effectuer un bilan de compétences, utile à faire périodiquement dans sa carrière, ou encore bénéficier d’un accompagnement personnalisé de type outplacement. Lors de vos entretiens, vous travaillez avec un coach qui vous accompagne pendant votre recherche d’emploi, vous aide à formuler votre recherche, développer vos réseaux et activer vos contacts pour trouver des missions dans votre secteur d’activité ou décrocher un nouveau job.
Pour découvrir les recommandations d’une consultante en recrutement, allez voir la dernière interview en vidéo sur drh-tv.

Elisabeth Dancet pour drh-tv.com
Catégories : recrutement, job, emploi, outplacement, cabinet de recrutement, job boards, interview video Categories : recrutement, job, emploi, outplacement, cabine de recrutement, job boards, interview video
Recrutement à l'ère digitale
posté le 03/04/2014
posted on 2014/04/03

Aujourd’hui l’emploi est un sujet prioritaire dans notre économie. Si les politiques s’époumonent pour relancer l’emploi sans beaucoup de résultats puisque les chiffres du chômage continuent de progresser, les sites de recrutement eux se portent très bien ! En France, 3 thèmes sont rentables sur Internet : les sites de rencontre, les petites annonces et les offres d’emploi.

Dans le secteur du recrutement, Monster.com, site leader mondial, revendique toucher un ensemble de 3,4 milliards de personnes, soit la moitié de la population mondiale, grâce à un réseau de sites implantés dans 40 pays et une couverture sur 180 pays ! Des chiffres qui donnent le vertige et ont peut-être vocation à justifier son nom… De son côté, StepStone, un des leaders du recrutement en Europe, affiche 260 000 offres d’emploi dans 8 pays européens et 25 millions de visites par mois.

 Le processus de recrutement s’est automatisé

Comme pour de nombreux autres métiers, Internet et l’informatique ont transformé les modalités du recrutement.

Derrière tous ces sites, fonctionnent des logiciels qui comparent en permanence des demandes et des offres. Ils utilisent des bases de données dynamiques de plus en plus sophistiquées qui rapprochent en un temps record, et sans intervention humaine, au moins dans un premier temps, des CV de candidats avec des profils de postes recherchés par les entreprises. Certains de ces sites ont également mis en ligne les tests d’aptitude proposés aux candidats lors des entretiens d’embauche, automatisant encore plus le processus.

Le rôle des réseaux sociaux

Une deuxième révolution s’annonce avec le recrutement via les réseaux sociaux, même si celle-ci n’a pas encore eu lieu en France. En effet, fin 2013, moins de 10% des recruteurs affirment recruter via les réseaux sociaux professionnels[1] comme Linked’In et Viadeo.

Là encore se crée un décalage entre les individus qui déjà partagent leur savoir-faire, leurs compétences et centres d’intérêt professionnels, et les entreprises qui restent prudentes.

Mais la révolution des réseaux sociaux aura bien lieu - en France comme ailleurs-. Forbes avait prédit il y a plus d’un an le boom de l’offre de recrutement de Linked’In aux grandes entreprises. Et bien aux Etats-Unis c’est chose faite : en 2013 le chiffre d’affaires de Linked’In concernant le recrutement a dépassé celui de Monster.com, le géant du secteur cité plus haut[2] ! Les entreprises vont devoir progressivement s’adapter à l’ère des réseaux où l’on partage et coopte et constituer via les réseaux sociaux professionnels des « pools » de candidats potentiels.

Quelles conséquences lorsqu’on est candidat ?

Utiliser Internet pour trouver un emploi est aujourd’hui incontournable. Bien l’utiliser pour décrocher le job qui vous convient, suppose de :

- Organiser la recherche avec méthode et rigueur pour découvrir puis suivre les fils d’Ariane qui vous conduiront au but :

• déterminer précisément vos critères : emploi, région, type d’entreprise

• répondre aux annonces qui vous intéressent et assurer leur suivi

• collecter de l’information sur les entreprises et les managers ciblés.

- Sachant que votre CV est avant tout traité par des logiciels, soyez vigilant et insérez des « tags » ou mots-clés pour que vos compétences et vos expériences soient correctement identifiées et que vous soyez présélectionné pour un poste qui vous correspond.

- Construisez avec attention votre profil sur Linked’In et/ou sur Viadeo, et investissez un peu de temps pour développer votre réseau professionnel.

Très bientôt sur drh-tv.com, dans la série « les interviews sur l’essentiel » des interviews sur le recrutement qui vous donneront des clés pour vous faire recruter à l’ère du digital !

Elisabeth Dancet pour drh-tv.com


[1] L’Express 17/12/2013

[2] www.ere.net 01/08/2013

Catégories : recrutement, recrutement digital, recrutement numérique, réseaux sociaux Categories : recrutement, recrutement digital, recrutement numérique, réseaux sociaux
Quelle présence sur Internet - 2
posté le 05/02/2014
posted on 2014/02/05

Comment améliorer sa présence sur Internet ?

            En faisant un benchmark dans les métiers du conseil et chez les entrepreneurs, j’ai constaté que ceux-ci étaient encore peu nombreux sur Youtube, malgré l’hyper présence de l’image.

Pour proposer à tous les professionnels qui le souhaitent de renforcer leur présence sur Internet, j’ai créé drh-tv[1]. Cette web TV a comme ambition d’être un booster de talents. Ayant réalisé plusieurs courts-métrages lorsque j’étais aux Etats-Unis, je combine mon expérience de la vidéo avec mon expertise de conseil RH pour préparer et réaliser des interviews de professionnels. Je travaille avec la personne pour l’aider à préparer son sujet et choisir ses messages clés. Ensuite nous filmons l’interview avec une équipe technique en respectant une durée de 5’ environ, compatible avec les formats Internet aujourd’hui. J’inaugure ainsi une série intitulée « les Interviews sur l’Essentiel ».

Que vous soyez consultant spécialisé, coach, entrepreneur ou dirigeant, vous proposez votre expertise ou vos services à vos clients à un certain prix. La qualité de la vidéo doit être cohérente avec le niveau de votre prestation. Comme dit l’adage : on n’a qu’une chance de faire une première impression, et c’est encore plus vrai avec la vidéo !

De la même façon, si vous souhaitez trouver un nouvel emploi, offrir vos compétences comme manager de transition, vous avez intérêt à communiquer par le biais d’une interview sur votre cœur de métier. Une fois votre expertise mise en image, votre présence professionnelle sur Youtube vous distingue de vos concurrents.

Nul besoin d’avoir un site, une fois que la vidéo est réalisée et mise en ligne sur Youtube, vous pouvez l’adjoindre à votre profil Linked’In[2], Viadeo[3], ou la poster sur Facebook ! Par ailleurs votre interview sera présentée sur http://www.drh-tv.com et annoncée à ses abonnés. Nous activons ainsi l’effet démultiplicateur des réseaux.

Aujourd’hui certaines entreprises ne recrutent plus que sur Internet. Lorsque vous rencontrez quelqu’un : un prospect, un client, un ancien collègue ou camarade d’école, il  y a 100% de chance qu’après votre rencontre, il google votre profil sur Internet, et trouve alors votre vidéo.

 J’ai rencontré récemment plusieurs directeurs de développement RH de grandes entreprises. Lorsqu’ils adressent un mail concernant un sujet donné à leurs clients internes et que celui-ci est accompagné d’une vidéo, plus de 90% des destinataires cliquent sur la vidéo : tous me l’ont confirmé.

Le marché du travail est le théâtre de paradoxes : les ingénieurs et cadres ayant acquis une certaine expertise sont considérés comme seniors à 50 ans, et même plus tôt dans certains métiers comme les SI, alors qu’en même temps nous devons travailler jusqu’à 65 ans pour financer les systèmes de retraites ! Les grandes entreprises se débarrassent des seniors pour recruter plus jeune et moins cher.

Face à ces paradoxes, la plupart des gens poursuivent leur vie active sous une autre forme. Ils exercent leur activité comme consultant, manager de transition ou expert dans leur domaine de compétences, ou encore, ils créent ou rachètent une entreprise.

Ils doivent alors s’occuper activement de leur présence sur Internet pour développer leur offre de services.
En Amérique du Nord, la réponse à cette question passe par le Personal Branding, qui consiste à développer et faire connaître sa marque, son expertise sur Internet, en utilisant les moyens disponibles : réseaux sociaux, blogs, vidéos...

Comme le dit le prospectiviste Joël de Rosnay, "ceux qui prennent de l’avance dans les niches de l’innovation que procure l’écosystème numérique acquièrent un avantage qu’il est difficile de rattraper ensuite."
En tardant à vous décider, vous laissez une chance à vos concurrents de se positionner avant vous !

          Alors, quelle est votre présence sur Internet aujourd’hui ? Et demain matin ?
Si vous êtes encore sceptique, informez-vous sur la révolution en cours – et les données ont déjà plus d’un an -, en images bien sûr ! 

Soyez parmi les premiers : prenez contact avec drh-tv et venez réaliser une interview vidéo sur l’essentiel de votre métier !

Elisabeth Dancet pour drh-tv.com


[2] 4 Millions d’utilisateurs en France – Blog du Modérateur

[3] 5,5 Millions d’utilisateurs en France – Blog du Modérateur

Catégories : Presence Internet, Interview vidéo, métier en vidéo, personal branding Categories : Presence Internet, Interview vidéo, métier en vidéo
Quelle présence sur Internet - 1
posté le 13/01/2014
Your Internet presence
posted on 2014/01/13

Internet est devenu omni présent dans notre vie professionnelle et personnelle. Je circule régulièrement en TGV et le constate à chaque trajet : presque tous les voyageurs sont à un moment ou un autre sur un écran : PC portable, smartphone ou tablette. Que ce soit pour regarder une vidéo ou écouter de la musique, pour téléphoner (même dans les zones de tranquillité) ou bien pour travailler, nous sommes tous interconnectés et tout le temps.

Plus généralement en France, la numérisation de l’économie se poursuit à un rythme rapide : 57% des particuliers en France ont acheté des biens et services en ligne au cours des 12 derniers mois. Le nombre de sites marchands actifs est de plus de 117 500 en 2012, en augmentation de 17% sur un an, d’après l’Observatoire du numérique.

Pour 92% des utilisateurs d’Internet, le temps de connexion est consacré aux emails et aux moteurs de recherche. La recherche d’informations et les réseaux sociaux constituent les activités régulières des Internautes : Google et Facebook sont les deux sites les plus visités au monde. En Septembre 2013, Facebook annonce 25 millions d’utilisateurs actifs par mois en France, dont 17 millions à partir d’un mobile[1].

Parmi tous ces chiffres qui confirment la place qu’occupe Internet dans nos vies, deux phénomènes représentent une tendance lourde : les réseaux sociaux et la vidéo. Internet démultiplie les effets de réseau : les réseaux tels que Facebook, Linked’In, Viadeo, Twitter permettent à des millions de gens de se connecter entre eux et d’échanger des informations, des contacts, des liens vers des services.
D’autre part, Youtube est devenu le site emblématique de la culture de la vidéo en ligne. Créé en 2006, Youtube s’est imposé en un peu plus d’un an comme l’un des sites les plus visités au monde, avec 63 millions de visiteurs par mois et près de 100 millions de vidéos consultées chaque jour[2].
Depuis, Youtube affole tous les compteurs : en 2013, avec plus d’un milliard d’utilisateurs uniques par mois et 4 milliards de vidéos visionnées chaque jour, YouTube fait partie des sites les plus populaires sur le Web. Youtube est en fait devenu le 2° moteur de recherche au monde après Google !

Ce phénomène démontre ce que les moins de 30 ans vivent déjà au quotidien : l’image est plus forte que les mots. Nous pouvons le déplorer, surtout si nous apprécions la culture de l’écrit, mais cette tendance de fond s’impose à nous. Pour les générations du Web, les réseaux sociaux c’est la vie, on échange beaucoup de photos, de vidéos et de liens, on collabore et on fait des choses ensemble dans le cyber espace.

D’où la question que tout professionnel est amené à se poser un jour ou l’autre : quelle est ma présence sur Internet ?
Aujourd’hui un professionnel est au moins présent sur un réseau. Quand il privilégie la sphère professionnelle, il définit un profil sur Linked’In et/ou sur Viadeo. Mais il peut également être actif sur Facebook, où se côtoient aussi bien les échanges de nature personnelle sur tout et n’importe quoi, les entreprises et les annonces en tout genre sur produits, services et événements.

Ensuite le professionnel qui travaille pour une entreprise peut privilégier son compte Tweeter, ou concentrer ses échanges via l’Intranet de son entreprise.

Le prestataire de services peut choisir de faire un site ou un blog. Si vous avez déjà créé ou fait créer un site ou un blog, vous savez qu’une fois le site mis en ligne sur le web, il faut le faire vivre pour qu’il trouve son public et le fidélise. Cela signifie mettre à jour le site régulièrement avec des articles, des liens pertinents, des vidéos, la publication périodique d’une newsletter…
Là aussi, la migration vers la vidéo est en train de s’imposer, démontrant encore une fois l’explosion de Youtube.

Autrement dit, si vous voulez développer votre notoriété sur Internet, faire connaître vos services, présenter vos compétences, le mieux est que l’on vous voit en parler. (à suivre...)


Elisabeth Dancet pour drh-tv.com


[1] Gamer Network 2013

[2] Cabinet Comstore 2006

Internet has become ever-present in our professional and personal lives. I regularly take the TGV train and on every journey I see almost every passenger consulting a screen during the trip: PC, Smartphone or a tablet. Whether we are watching a video or listening to music or telephoning (even in quiet zones!) or working, we are all constantly inter-connected.  

In France, the digitalisation of the economy is accelerating : 57% of people in France have made an on-line purchase of goods and services during the past 12 months.  In 2012 there were over 117 500 web sales sites, that is over 17% more than in the previous year, according to the Observatoire du numérique.

For 92% of internet users, connection time is used for emailing and consulting search engines.  Searching for information and social networking are regular activities for internet users : Google and Facebook are the two sites with the highest number of visitors in the world.  In September 2013, Facebook announced that it had 25 million active users per month in France, 17 million of whom were on line via their cell phone.  

 If these statistics confirm the place that Internet occupies in our life, there are two phenomena which also demonstrate a really strong trend : social networks and video. 

Internet multiplies network effects : networks such as Facebook, Linked’In, Viadeo, Twitter allow millions to connect and exchange information, contacts, links to other services.  Furthermore, Youtube has become the symbol for on-line video culture.  Created in 2006, in a little over a year Youtube became one of the most-visited sites in the world, with 63 million visitors a month and around  100 million videos viewed every day. 

Since then, Youtube holds all the records : in 2013, with over a billion users per month and 4 billion videos viewed every day,  YouTube is one of the most popular sites on the  Web. Youtube is in fact now the 2nd most popular search engine in the world, right after  Google !

This phenomenon shows what the under 30's experience every day :  pictures are more powerful than words.  We may regret this, especially if we value the culture of the written word, but this basic trend is now a must.  For the Web generations, social networks are where life is, as they exchange a multitude of photos, videos and links,  do things together, and work together in cyber space. 

Which leads us to the question that every professional needs to ask one day or another  : what sort of Internet presence do I have ?  Today, that same professional  is certainly present on a social network, at the very least, .  If he wishes to lean toward professional contacts, he will set up a profile on Linked’In and/or on Viadeo. But he may also be active on  Facebook, where at the same time personal exchanges about anything and everything are posted, together with companies and messages of every type about products, services, and events. 

After that the professionnel who belongs to the corporate world may decide to devote  a little extra time to his Twitter account or else to concentrate on exchanging information via his company's  Intranet.

Service companies may decide to set up a web-site or a blog. If you have already created a web-site, or had it done for you, you know that once the site is on-line, you need to constantly keep it dynamic so that  it attracts followers … and keeps them.  This means regularly updating the site with articles, pertinent links, videos, a newsletter ...,

Here again, this movement towards video is gaining momentum, once again demonstrating the Youtube Explosion. 

In other words, if you wish to develop your reputation via Internet, be sure your services are well known, present your skills, the best way is that people see you talking about them.  

Catégories : videos, interview, interview vidéo, présence internet, personal branding Categories : internet presence, video, interview on video, connectedness
Les Interviews sur l'Essentiel
posté le 02/01/2014
posted on 2014/01/02
J'inaugure une série d'interviews sur drh-tv.
Vous êtes consultant, coach ou entrepreneur. Vous voulez faire connaitre vos compétences, vos services, booster votre présence sur Internet et toucher une nouvelle clientèle.
Vous conduisez un projet de changement ou de développement RH et souhaitez associer les acteurs par des interviews-témoignages en vidéos.
Cette série est faite pour vous : Bienvenue sur les interviews sur l'essentiel !
Catégories : interviews, développement RH, ressources humaines, video, interview on camera
Video Conference Emotional Intelligence
posté le 10/12/2013
posted on 2013/12/10
This is an excerpt of the last conference I gave in Paris:
"Boost your impact drawing upon your emotional intelligence".
In this video, you get an overview of helpful tools to be used when speaking in public:
- how to ease out stress with "tapping"
- how to connect positively with your audience.
To watch the video: http://drh-tv.com/videos.php

Catégories : Emotional Intelligence, public speaking, conference
Feedback Workshop Budapest
posté le 21/11/2013
posted on 2013/11/21
Thank you to all the participants to my workshop in Budapest and to all your positive feedbacks: I'm very touched and I do hope you will make ample use of the 4 tools to boost your emotional intelligence in your future presentations and speeches:
- Tapping to ease out your stress
- Design a constructive belief to develop your potential
- Use your imagination and bring a friend to connect positively with your audience
- Bring a gift to your audience!
We did connect together and manage to sing the first strophe of the Hungarian national anthem together (in English): ok we could have rehearsed a little; time just vanished;>)
Let me know how it works when you put one of these tools into practice!
contact@drh-tv.com

Catégories : emotional intelligence, international workshop, practical tools
Atelier IE à Budapest le 16 Nov. 2013
posté le 09/11/2013
Atelier IE in Budapest on Nov 16, 2013
posted on 2013/11/09
Merci à tous les participants de mon atelier sur l'I.E. qui s'est déroulé à Paris le 6 Novembre dernier : nous avons vécu un moment inoubliable ;>)
Je suis ravie d'animer à nouveau cet atelier en Anglais à Budapest le 16 Novembre prochain.
Cet atelier est inscrit au programme de la Conférence Européenne 2013 des ToastMasters.
Pour plus d'information visiter le site de la conférence :
http://www.budapestlal.com/

L'atelier est intitulé "Boost your impact drawing upon emotional intelligence".
Bienvenue à tous les participants !

Thanks to all participants to my workshop on Emotional Intelligence in Paris on November 6th: we shared a memorable time together!
I’m thrilled to lead this workshop again in Budapest on Nov. 16
This workshop is part of the program of the European ToastMasters Conference 2013.
For more information, visit the conference website:

http://www.budapestlal.com/

My workshop is entitled "Boost your impact drawing upon emotional intelligence".

Welcome to all participants!

Atelier IE à Paris le 6 Nov. à 19h30
posté le 23/10/2013
Atelier IE in Paris on Nov 6, 2013
posted on 2013/10/23
J'anime un atelier interactif à Paris en Anglais sur le thème
"Boost your impact drawing upon Emotional Intelligence"
L'atelier aura lieu au Forum 104 Salle Nympheas
104, rue de Vaugirard 75006 Paris - M°Montparnasse ou Saint-Placide
le Mercredi 6 Novembre 2013, de 19h30 précises à 21h30.
Je partage cette soirée avec Antonio Meza qui lui anime un atelier sur "how to give life to your hands"
Pour vous inscrire, rendez-vous sur l'évenement suivant:
http://publicspeakingworkshops.eventbrite.com/
PAF 5€

Au plaisir de vous y retrouver !
Elisabeth Dancet

I will offer an interactive workshop in Paris in English entitled:
"Boost your impact drawing upon Emotional Intelligence"
The workshop will take place in Forum 104 - Room Nympheas
104, rue de Vaugirard 75006 Paris - M°Montparnasse or Saint-Placide
on Wednesday November 6th, 2013, from 7:30pm to 9:30pm.
I will share the evening with Antonio Meza who will offer a workshop entitled "How to give life to your hands"
To register, go to the following link:

http://publicspeakingworkshops.eventbrite.com/

Looking forward to seeing you there!

Elisabeth Dancet

Catégories : public speaking, intelligence émotionnelle, conférence, atelier à Paris Categories : public speaking, emotional intelligence, workshop in Paris, practical tools
Intelligence Emotionnelle (2)
posté le 18/10/2013
posted on 2013/10/18
Dans le dernier article, nous avons vu que les recherches récentes avaient démontré la complexité de l’intelligence humaine et identifié les deux dimensions de l’intelligence émotionnelle (IE) : l’intelligence de soi et l’intelligence des autres.

Ces deux composantes sont essentielles pour bien vivre avec soi-même et pour s’affirmer et participer dans la vie familiale, sociale et professionnelle. Pourtant rien n’est proposé dans l’éducation classique pour développer consciemment l’IE. Cela change un peu aujourd’hui, malheureusement trop lentement. 

Voilà deux exemples de pratiques utiles dans la vie courante et qui vous donneront peut-être envie d’aller plus loin : 

Que faire quand on est démotivé ?

La démotivation peut avoir plusieurs origines : sensation d’avoir déployé des efforts sans beaucoup de résultat, baisse d’énergie, manque de signes de reconnaissance et/ou de soutien… Une fois que vous avez identifié d’où vient cette sensation, vous pouvez :

  • Changer de prisme : regardez la situation du point de vue de quelqu’un d’autre. Que ce soit un parent, un ami ou un personnage de BD, peu importe ! Vous allez ouvrir votre « cadre de référence » et provoquer un changement dans votre ressenti. Essayez et vous verrez !
  • Ramener à votre mémoire un souvenir positif, où vous vous êtes senti fort et motivé. Tachez maintenant de maintenir dans votre conscience les deux sensations en même temps. En activant la coexistence des 2 pôles, vous constaterez que le 1° état perd de sa puissance.
  • Faire un break : allez marcher dans un parc, courir, faire du vélo … ou bien tout simplement accordez-vous un moment de repos.

Comment faire face à la frustration ?

Les situations de frustration sont légion dans la vie d’un manager : les projets qui n’avancent pas, les collaborateurs qui « pètent les plombs », la direction qui change d’avis une fois de plus…

Prenons le cas d’un membre de l’équipe qui explose. Il s’agit de canaliser sa colère sans se laisser entraîner par la sienne. En effet, les émotions humaines sont contagieuses. La colère en particulier peut réveiller la même émotion chez l’interlocuteur et déclencher la spirale de l’agressivité, En même temps, elle permet d’extérioriser les tensions. En tant que manager, il vous appartient de rester solide face à la colère de l’autre. Faites en sorte de la reformuler avec des termes plus sereins. Vous montrez alors par votre empathie que vous comprenez l’émotion de votre équipier. Quand l’émotion a perdu de son énergie, revenez à des éléments plus factuels pour examiner ensemble les possibilités d’action.

Pour aller plus loin, je vous conseille la lecture des livres de Daniel Goleman.

La palette des émotions humaines est extrêmement riche et les compétences émotionnelles sont sources de performance. En tant que leader relationnel, vous avez tout intérêt à bien connaître ces compétences et à savoir comment les développer, pour vous-même et pour votre équipe.

Elisabeth Dancet pour drh-tv.com

Catégories : intelligence emotionnelle, manager, leader, competences, emotions
Intelligence Emotionnelle
posté le 27/09/2013
posted on 2013/09/27
Qu’entend-on par intelligence émotionnelle ?

A la fin des années 80, à la suite d’une vaste étude menée sur l’intelligence à l'Université Harvard, le professeur Howard Gardner formule la théorie des intelligences multiples. Parmi les différentes formes d’intelligence identifiées, figurent l’intelligence de soi et l’intelligence des autres.

L’intelligence de soi consiste à développer un comportement et une communication affirmés, connaître ses signaux internes, maîtriser ses émotions, gérer la frustration, savoir se motiver…

L’intelligence des autres englobe l’écoute empathique, la capacité à reconnaître chez l’autre les signaux non verbaux, l’art d’établir des relations, de faciliter les contacts et de coopérer…

Ces 2 formes d’intelligence combinées forment ce que l’on appelle dorénavant l’intelligence émotionnelle.

Le Q.E. (Quotient Emotionnel) mesure le degré d’intelligence émotionnelle d’un individu. Les nombreuses études menées sur ce sujet, notamment par Daniel Goleman, montrent que les personnes ayant un excellent Q.E. sont de bons managers et leaders.

Quelques trucs à pratiquer :

Tout d’abord prendre conscience de son émotion : quelle émotion est en train de vous traverser à cet instant ?

Ensuite, plutôt que de vouloir réprimer l’émotion - surtout quand elle est désagréable : colère, frustration… - l’accueillir : cela prend quelques secondes, mais c’est souvent suffisant pour désamorcer son effet.

Une pratique qui marche : prenez quelques grandes respirations ! Le plus souvent l’émotion négative coupe ou restreint la respiration. Ce truc est bien connu des acteurs, qui l’utilise avant de rentrer en scène.

Enfin, si la pression est trop forte, plutôt que de laisser exploser l’émotion, prétextez un besoin urgent et sortez quelques minutes faire quelques pas en respirant profondément ! 

Pourquoi la développer ?

En développant son intelligence émotionnelle, chacun apprend à mieux gérer ses émotions et celles des autres, à les exprimer de manière appropriée, et grandit dans sa dimension humaine.

Il ou elle devient un meilleur manager, un leader relationnel et peut déployer cette compétence dans sa vie privée et sociale : en famille, avec ses amis et relations.

Elisabeth Dancet pour drh-tv.com

Catégories : intelligence émotionnelle, manager, leader, émotions
Leadership relationnel
posté le 16/09/2013
posted on 2013/09/16
Pourquoi parler de leadership relationnel ?

En tant que manager, leader responsable d'une équipe, le type de relations que vous entretenez avec les membres de votre équipe a un impact fort sur leur engagement et sur le résultat escompté.

En trouvant la manière juste de communiquer avec les autres, vous les « boostez » et leur donnez envie de contribuer et donc de réussir collectivement.

Voici quelques pratiques qui marchent, tirées de mon expérience et de celles des leaders qui m’ont marquée :

Féliciter : les êtres humains ont besoin de reconnaissance : les signes de reconnaissance - ou « strokes » en anglais - sont à la psyché ce que la nourriture est au corps, un véritable carburant.
En félicitant régulièrement vos collaborateurs à la suite de missions réussies, d’objectifs atteints, vous reconnaissez leur contribution et vous leur donnez envie de continuer.

Recadrer : à l’inverse, si quelque chose ne va pas, lorsqu’un objectif n’est pas atteint, il faut savoir le dire. Le mieux est de recadrer en tête-à-tête, en se basant sur des faits. Evitez la formule : « tu n’as pas… ». Commencez plutôt vos phrases par « je » : « j’ai constaté que le rapport que tu devais faire était incomplet… ». Demandez ensuite à la personne quel engagement elle est prête à prendre pour rattraper le coup, ou éviter que le problème ne se reproduise. Soyez prêt à proposer vous-même un plan d’action si nécessaire. Organisez un suivi de ce plan d’action et… mettez-le en œuvre !

Booster les talents : vos collaborateurs ont des talents, même s’ils n’en sont pas toujours conscients : valorisez-les, cette fois-ci plutôt en présence d’autres membres de l’équipe. Et toujours en vous rapportant à des faits, des expériences concrètes. En agissant ainsi, vous démultipliez l’effet du signe de reconnaissance, et vous informez l’équipe des ressources dont elle dispose. Vous créez aussi une saine stimulation, qui donnera envie à d’autres de se distinguer.

Partager les succès : partager un bon moment ensemble, que ce soit un dîner ou une soirée thématique contribue à créer du lien. L’équipe se retrouve dans une atmosphère conviviale, les individus font connaissance hors de la sphère professionnelle. Ils peuvent se découvrir des intérêts communs, et ont l’opportunité de mieux se connaître et de s’apprécier.

Elisabeth Dancet pour drh-tv.com

Catégories : leadership, feedback, signe de reconnaissance, strokes
Démarche Valeurs
posté le 29/08/2013
Defining a Value-Based strategy
posted on 2013/08/29
Quel intérêt pour une entreprise de définir ou de revisiter ses valeurs et de les mettre en mouvement?

A notre époque où la performance prime sur tous les autres critères, et où les managers sont focalisés sur le court terme, il est encore plus indispensable de revenir périodiquement aux valeurs de l’entreprise, de les communiquer et de les animer, et ce pour au moins 3 raisons :

Donner du sens

La première tient au fait que les valeurs donnent du sens à l’action. Les études et les observations ont montré qu’une des sources principales de la motivation individuelle et collective demeure le sens de l’action. Or la performance est intimement liée à la motivation des individus qui la créent.

Le manager aura donc à cœur de rappeler périodiquement à son équipe les valeurs de son entreprise. En échangeant ensemble sur la traduction des valeurs dans ses missions, l’équipe progresse dans ses comportements et savoir-faire.

Créer de la cohésion

Les valeurs partagées créent du lien. Elles sont évidemment d’autant plus puissantes qu’elles traduisent les spécificités de l’entreprise. Mais toute structure gagnera à communiquer et à se référer à ses valeurs. Les valeurs servent de piliers, de référence à la cohésion interne. Cette cohésion est essentielle à la fois pour atteindre les objectifs de performance (qualité, coûts, délais) mais aussi en cas de problème. Pour faire face, il faut alors bien souvent mettre en mouvement tout un processus et que chaque acteur concerné se mobilise pour apporter rapidement les correctifs nécessaires. Si par exemple, la satisfaction du client  fait partie des valeurs de l’organisation, il sera plus facile de fédérer les actions autour de cette valeur commune, puis d’en tirer les améliorations à mettre en oeuvre pour éviter que le problème ne se reproduise.

Renforcer l’image

Vis-à-vis de l’extérieur : ses clients, ses marchés et partenaires, l’entreprise à également intérêt à afficher ses valeurs. Les valeurs explicitées et argumentées sont aussi un signe fort de robustesse et d’éthique. Là aussi ces démarches valeurs prennent le contre pied de la financiarisation excessive de l’économie et d’une tendance constatée des marchés financiers à entraîner l’ensemble de l’économie vers des pratiques sans foi ni loi.

Gages de fiabilité et de mise en mouvement dans le sens de la qualité, de la compétence et du service, les valeurs renforcent la confiance du client et du partenaire dans l’entreprise.

Dans notre expérience, les démarches valeurs sont fédératrices à la fois des équipes internes et vis-à-vis des clients et partenaires externes. Elles inscrivent l’entreprise dans un comportement éthique et une performance durable.

Elisabeth Dancet pour drh-tv.com

What is the benefit for a company in defining or revising its core values and putting them into action?

In today’s world, where performance is the most important criterion, with managers focused on the short term, it is still essential to refer periodically to company values, and to transmit them. Here are the three reasons why: 

Giving meaning

Values give meaning to action. Studies and observations have shown that one of the main sources of individual and group motivation is the meaning of action. 

And performance is closely related to the motivation level of the people concerned. The manager will thus take time to remind his team frequently about company values. Discussing how those values can be integrated into assignments, helps the team advance in terms of behaviour and skills.

Creating strong teams

Shared values create stronger relationships. They are even more powerful if they demonstrate special aspects of the company. But every structure gains from communicating about and referring to its values. Those values are the foundation, the reference, for internal cohesion.  This cohesion is essential  to reaching objectives in terms of performance (quality, price, schedules), and also whenever a problem occurs. To solve difficult situations, it is often necessary to put into action a complete process in which each player acts quickly to take corrective action. If, for example, customer satisfaction is one of the company values, it will be easier to unite actions around this shared value, and then to define improvements to be implemented to avoid the problem happening again. 

Reinforcing brand image

It is also important for the company to share its values with the outside world: its clients, its markets and partners. Explicit and well-presented values are also a sure sign of sturdiness and a strong moral code.

And here also, a value-based strategy can counterbalance excessive economic financialization, and the trend for financial markets to lead the whole of the economy towards wild and lawless practices. As a guarantee of reliability and the constant striving towards quality, competence, and service, values reinforce trust for both clients and company partners. 

In our experience, value-based strategies unite in-house teams with clients and external partners. They define the company in terms of ethical behaviour and sustainable performance.

Catégories : valeurs, sens, éthique, performance durable, équipe Categories : Values, strategy, ethics, business ethics, corporate values




Formulaire d'inscription pour nous rejoindre
X
Nom * :
Prénom * :
Email * :
Ville * :
Mot de passe * :
Mot de passe * :
En vous abonnant vous acceptez les conditions d'utilisation